www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 septembre 2012

Compte-rendu d’audience avec la DASEN

Nous avions demandé à la DASEN une audience pour pouvoir discuter de certains points d’actualité et de fonctionnement , elle nous a reçus ce mardi 18 septembre à partir de 15h, en présence de M Bustreau, dans les locaux du rectorat puisque c’est désormais là que se situe son bureau.


- RIS et conférences pédagogiques :

Nous avons une nouvelle fois réitéré notre demande que les collègues puissent récupérer le temps de 2 réunions d’infos syndicales sur n’importe laquelle des conférences pédagogiques de sa circonscription.

La DASEN dit qu’il faudrait concilier les calendriers afin que des collègues ne soient pas "privés" d’une animation que l’IEN a rendu intentionnellement obligatoire.

Nous faisons remarquer que si un collègue de l’école est présent à une conférence, il peut en faire un compte-rendu à ses collègues et que l’exercice de nos droits syndicaux étant déjà restreints, il ne peut être question de les restreindre davantage. La DASEN nous dit être d’accord avec nous.

Nous demandons s’il serait possible de choisir de récupérer le temps de RIS sur le temps d’APE et sur la journée de solidarité. La DASEN n’accède pas à nos demandes car, justifie-t-elle, cela nuirait à la prise en charge des enfants en difficulté et le temps de la journée de solidarité sera consacrée cette année au bilan du projet d’école.

A propos des conférences pédagogiques sur Limoges 5 , nous avons fait part à la DASEN du mécontentement des équipes et dit que nous nous opposions à ce que les collègues soient totalement contraints dans leur choix sur la totalité des 18 heures ! La DASEN qui n’avait pas connaissance du mail envoyé mais seulement de la note de service n’avait pas la même lecture que nous : elle pensait que le séminaire permettrait de présenter la démarche aux collègues et que ceux le souhaitaient pourraient s’engager dans un projet. Nous avons dit que nous ne demandions pas autre chose. Elle a souligné l’intérêt de ce qui allait être proposé aux collègues par Mme Boulineau (ce que nous ne remettons pas en cause) mais a reconnu qu’une injonction imposée à tous posait problème. Elle doit donc se "tourner" vers cette dernière pour évoquer ce sujet avec elle.


- Direction

Nous avons souligné une nouvelle fois la lourdeur du travail des directeurs et notamment pour les directions des écoles de moins de 4 classes puisque ces collègues ne bénéficient que de 2 jours de décharge dans l’année et ne sont que très légèrement déchargés d’APE. Nous avons noté l’effort fait pour que ces 2 jours soient assurés pour tous les directeurs concernés mais avons demandé que ces jours soient effectués en septembre et que les directeurs soient prévenus un peu à l’avance pour pouvoir s’organiser.

La réponse est que les services ont déjà des soucis ( !) pour assurer tous les remplacements et qu’il est difficile de prévoir ces jours à l’avance.

Sur la question de l’APE, le souci de la DASEN est toujours les enfants en difficulté et Mr Bustreau dit que pour les directeurs déchargés la dispense d’APE du directeur est compensée par celle faite par la personne qui assure sa décharge.

Nous insistons sur l’injustice subie par ces directeurs et la DASEN dit qu’elle va réfléchir à notre demande.

- Formation des personnels :

Nous demandons où en est le plan de formation. Mr Bustreau nous annonce qu’il sera mis en ligne le 20 Septembre ; les collègues auront une semaine et demie pour candidater et la CAPD qui siègera sur ce point aura lieu entre le 15 et le 19 Octobre. Les premiers stages seront à public désigné.

D’autre part d’ici les vacances de Toussaint, les CPS EPS (ceux qu’il reste !) feront une information auprès de 100 collègues pour apprendre à organiser des rencontres sportives... Est-ce à dire que celles-ci ne seront plus organisées par les CPC mais par les maîtres ?

La DASEN rappelle que le rôle des conseillers pédagogiques est avant tout la formation des collègues et pas l’organisation matérielle de rencontres.

Nous soulignons la lourdeur de la mise en place difficilement compatible avec le travail en classe (installation matérielle requérant une présence avant et après la rencontre, prises de contacts multiples ...) ; le travail des directeurs risquent de s’alourdir une nouvelle fois et ces rencontres appréciées de tous risquent ne plus avoir lieu ...

La DASEN répond qu’il est tout à fait possible d’organiser ces rencontres dans ces conditions puisque cela s’est déjà fait l’année dernière ( ?!)

Pour nous c’est une retombée supplémentaire d’une carte scolaire parfaitement injuste et tout ce qui permettait d’avoir une "respiration" dans le quotidien de la classe disparait petit à petit.

A propos des CPC EPS nous demandons s’il serait possible d’organiser (comme c’était le cas les années précédentes) une 1/2 journée d’habilitation le samedi matin et pas uniquement en semaine, certains parents n’ayant pu se dégager de leurs obligations. Le délai d’information ne leur permettait pas de s’organiser. la DASEN prend note de notre demande.

Signalez-vous auprès de l’inspection et auprès de nous si cela a posé problème dans votre école.

- Indemnités péri-éducatives

Pour la énième fois (voir les derniers CR des différentes commissions tenues ces derniers mois) nous demandons quand les collègues peuvent espérer toucher ces indemnités.

La DASEN nous répond qu’une demande a été faite auprès des services du rectorat avant les vacances et à nouveau à la rentrée. Elle reconnait que la procédure est complexe mais ne dépend pas d’elle ... il nous faudra donc nous adresser ailleurs !


- Retard dans les inspections :

En réponse à notre question, la DASEN nous dit que tous les rapports en attente de signature sont signés ! Vous devriez donc tous recevoir votre rapport sans tarder ; si ce n’est pas le cas, appelez-nous.

Pour les rapports de Limoges 6 qui datent d’il y a deux ans , ceux qui ont eu une note mais pas de rapport devraient avoir celui-ci après les vacances de Toussaint. Ceux qui n’ont ni note ni rapport seront inspectés en priorité par M Rousseau afin de combler le retard qui s’est accumulé.

- Carte scolaire

Nous demandons un groupe de travail afin que les critères de prise en compte des CLIS et des CLIN pour les seuils d’ouverture et de fermeture soient étudiés ce qui est également souhaité par l’administration.

La DASEN nous informe que le comité technique de scolarisation des enfants handicapés devrait se réunir bientôt et permettre de faire un point entre les différents partenaires concernés (dont l’ARS , agence régionale de la santé).

Les problèmes sont multiples : nombre de places (en IME, hôpital de jour...) insuffisantes ce qui contraint l’éducation nationale à scolariser de enfants qui devraient bénéficier d’autres structures (de cette manière, ces élèves coûtent moins chers à la Société) ; en lycée professionnel, l’utilisation de moyen du 1er degré pour la coordination des ULIS pose question ...

A propos de la carte scolaire, un travail d’analyse doit être fait par les IEN pour établir une "cartographie" précise des effectifs, de la prise en charge des 2 ans ... qui permette un travail en amont de la carte scolaire hors période de tension. Les mairies seront destinataires d’un courrier et il sera tenu compte de leur projet pour la prochaine carte scolaire.

Nous demandons si une analyse des conséquences de la disparition ou l’amoindrissement des réseaux dans certaines zones sera faite. La DASEN pense que ce sera un peu tôt pour le faire à ce moment ; nous souhaitons que la situation des réseaux soit réexaminée avec attention pour la prochaine carte scolaire ainsi que celle des brigades CLIN (qui sont passées de 5 à 3) car toutes les missions accomplies par ces collègues vont faire cruellement défaut cette année.

Là encore n’hésitez pas à nous faire remonter toutes les difficultés du terrain (enfant non francophone ou autre non pris en charge...) afin que nous puissions avoir des exemples et des arguments pour défendre les intérêts de tous.

- "Postes à besoin en anglais"

Des pressions sont exercées sur les personnels nommés sur ces postes afin qu’ils se forment et enseignent l’anglais dés cette année.

Nous rappelons que lors du groupe de travail précédant la circulaire du mouvement, nous avions manifesté une nouvelle fois notre opposition à ce type de "fléchage" et avions demandé qu’à minima la liste de ces postes soient très restreinte. Quand le mouvement est paru, il y avait une quarantaine de postes à besoin anglais (au lieu de la petite vingtaine annoncée par Mme Defaye en groupe de travail) !

Nous lui avons rappelé que dans un mouvement déjà contraint par le nombre de suppressions, les postes bloqués PES, le peu de postes vacants, il restait bien peu de possibilités offertes aux collègues. Concernant les collègues victimes d’une mesure de carte, et notamment les ex-maîtres E ou G qui en plus voient leur salaire baisser, ou les ex-BFC qui ne peuvent que constater que leur postes existent toujours mais sous un autre nom, les contraindre encore en les obligeant à passer l’habilitation contre leur gré est de trop.

Nous demandons à la DASEN un peu de souplesse pour que ces personnels ne soient pas obligés de se former cette année. Elle nous répond que ce ne peut être une règle générale mais que les situations seront évaluées au cas par cas.

- La concertation :

Comment va être menée la concertation nationale au niveau départementale ?

Samedi 22, les membres du CDEN sont invités à une matinée de "réflexion" sur un des thèmes de la concertation : "un climat scolaire apaisé dans les écoles et les établissements"

Le choix n’a pas été fait d’un débat public car la parole n’aurait pas été facilitée par un trop grand nombre de participants et le temps contraint ne permettait pas de faire plus.

Nous déplorons qu’une véritable concertation du terrain ne soit pas rendue possible notamment par le refus d’une journée banalisée consacrée à la refondation de l’école et qu’une trop grande précipitation nuise à la richesse des débats. Nous avons rappelé la demande que nous avions faite lors des CTSD et CAPD de la fin de l’année scolaire dernière. Se passer de l’avis et de l’expertise des acteurs de terrain que nous, les enseignants, sommes n’est pas le meilleur signal que l’on puisse envoyer...

La DASEN nous répond qu’il y a une véritable volonté du ministère de mise en œuvre très rapide des promesses faites et que cela impose un calendrier contraint mais que tous les départements sont très mobilisés pour cette concertation.

Le SNUipp-FSU quant à lui veut donner la parole à tous : c’est l’objet du sondage qu’il a lancé auprès de la profession et que nous distribuons dans les écoles (sondage également mis en ligne sur le site) et dont nous avons donné un exemplaire à la DASEN ; c’est également l’objet de la 1ère RIS de l’année qui aura lieu à Limoges le 17 Octobre et à Saint Yrieix la Perche et à Bellac le 24 Octobre (infos très prochainement sur le site).

Liliane Raynaud et Fabrice Prémaud,

co-secrétaires départementaux du SNUIPP-FSU 87

JPG - 7.8 ko
Pensez à vous syndiquer au SNUipp-FSU !

 

8 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.