www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 février 2013

Grève le 12 Février pour un AUTRE projet, une AUTRE réforme des rythmes

Déclaration préalable d’intention de faire grève :

- La déclaration préalable doit parvenir 48 heures au moins, comprenant un jour de classe (jour ouvré). Exemple : pour la grève du mardi 12 février, la déclaration doit parvenir samedi 9 février au plus tard (cachet de la poste faisant foi ou mail). Celle-ci peut-être adressée par mail aux circos ou courrier (Attention à tenir compte des délais d’acheminement si le courrier est posté).
- Complétez le modèle ci contre. Le directeur n’a pas à faire de déclaration par école.
- Tous les collègues en responsabilité d’une classe le jour de la grève, et qui souhaitent se mettre en grève, doivent faire une déclaration préalable. Néanmoins le SNUipp demande à tous les enseignants de signaler leur intention de faire grève. En effet celle-ci ne vaut pas un engagement de leur part mais permet de conserver le droit de grève.
- Conserver un double de la déclaration d’intention en cas de contestation.

Le SNUipp FSU pense nécessaire de construire avec toute la profession la mobilisation afin d’obtenir du gouvernement une réforme répondant réellement aux attentes des collègues et à nos revendications.

La SNUipp-FSU appelle à la grève tous les collègues désireux d’une autre réforme pour l’école, plus ambitieuse, qui prenne en compte à la fois l’intérêt des élèves et celui des enseignants.

RV à 10h30 devant le Rectorat de Limoges.

Venez avec votre réveil... pour donner le bon rythme au gouvernement.

Voir LE TRACT, à éditer et distribuer sans modération !

Rythmes, projet de décret : le SNUipp -FSU a voté contre !

Décret relatif à l’aménagement du temps scolaire dans les école maternelles et élémentaires

Déclaration du SNUipp-FSU au CSE du 8 janvier

La réforme des rythmes a souffert d’annonces contradictoires et de multiples zones d’ombre. Elle a davantage semé le trouble que permis de construire de la confiance. Florilège des volte-face ministérielles

- Le 8 juillet dernier, le ministre déclarait « les journées sont trop lourdes ». La journée de classe doit être « plus courte scolairement, ça ne veut pas dire (…) plus courte éducativement. »

Aujourd’hui, un enfant devrait voir le temps scolaire allégé de 45 minutes en moyenne par jour sans pour autant avoir l’assurance de bénéficier d’un temps éducatif en complémentarité. Garderie de la cantine ou maison en cas de pause méridienne allongée, cour de récréation en fin de journée... Ou, au mieux, des petits temps de 30 à 45 minutes inadaptés à l’organisation d’une activité périscolaire robuste.

- Dans un entretien accordé au journal Le Monde en octobre, le ministre affirmait « qu’aucun enfant ne soit hors de l’école avant 16h30 ».

Aujourd’hui, un communiqué de l’Association des maires de France précise « que l’heure de sortie de 16h30 n’est pas obligatoire et que l’organisation des activités péri-éducatives reste à la libre appréciation des élus ».

- Le 24 janvier, sur France inter, le ministre déclarait que les conseils d’école seraient consultés sur les propositions de modifications d’aménagement des temps scolaires.

Aujourd’hui, le décret sur les rythmes scolaires ne donne pas obligation à la consultation des conseils d’école. Tout juste permet-il qu’ils fassent une proposition d’organisation de la semaine. Mais un maire (ou un président d’EPCI) est aussi force de proposition...sans être obligé de passer par les conseils d’école.

Modalités pour la grève

Demander aux collègues de conserver un double de la déclaration d’intention et/ou accusé d’émission du fax, en cas de contestation.

déclaration en ligne, cliquez sur votre circonscription :

- limoges 1->ce.0870074h@ac-limoges.fr

- limoges 2->ce.0870076k@ac-limoges.fr

- limoges 3->ce.0870651k@ac-limoges.fr

- limoges 4->ce.0870073g@ac-limoges.fr

- limoges 5->ce.0870077l@ac-limoges.fr

- limoges 6->ce.0870075j@ac-limoges.fr

- limoges A.S.H.->secretariat.ash@ac-limoges.fr

Modèle de lettre à copier/coller et à envoyer par mail :

Je soussigné(e)

Nom : ...............................................

Prénom : ..............................................

Affectée à l’école de : ..............................................

Ville : ..... .......................................

Circonscription de : ...............................................

déclare avoir l’intention de répondre positivement à l’appel à la grève suite au préavis déposé au plan national par le SNUipp-FSU et la FSU le mardi 12 février 2013 à partir de 8 h 30,

Date : ........./........../2013

Signature : La démarche des déclarations préalables individuelles va grandement compliquer la tâche de la hiérarchie. L’intérêt réside dans la nécessité pour l’administration d’attendre d’avoir reçu l’ensemble des déclarations avant de pouvoir effectuer le pourcentage d’intentions pour chaque école et de le transmettre aux mairies concernées. Pour ce faire, il est évidemment indispensable de ne pas renvoyer toutes les déclarations des collègues d’une même école dans une seule enveloppe.

- CONSIGNES DE GRÈVE

Envoyer à l’IEN la déclaration individuelle d’intention de se mettre en grève

- QUI PEUT FAIRE GRÈVE ?

L’ensemble des instituteurs et des professeurs des écoles, assistants d’Education, E.V.S., titulaires, non - titulaires, vacataires, en formation, en stage. Les directeurs d’école et les IMFAIEN également car ils ne sont ni chefs d’établissement ni fonctionnaires d’autorité (décret n° 88-343 du 11/04/89 + question écrite au JO du 31/1/76).

- EMPLOIS-JEUNES/E.V.S. ET LA GRÈVE

Au vu de la situation administrative, comment se situent les aide-éducateurs et les E.V.S. au regard de la grève. Comme tous les salariés de droit privé, les emplois-jeunes et les E.V.S. bénéficient du droit de grève. Dans le cas où le mot d’ordre ne les concerne pas :

Si l’ensemble du personnel enseignant est en grève : l’aide-éducateur ou l’E.V.S. rejoint son école. Ils ne sont pas habilités à accueillir les élèves lorsque l’école est fermée. Ils ne peuvent être mis à la disposition de la municipalité ou d’une association durant la journée. Les conventions éventuellement signées avec ces partenaires ne peuvent concerner que les temps de repas ou d’études sur des activités préalablement définies dans le projet d’école et qui constituent la poursuite directe de celles au titre desquelles ils ont été recrutés. Leurs services ont été préalablement définis par le directeur de l’école. En cas d’impossibilité d’accès aux locaux scolaires, ils peuvent rentrer chez eux.

Si un ou des enseignants ne sont pas grévistes et sont présents dans les locaux : l’aide-éducateur ou l’E.V.S. est placé sous l’autorité du directeur d’école ou du collègue faisant fonction ce jour-là. Le service est organisé selon les activités pour lesquelles il a été recruté et qui figurent en liste limitative sur son contrat. Il ne peut se substituer aux enseignants grévistes et n’a à accomplir aucune tâche de remplacement.

- AVANT LA GRÈVE

Les grévistes informent les familles dès que possible par écrit qu’il n’y aura pas classe. Ils en informent également tous ceux qui sont concernés par l’organisation d’une activité à laquelle eux ou leurs élèves participent : cantine, étude, transport scolaire, piscine...) La lettre aux parents contenue dans cette circulaire peut être soit distribuée à la sortie, soit transmise sous pli cacheté ou agrafée, (prendre toutes les précautions d’usage) 1-s’il y a des non-grévistes, la veille au soir, les directeurs grévistes afficheront un tableau des services qui devront être assurés par les maîtres présents (accueil, récréation, cantine, garderie, étude). La faire émarger par les intéressés. 2-si tous les maîtres sont grévistes, apposer à l’entrée de l’école une affiche annonçant « École en grève, pas de classe ». Si c’est le cas, ajouter « ni cantine, ni étude ». Dans tous les cas, le directeur gréviste, pas plus que ses adjoints grévistes, n’est tenu de surveiller les élèves ni d’être sur place.

- PENDANT LA GRÈVE

Aucune communication ne sera faite à l’extérieur (RG - police -....) sur la situation dans l’école (nombre et identité des grévistes etc. ...) Ne pas répondre aux sondages, pas même de l’Administration Par contre chaque école fera connaître au plus vite aux représentants syndicaux le nombre et le pourcentage de grévistes. En cas de problème (intimidation, incident), prévenir immédiatement la section départementale.

- APRÈS LA GRÈVE

Pour les retenues de salaires, il appartient à l’administration de faire la preuve de la participation à la grève. Ainsi les grévistes, quelle que soit leur fonction, ne répondent à aucune enquête, ne s’inscrivent sur aucune liste.... Les directeurs et directrices n’ont à accomplir aucune tâche particulière à ce sujet, sinon transmettre les documents de l’Administration aux non grévistes qui les gèrent eux-mêmes, ils ne certifient rien.

 

8 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.