www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / CTSD, CTA et CDEN (carte scolaire, rythmes,...) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
7 février 2013

Compte rendu de CDEN du 7 février 2013


- Le SNUipp-FSU a lu une déclaration liminaire sur les moyens attribués au département et sur le décret "rythmes scolaires" dont nous demandons toujours le retrait pour une réécriture concertée.

- Ouvertures/fermetures : une seule modification par rapport aux propositions de la DASEN à l’issue du CTSD (cf le CR du CTSD). Le SNUipp-FSU a demandé et obtenu que la fermeture envisagée à St Auvent soit transformée en fermeture conditionnelle ... c’est le maximum que l’on ait pu obtenir ...(et pourtant ça donnera une école à 3 classes avec 26 de moyenne !!!)

Nous avons bataillé pour que soient revues les situations des autres RPI victimes de suppression. Le cas du RPI Bersac Laurière a ensuite été étudié longuement. Nous avons expliqué que plusieurs écoles étaient concernées et que l’organisation allait être extrêmement compliquée si la fermeture était confirmée. La DASEN nous a répondu que les élèves n’étant pas là, elle était bien obligée de fermer mais qu’elle ne le faisait pas par plaisir. Avec 25 élèves par classe après fermeture, le RPI se retrouve de fait proche de seuil de demande d’ouverture...

Nous avons ensuite élargi la problématique et parlé de la ruralité, de sa nécessaire défense et des moyens que cela impliquait.

Mais la "logique" des chiffres est toujours et encore bien là...

- Plus de maîtres que de classes : le SNUipp-FSU a rappelé, que le "plus de maîtres que de classes" était un mandat fondateur de notre syndicat ... mais cela n’a de sens que s’il s’agit d’un moyen supplémentaire attribué après avoir ramené la moyenne à des seuils raisonnables (pas une classe à plus de 25) ...et que ce dispositif ne se substitue pas à la nécessaire présence des RASED. Ainsi, la DASEN, malgré nos interventions, maintient la création d’un poste "PDMQDC" à Victor Hugo au motif de la difficulté scolaire... tout en refusant une ouverture dans cette même école (moyenne : 26,67 dans une école qui mériterait d’être classée ZEP). Cette décision répond à une demande ministérielle déconnectée du terrain ...

Nous avons insisté, lourdement, méthodiquement,

- Dotation 1° degré : 11 ou 13 postes ? Si le SNUipp-FSU se félicite de la création de deux postes ULIS (suite du dispositif CLIS dans le second degré), il n’est pas normal que ces moyens soient pris sur les moyens du 1° degré. Nous avons proposé que ces 2 moyens soient pris là où ils doivent l’être, c’est à dire dans le budget 2nd degré. La DASEN nous a dit qu’elle veillerait à ce que ces moyens ne soient pas à nouveau pris au 1er degré à l’avenir...

- RASED : l’idée de la mise en place d’un groupe de travail a été évoquée ; la DASEN attend de voir quelles seront les conclusions du groupe de travail au plan national (dont nous ne savons pour l’instant rien) sur la question.

Nous avons, comme lors de CTSD, tenu à expliquer la différence fondamentale entre les maîtres E et les PDMQDC. Le temps d’explication a été long mais tous les membres du CDEN ont pu mieux comprendre ce que nous nous entendions par PDMQDC et ce que disait notre administration.

Nous avons signifié qu’il faudrait 30 postes de E, 30 de G et 30 psychologues pour que la couverture RASED sur l’ensemble du territoire soit assurée.

- Formation : nous avons a nouveau déploré la fermeture des écoles d’application de Veyrac et Victor Hugo Limoges, de la BFC, l’année dernière. Nous avons à nouveau demandé s’il ne serait pas judicieux de recréer ces moyens là, plus de stagiaires étant attendus... Mais, justement, les moyens... manquent !

- les surnombres : Nous, SNUipp-FSU, avons fait part des possibilités qu’offraient les surnombres pour créer des postes (35 surnombres au début de l’année scolaire dont 18 ont été, à notre demande, utilisés dans les écoles. Si le département avait été mieux doté en postes, il aurait pu y avoir des ouvertures plutôt que du provisoire...). Avoir plus de collègues que de postes alors même que les besoins sont conséquents apparaît comme étant absurde. Le secrétaire général de la préfecture a demandé que la situation du département soit examinée après les permutations inter départementales. A suivre donc...

Le secrétaire général de la préfecture a assuré l’assemblée qu’il ferait remonter la demande unanime de besoin de rattrapage en termes de postes pour la Haute-Vienne. (Cf lecture d’une courte motion à notre initiative).

A la fin de la séance, nous avons voté sur l’ensemble des mesures proposées : la FSU a expliqué pourquoi elle allait voter en contre : désaccord sur des décisions départementales (la prise sur le budget 1er degré de 2 postes ULIS en collège, la non ouverture d’un poste à Victor Hugo Limoges conjuguée à la création d’un PDMQDC dans cette même école, les fermetures non acceptées et ouvertures non faites). Résultats des votes : CONTRE : 7 voix (dont les 5 FSU) ABSTENTION : 6 voix (dont les 4 UNSA et 1 SGEN-CFDT) POUR : les autres...

Pour la FSU : Nicolas Villacampa, Fabrice Prémaud, Manu Garcia (SNUipp-FSU), Sonia Lajaumont (SNUEP-FSU), Cécile Dupuis (SNES-FSU)

 

6 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.