www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
26 février 2013

Compte rendu audience de mardi 26 février avec repésentants de mairie de Limoges

Nous (Liliane Raynaud et Fabrice Prémaud, co secrétaires du SNUipp-FSU 87) avions demandé par courrier une audience avec M. le maire de Limoges et Mme Desproges Peyroux, adjointe au maire de Limoges chargée des affaires scolaires, sur le thème de la réforme des rythmes scolaires.

M. le maire nous a répondu par courrier postal et Mme Desproges Peyroux nous a reçus accompagnée de M. Fontarensky, attaché principal.

L’audience a eu lieu ce mardi 26 février 2013, de 11h à 12h20.

Nous avons d’emblée demandé si Limoges voulait passer à la semaine de 4,5 jours dès la rentrée 2013 et si les conditions semblaient réunies.

Mme Desproges Peyroux nous a expliqué que les Conseils des maîtres avaient été sollicités pour donner leur avis, notamment sur le choix de la 1/2 journée supplémentaire. Elle nous a dit que toutes les écoles sauf une avaient préféré le mercredi au samedi.

Nous avons demandé si les Conseils d’Ecole seraient consultés, s’il était envisageable un report à 2014.

Mme Desproges Peyroux nous a expliqué que Limoges avait déjà beaucoup d’expérience dans le péri-scolaire et qu’attendre un an de plus ne changerait rien. Elle a convenu avec nous que tout ne serait pas parfait tout de suite et qu’il allait falloir se préparer à rectifier les erreurs dès que celles-ci se feraient jour.

La décision sera prise après que les propositions des Conseils d’Ecole auront été connues. La mairie arbitrera, des propositions pouvant être contradictoires avec d’autres.

Nous avons demandé si des allongements des pauses méridiennes étaient envisagées.

M. Fontarensky a donné une piste sérieuse d’organisation : 3h30 de cours le matin, de 8h30 à 12h puis reprise de la classe à 14h15 jusqu’à 16h15. Ensuite, c’est le domaine du péri-éducatif, de la seule responsabilité municipale. Les derniers enfants seront gardés jusqu’à 18h30. Les activités proposées reprendront celles déjà proposées les mercredis matins.

Nous avons dit qu’il risquait y avoir beaucoup plus d’enfants concernés à partir de 16h15 qu’actuellement le mercredi matin.

Mme Desproges Peyroux et M. Fontarensky ont dit qu’ils s’y attendaient.

Nous avons demandé si des temps calmes étaient envisagés après la cantine, si ces temps se passeraient dans les salles de classe.

On nous a répondu que rien ne changeait par rapport au fonctionnement présent, que les temps organisés dans certaines écoles seraient généralisés. Les salles de classe ne seront pas utilisées pour ces activités.

Nous avons aussi parlé des coûts supplémentaires, des emplois qualifiés à créer.

Là aussi, nos deux interlocuteurs ont été d’accord pour dire que cela allait engendrer des coûts supplémentaires... Ils nous ont aussi dit que des formations avaient été (et seraient) mises en place (travail sur l’autorité, le contenu des activités...).

Et la demie journée ?

Vraisemblablement donc le mercredi matin. Rien de définitif encore quant aux 2h de cours + 1h d’APC.

De 8h30 à 11h30 ou 9h à 12h, avec APC la 1ère ou la 3ème heure. A voir... Les élèves de maternelles seraient ensuite orientés sur le site de Beaublanc et ceux de l’élémentaire sur celui du Mas Eloi.

Nous avons ensuite tenu à élargir la réflexion et avons parlé des RASED et des PDMQDC (Plus De Maîtres Que De Classes), de l’amalgame qui en était actuellement fait. Nous avons signalé que les départs en formation des maîtres E et G seraient marginaux, voire inexistants et que les PDMQDC étaient déjà avancés comme étant un (le ?) moyen de "traiter" la difficulté scolaire.

Mme Desproges Peyroux s’est dit étonnée de cet amalgame et a été en complet accord avec nous.

Nous avons aussi dit que cette réforme était un véritable casse-tête pour de nombreuses communes qui n’avaient pas les moyens et l’expertise de Limoges. Les inégalités entre élèves des communes riches et communes pauvres pourraient bien se creuser un peu plus si rien n’est fait (de la part de l’Etat).

Remarque sur le courrier envoyé par M. le maire de Limoges :

"De multiples échanges ont eu lieu, notamment à mon initiative le 4 février dernier dans le cadre de l’association des Maires de la Haute-Vienne, et le 7 février en présence du Ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, venu apporter quelques éclaircissements sur ses intentions et auquel le SNUipp-FSU a participé."

Nous (Fabrice Prémaud et Nicolas Villacampa) sommes allés voir M. Peillon le 7 février dernier, étant invités au dernier moment. Nous avons voulu intervenir et avons posé plusieurs questions, fait plusieurs remarques, dont :

Pourquoi, avec seulement 5 voix pour sur 60 possibles lors du dernier CSE (Conseil Supérieur de l’Education), s’entêter dans cette réforme plutôt que d’en faire une autre prenant plus en compte l’élève et l’enseignant ? Pourquoi minorer le rôle du Conseil d’Ecole au profit des municipalités ? Comment s’organiser dans son travail si sa classe est "réquisitionnée" pour tel ou tel atelier ?

Les réponses du ministre ont été :

- Le vote au CSE est consultatif.
- Le Conseil d’Ecole ne sera pas affaibli au profit de la municipalité.
- Tout ne sera pas parfait au début, c’est en faisant que l’on progressera.

Fabrice Prémaud & Liliane Raynaud

 

15 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.