www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
21 mars 2013

Compte rendu Audience recteur 20 mars 2013

Nous avions, avec nos collègues du SNUipp-FSU 23 & SNUipp-FSU 19, demandé une audience à M. le Recteur. Nous nous sommes rencontrés le 14 février dernier mais n’avons pas pu aborder tous les sujets que nous avions portés à l’ordre du jour. M. le recteur nous a donc proposé de nous revoir, ce que nous avons bien évidemment acceptés.

Sandrine Gorgeon et Fabrice Couégnas pour le SNUipp-FSU 23, Karine Rossander pour le SNUipp-FSU 19 & Fabrice Prémaud pour le SNUipp-FSU 87 étaient présents.

Outre le Recteur d’académie, étaient présents les DASEN de Creuse et de Haute-Vienne ainsi que le chef de cabinet du Rectorat.

Cette audience a eu lieu au Rectorat de 17h30 à 19h00.

- 1 - Les rythmes scolaires

Nous avons souhaité revenir sur la question de l’application de la réforme sur les rythmes scolaires.

Le Recteur a tenu à dire qu’il croyait en cette réforme et qu’il la jugeait urgente, plaidant ainsi pour une entrée dès 2013. Attendre 2014 ne changeant, selon lui, rien et générant une nouvelle difficulté, celle de se trouver en période d’élections tout en ayant la mise en place de cette réforme à assurer.

Fabrice Prémaud a fait état des pressions dont des maires ont été l’objet après avoir demandé le report à 2014.

Pas de pressions, juste des encouragements à s’engager dès 2013, reculer à 2014 n’étant pas une solution, nous a expliqué le Recteur.

Le seul fait de convoquer à la préfecture un maire demandant le report à 2014 représente en soi une forme de pression.

La DASEN de Haute-Vienne a expliqué qu’il s’agissait juste de comprendre et d’analyser la situation avec eux.

Nous avons tenu à dire que certaines communes s’engageaient dès 2013 en ne proposant rien, si ce n’est une entrée en classe retardée le matin et le midi de 15 minutes et avancée le soir de 15 minutes. Soit, un peu plus de cour de récré et un peu plus de garderie. Avec la prime de mise en œuvre à la clé... Et là, pas de convocation à la préfecture pour en discuter...

Le Recteur nous a dit que ces communes, réforme ou pas, n’en feraient pas plus pour leur école.

Nous avons également fait part des remontées de collègues, de directeurs nous faisant part aussi de pressions de la hiérarchie ou de maires n’hésitant pas à dénoncer les votes des Conseils d’Ecole, lorsque ceux-ci ont pu se tenir, certains n’étant même pas convoqués, les membres en étant dissuadés... Nous avons regretté que l’Institution ne demande pas la convocation systématique des Conseils d’Ecole pour discuter de la réforme et des possibilités de sa mise en œuvre (ou pas).

Recteur et DASEN se sont étonnés des propos que nous tenions et ont réaffirmés toute la pertinence de la tenue de Conseils d’Ecole sur le sujet.

Nous avons tenu à dire que dans bien des endroits, cette réforme avait déjà eu un résultat, celui de faire se tendre des relations entre des partenaires qui jusque là travaillaient en bonne harmonie.

La DASEN de Haute-Vienne a dit qu’un blog "rythmes scolaires" avait été ouvert mais a regretté le peu de visites (une centaine environ) dont il a fait l’objet.

Fabrice Couegnas a souligné la spécificité rurale de la Creuse et le fait que certains élèves avaient des trajets d’1h30 chaque jour. Avoir un jour de classe supplémentaire n’aura pas l’effet escompté, à savoir une moindre fatigue. Et il faut rajouter à cela le fait que nombre d’enseignants font de longs trajets pour se rendre sur leur lieu de travail...

Certaines situations sont en effet particulières...

- 2 - Le problème des mutations inter académiques et le cas de la Creuse

Les résultats nationaux ont été encore moins bons que ceux de l’an passé...

Depuis 2 ans, des groupes de travail sont programmés afin de permettre aux collègues Creusois qui souhaitent changer de département de pouvoir le faire. L’année passée, les ineats/exeats avaient permis à 10 d’entre eux d’intégrer la Haute-Vienne. Fabrice Couégnas a demandé qu’un groupe de travail se réunisse rapidement afin de permettre à des collègues de Creuse d’intégrer la Haute-Vienne, mais aussi le Puy de Dôme. 14 collègues demandant la Haute-Vienne ont plus de 600 points... Prendre une décision au plus vite n’auraient que des effets bénéfiques : rassurer les collègues en attentes depuis des années maintenant et libérer des postes au mouvement de Creuse.

Les DASEN ont dit qu’elles allaient faire au mieux et poursuivre le travail engagé.

- 3 - Les PDMQDC et les RASED

Une nouvelle fois, comme lors de précédents groupes de travail, CTSD et autre CDEN... nous avons expliqué ce qu’était les postes "Plus de Maîtres que de classes" afin de bien les différencier des postes surnuméraires occupés par des collègues maîtres E et qui font un travail de maître E.

Le recteur a abondé dans notre sens en disant bien que les deux dispositifs n’étaient pas du tout les mêmes, qu’il ne s’agissait pas de la même chose.

Nous avons été très satisfaits de sa réponse mais avons fait part d’une autre réalité, celle du terrain et des mesures de cartes scolaires.

La DASEN de la Haute-Vienne a malheureusement continué l’amalgame entre PDMQDC et maîtres surnuméraires

Fabrice Prémaud a une nouvelle fois exprimé son désaccord vis-à-vis du profilages des postes PDMQDC. Il eut mieux valu mettre en place une réunion d’information spécifique sur les caractéristiques et particularités de ces postes auprès des collègues intéressés puis les laisser, riches de ces informations, postuler ou non, le barème jouant ensuite son rôle, plutôt que de profiler.

La DASEN de la Haute-Vienne a dit assumer son choix, expliquant que tout le monde ne pouvait faire ce travail. Elle a également rappelé que devait se tenir ce vendredi un groupe de travail "RASED".

Nous avons également souligné le peu de demandes de départs en formation CAPASH et le peu de "publicité" fait autour. Les doutes quant à la pérennisation des RASED et leur renforcement étant toujours bien présents expliquent sûrement cela...

La DASEN a tenu à souligner que le départ en formation de psychologues scolaires des 2 collègues l’ayant demandé avait bien été acté.

Nous avons dit que nous étions satisfaits sur ce point nous aussi.

- 4 - EREA en Corrèze

Karine Rossander a fait part des problèmes constatés dans les EREA.

Le recteur et son chef de cabinet ont dit qu’ils allaient examiner la situation de près.

- 5 - ECLAIR : déprime et des primes...

Fabrice Prémaud a demandé, à l’extrême fin de l’audience, quel était le devenir des zones ECLAIR.

Il a fait part de la "déprime" des collègues des écoles en ECLAIR. "Déprime" pour "des primes", à ventiler en fonction de la qualité des projets remontés à l’IEN... Nous avons demandé que ces primes soient réparties de manière égalitaire entre les collègues. La prime/récompense et la non-prime/sanction devant être à proscrire.

La DASEN de la Haute-Vienne a dit qu’elle allait voir cette question avec l’IEN concernée.

L’audience s’est achevée vers 19h00, le Recteur ayant d’autres obligations.

 

16 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.