www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / CTSD, CTA et CDEN (carte scolaire, rythmes,...) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 juin 2013

Compte rendu du CDEN "Nouveaux rythmes scolaires" du 7 juin

Horaires des écoles document DASEN

Ce CDEN a eu lieu ce vendredi 7 juin de 14h30 à 17h40 à la Préfecture de Limoges.

Présents : représentant du Préfet, DASEN, secrétaire général de la DSDEN, IEN attaché à la DASEN, représentants du Conseil Général, représentants des DDEN, de la FOL, de la Ligue de l’enseignement, de la FCPE... et les représentants des personnel (5 FSU dont 2 SNUipp-FSU, 4 UNSA et 1 SGEN)

La DASEN a présenté l’ordre du jour et a d’emblée tenu à se féliciter du fait que 20 000 élèves sur les 30 000 du département passeront à la semaine de 9 demi-journées dès septembre 2013. Depuis 1 an, de nombreux groupes de travail ont été tenus. Elle a tenu à remercier et féliciter le chargé de mission M. Reymbault, pour son travail et son engagement dans la réforme. Avec 100 communes sur 143 qui partent pour 2013, "c’est déjà un beau succès"... (Au plan quantitatif, certes...)

Nous avons ensuite lu la déclaration liminaire FSU faisant état des remontées de terrains et de nos critiques et remarques.

Puis ont été lues les déclarations de l’UNSA, la FCPE et de Josette Libert pour le Conseil Général groupe Front de Gauche.

La DASEN a ensuite longuement expliqué les points de l’ordre du jour de ce CDEN. Elle a tenu à préciser que, globalement, les propositions d’organisations avaient été le fruit de consensus et s’étaient bien passées.

Nous sommes intervenus pour dire que les collègues, via les Conseils d’Ecole avaient souvent vu leurs propositions refusées par les IEN et avaient donc été contraints à revoir leur copie. De refus en refus, le consensus évoqué s’était plutôt réalisé par "épuisement" des collègues, fatigués de ne pas être entendus. D’autre part, nous avons fait remarquer que le bornage horaire imposé par le Conseil Général, notamment le mercredi, avait été une contrainte forte, aboutissant à un temps de classe cette matinée là bien inférieur à celui des autres jours.

Faisant suite à la conclusion de notre déclaration liminaire, nous avons insisté pour qu’un bilan soit fait au moins à la fin de l’année scolaire prochaine de façon à modifier le cas échéant les horaires. La représentante du Conseil Général a dit que beaucoup d’efforts avaient été fait de toutes parts mais que des changements pourraient être envisagés si le bilan fait l’exigeait.

La DASEN nous a dit qu’il serait fait preuve de souplesse, que des organisations pourraient être modifiées à l’issue de la 1ère année en fonction du bilan effectué.

Nous avons aussi fait part des nombreuses remontées critiques du terrain, des difficultés rencontrées par les collègues pour se faire entendre. Beaucoup nous ont également dit avoir été mis devant le fait accompli du passage dès 2013 aux nouveaux rythmes et ce, sans que leur avis n’ait été pris en compte ou même demandé. Ce faisant, et parce que l’exigence d’avoir de bons rapports avec les municipalités est essentielle pour travailler dans les meilleures conditions, les collègues ont fait des propositions d’emplois du temps. Malheureusement, trop souvent, leur travail n’a pas eu les fruits attendus. Nous avons d’ailleurs été les seuls, à la FSU, à parler de nombreux exemples allant dans ce sens... Pour la majorité de l’assistance, la réforme est formidable et les difficultés rencontrées ne sont qu’isolées et inévitables, tout ne pouvant être parfait du premier coup. Une représentante de la FCPE s’est également montrée très critique, notamment en faisant état de la façon dont la mise en place des nouveaux rythmes s’est faite sur la commune de Limoges. Mme Libert s’est elle-aussi montrée très critique, notamment dans sa déclaration.

Nos voix, à la FSU et au SNUipp-FSU, dissonantes dans ce concert, laissaient à penser que nous ne pensions qu’à critiquer et même à souhaiter l’échec de la réforme ! Dès le début, pourtant, nous avons demandé la réécriture du décret sur la réforme des rythmes et non son abandon synonyme de retour à la précédente "réforme" Darcos.

Nous avons ensuite, concernant le périscolaire, tenu à rappeler que la gratuité n’était pas garantie. Pour les élèves, le temps à l’école restera pourtant du temps à l’école mais il sera scolaire ou pas et, dans ce dernier cas, pourrait donc se révéler, à court ou moyen terme, payant. Lorsque notamment la dotation de l’Etat cessera, c’est-à-dire dans 2 ans, il faudra bien trouver de l’argent... enfin, plus d’argent encore.

Mais, nous a-t-on dit, il faut nous retrouver, être tous ensemble pour que la réforme soit une réussite. Etre critique n’est donc pas une bonne chose. De là à nous faire porter le chapeau en cas d’échec... Pourtant, une réforme est nécessaire et nous la demandons ! Mais réfléchie et partagée, portant en elle la réussite !

La DASEN a ensuite fait un point sur les obligations de service des enseignants, modifiées du fait de l’abandon de l’APE et de la mise en place de l’APC.

La DASEN a ensuite fait part de l’objectif du ministre concernant les devoirs donnés à faire à la maison : ils ne doivent plus exister ; "un enfant peut réciter sa récitation à ses parents mais ne doit pas l’apprendre avec eux".

Les articles de modification du règlement départemental ont été ensuite présentés. Il ne s’agissait pas de faire modifier quoique ce soit, s’agissant de textes réglementaires issus des textes nationaux. Pas de vote donc. Pas plus que dans l’annexe au règlement recensant les emplois du temps des écoles de Haute-Vienne.

Une phrase du règlement a cependant, et à l’unanimité, été enlevée et qui était, à l’article 3 : "Il (le DASEN) s’assure également que cette organisation (de la semaine scolaire) ne porte pas atteinte à l’exercice de la liberté de l’instruction religieuse."

Lire aussi ces précisions sur les articles 46 et 47 de la loi sur la refondation de l’école.

Le document annexe au règlement type départemental dans lequel figure tous les emplois du temps de toutes les écoles n’a pas été examiné page à page. Il nous a été demandé si nous avions des cas particuliers à examiner. Nous avons réitéré nos précédentes remarques et critiques, notamment sur la notion de consensus évoqué précédemment. Le cas de Verneuil a été tranché dans le sens de la proposition des collègues, ce dont nous nous sommes félicités.

Reste à venir maintenant le temps de la mise en œuvre.

L’adoption du procès verbal du précédent CDEN (du 7 février) a été ensuite proposée. Nous avons demandé que soient faites trois modifications :
- rajout de la motion proposée par la FSU demandant un rattrapage en termes de postes au ministère. (voir le compte rendu)
- en page 3, concernant le "Plus de Maîtres que de classes" et la création à Victor Hugo d’un poste : M. PREMAUD souligne que le dispositif PDMQDC présente un intérêt dans les écoles où les conditions sont réunies. De fait, dans le cas de Victor Hugo, c’est d’abord une ouverture qui serait intéressante, afin de faire baisser la moyenne d’élèves par classe. Ouvrir alors un poste de PDMQDC est pertinent. Enfin, il serait bon de recréer le poste de maître E, supprimé lors de la précédente carte scolaire.
- l’intervention de Sonia Lajaumont sur Saint-Yrieix-la-Perche et l’accès à la piscine pour les élèves des collèges a été précisée.

Ces 3 propositions ont été acceptées et le PV a été voté à l’unanimité.

Le CDEN s’est ensuite achevé.

Pour la FSU : Fabrice Prémaud et Dominique Sage (SNUipp-FSU), Olivier Maratrat (SNUEP-FSU), Cécile Dupuis (SNES-FSU) et Sonia Lajaumont (SNEP-FSU)

 

6 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.