www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
28 novembre 2013

Grève du 5 décembre : toutes les infos pratiques

Pour la réussite des élèves, la vraie priorité, c’est la transformation de l’école

Les jours, les semaines passent et l’application de la réforme des rythmes scolaires continue à fabriquer une école à géométrie variable. Le SNUipp-FSU a pris la décision d’appeler à la grève jeudi 5 décembre prochain, demandant la suspension de ce décret et sa nécessaire réécriture. Suspendre et réécrire ne signifient pas détruire les organisations qui marchent du point de vue des enseignants, mais permettre, partout, et avec les enseignants, de transformer l’école. Au cœur de notre action se trouve l’exigence de donner les moyens de faire VRAIMENT reculer l’échec scolaire, de VRAIMENT alléger la journée de l’élève mais aussi celle de l’enseignant.

Et ce n’est pas, seule, une réforme des rythmes scolaires qui changera l’école :

Rythmes scolaires, budget, conditions de travail des enseignants, le ministre doit répondre !

Il y a URGENCE, nous devons TOUS ENSEMBLE nous donner les moyens de réussir. Faire grève, massivement, peut permettre de gagner !

JEUDI 5 DECEMBRE

POINT DE DEPART devant le RECTORAT de LIMOGES

10H00

MANIF qui passera devant le Conseil Général, la Préfecture puis la Mairie.

ASSEMBLEE GENERALE organisée par le SNUipp-FSU 87

11H00

Amphi Blanqui, derrière la Mairie de Limoges

Télécharger ICI votre déclaration de participation à la grève !

Voir aussi l’Appel SNUclias-FSU epa-FSU et SNUipp-FSU à la grève le 5 12 13, parce que cette réforme n’a pas que des conséquences négatives pour les enseignants et leurs élèves, mais aussi pour les agents territoriaux (dont les ATSEM) et l’Education Populaire.

Aujourd’hui, les écoles primaires sont en proie à un climat d’exaspération. Le mécontentement voire la colère s’expriment sur la question des rythmes scolaires devant le refus du ministre d’ouvrir des négociations pour remettre à plat cette réforme. Celle-ci est le révélateur d’une dégradation des conditions d’exercice du métier dans une école abimée par des années de suppression massive de postes.

On ne peut pas continuer dans ce climat de trouble dans les écoles. Les enseignants ont besoin de sérénité pour bien travailler à la réussite des élèves et en confiance avec les familles. La priorité au primaire ne peut pas se résumer à une réforme des rythmes mal pensée et contestée. Pendant ce temps là, la nécessaire transformation de l’école reste à quai et ce d’autant que l’investissement budgétaire ne se traduit pas encore par une vraie « priorité au primaire » : les mesures pour la direction et le fonctionnement de l’école sont très décevantes, la formation continue reste exsangue, le plus de maitres que de classe avance à petit pas, ...Avec 30 000 élèves supplémentaires attendus à la rentrée prochaine, les effectifs dans les classes vont rester chargés. Où est la priorité au primaire quand le ministre envisage une mesure d’allégement du temps de service pour les enseignants de collège d’éducation prioritaire mais pas pour les enseignants des écoles qui, pourtant, vivent les mêmes réalités professionnelles ( travail en équipe, relation aux familles, collaborations éducatives) ?

Maintenant, ça suffit ! La priorité au primaire marche à l’envers. L’enjeu pour notre école, c’est bien la réussite de tous les élèves. Et les vraies priorités sont les conditions d’apprentissage des élèves et les conditions de travail des enseignants. Le ministre doit y répondre sans attendre. Le SNUipp-FSU décide d’appeler les enseignants des écoles à faire grève massivement le 5 décembre pour :

1. Une autre réforme des rythmes.

Remise à plat partout où les écoles le demandent. Pas de généralisation en 2014 : suspension et ouverture immédiate de discussions pour écrire un nouveau décret des temps scolaires

2. Un budget ambitieux pour la transformation de l’école :

-  une baisse des effectifs par classe
-  un renforcement des RASED par des créations de postes et des départs en formation
-  une montée en charge du plus de maîtres que de classes
-  un renouveau de la formation continue des enseignants
-  un alignement de l’ISAE sur l’indemnité du second degré
-  des mesures concrètes pour l’éducation prioritaire avec une réduction du temps d’enseignement pour les PE comme pour les professeurs du collège

3. L’amélioration des conditions de travail :

-  du temps pour travailler en équipe : 3 h hebdomadaires libérées, une amélioration des décharges de direction pour le fonctionnement de l’école
-  respect de la professionnalité des enseignants : fin du caporalisme et des injonctions

Voir l’interview au JT de France 3 Limousin le 12/13 du 20 novembre dernier de Fabrice Prémaud, co secrétaire du SNUipp-FSU 87.

Déclaration préalable :

Faire sa déclaration préalable prend à peine 5 min et :

- ne vous oblige pas à faire grève (si vous décidez de ne pas participer il suffira d’émarger sur la liste que fait signer le directeur pour vous signaler non-gréviste)
- vous laisse le temps de réfléchir, de lire les différentes publications sur le sujet des rythmes scolaires notamment, de consulter le site, de discuter avec les collègues …
- permet de combattre la remise en cause du droit de grève.

Pour la grève du jeudi 5 décembre, la déclaration doit parvenir mardi 3 décembre 8h30 dernier délais par mail ou être envoyée le lundi 2 décembre dernier délais par courrier postal (le cachet de la poste faisant foi).

Modèle de lettre :

Nom : Prénom : (Affectation) à Mme la directrice des services académiques s/c de M. l’IEN de ........ Madame, Monsieur l’Inspecteur,

Je vous informe de mon intention de participer au mouvement de grève du 5 décembre 2013 à partir de 8 heures 30 , à l’appel du SNUipp-FSU.

Conformément à la loi, je vous rappelle que cette lettre "est couverte par le secret professionnel et ne peut être utilisée que pour l’organisation du service d’accueil de ce..." (article L133-5)

Date , Signature (si déclaration papier)

Modalités pour la grève

Demander aux collègues de conserver un double de la déclaration d’intention et/ou accusé d’émission du fax, en cas de contestation.

déclaration en ligne, cliquez sur votre circonscription :

- limoges 1->ce.0870074h@ac-limoges.fr

- limoges 2->ce.0870076k@ac-limoges.fr

- limoges 3->ce.0870651k@ac-limoges.fr

- limoges 4->ce.0870073g@ac-limoges.fr

- limoges 5->ce.0870077l@ac-limoges.fr

- limoges 6->ce.0870075j@ac-limoges.fr

- limoges A.S.H.->secretariat.ash@ac-limoges.fr

- CONSIGNES DE GRÈVE

Envoyer à l’IEN la déclaration individuelle d’intention de se mettre en grève

- QUI PEUT FAIRE GRÈVE ?

L’ensemble des instituteurs et des professeurs des écoles, assistants d’Education, E.V.S., titulaires, non - titulaires, vacataires, en formation, en stage. Les directeurs d’école et les IMFAIEN également car ils ne sont ni chefs d’établissement ni fonctionnaires d’autorité (décret n° 88-343 du 11/04/89 + question écrite au JO du 31/1/76).

- EMPLOIS-JEUNES/E.V.S. ET LA GRÈVE

Au vu de la situation administrative, comment se situent les aide-éducateurs et les E.V.S. au regard de la grève. Comme tous les salariés de droit privé, les emplois-jeunes et les E.V.S. bénéficient du droit de grève. Dans le cas où le mot d’ordre ne les concerne pas :

Si l’ensemble du personnel enseignant est en grève : l’aide-éducateur ou l’E.V.S. rejoint son école. Ils ne sont pas habilités à accueillir les élèves lorsque l’école est fermée. Ils ne peuvent être mis à la disposition de la municipalité ou d’une association durant la journée. Les conventions éventuellement signées avec ces partenaires ne peuvent concerner que les temps de repas ou d’études sur des activités préalablement définies dans le projet d’école et qui constituent la poursuite directe de celles au titre desquelles ils ont été recrutés. Leurs services ont été préalablement définis par le directeur de l’école. En cas d’impossibilité d’accès aux locaux scolaires, ils peuvent rentrer chez eux.

Si un ou des enseignants ne sont pas grévistes et sont présents dans les locaux : l’aide-éducateur ou l’E.V.S. est placé sous l’autorité du directeur d’école ou du collègue faisant fonction ce jour-là. Le service est organisé selon les activités pour lesquelles il a été recruté et qui figurent en liste limitative sur son contrat. Il ne peut se substituer aux enseignants grévistes et n’a à accomplir aucune tâche de remplacement.

- AVANT LA GRÈVE

Les grévistes informent les familles dès que possible par écrit qu’il n’y aura pas classe. Ils en informent également tous ceux qui sont concernés par l’organisation d’une activité à laquelle eux ou leurs élèves participent : cantine, étude, transport scolaire, piscine...) La lettre aux parents peut être soit distribuée à la sortie, soit transmise sous pli cacheté ou agrafée, (prendre toutes les précautions d’usage)

1-s’il y a des non-grévistes, la veille au soir, les directeurs grévistes afficheront un tableau des services qui devront être assurés par les maîtres présents (accueil, récréation, cantine, garderie, étude). La faire émarger par les intéressés.

2-si tous les maîtres sont grévistes, apposer à l’entrée de l’école une affiche annonçant « École en grève, pas de classe ». Si c’est le cas, ajouter « ni cantine, ni étude ». Dans tous les cas, le directeur gréviste, pas plus que ses adjoints grévistes, n’est tenu de surveiller les élèves ni d’être sur place.

- PENDANT LA GRÈVE

Aucune communication ne sera faite à l’extérieur (RG - police -....) sur la situation dans l’école (nombre et identité des grévistes etc. ...) Ne pas répondre aux sondages, pas même de l’Administration Par contre chaque école fera connaître au plus vite aux représentants syndicaux le nombre et le pourcentage de grévistes. En cas de problème (intimidation, incident), prévenir immédiatement la section départementale.

- APRÈS LA GRÈVE

Pour les retenues de salaires, il appartient à l’administration de faire la preuve de la participation à la grève. Ainsi les grévistes, quelle que soit leur fonction, ne répondent à aucune enquête, ne s’inscrivent sur aucune liste.... Les directeurs et directrices n’ont à accomplir aucune tâche particulière à ce sujet, sinon transmettre les documents de l’Administration aux non grévistes qui les gèrent eux-mêmes, ils ne certifient rien.

JPG - 11.5 ko
syndic toi
JPG - 9.8 ko
TOUS ENSEMBLE, POUR TOUS !

 

15 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.