www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 mars 2014

Pas de remplaçant ? Le protocole. 2 semaines de stages annulées supplémentaires !

Signalez-nous les absences non remplacées, nous avons plus d’arguments avec des informations précises.

.. où en sommes nous sur le terrain ?

Ce mardi 28 écoles n’avaient pas de remplaçant !!! Certaines n’ont eu personne depuis plus d’une semaine !!! Ce jeudi, malgré les annulations de stages (2 semaines supplémentaires d’annulées, ce qui porte à 3 semaines !) 22 collègues sont non remplacés !

Réponse de l’administration : supprimer les stages pour retrouver quelques moyens de remplacement, qui resteront cependant insuffisants ! Il n’y a pas d’autre solution.

Réponse sous forme de courrier de l’IDASEN aux écoles : exiger des enseignants qu’ils accueillent tous les élèves... et d’invoquer l’article L 133-1 du Code de l’Education qui stipule "Tout enfant scolarisé dans une école maternelle ou élémentaire publique ou privée sous contrat est accueilli pendant le temps scolaire pour y suivre les enseignements prévus par les programmes. Il bénéficie gratuitement d’un service d’accueil lorsque ces enseignements ne peuvent lui être délivrés en raison de l’absence imprévisible de son professeur et de l’impossibilité de le remplacer." Mais, depuis plusieurs années déjà, l’imprévisibilité n’est pas de mise. En effet, avec largement plus de 1500 jours de classes non remplacés l’année passée, qui faisait suite à une année encore plus catastrophique de ce point de vue avec des pics à plus de 60 collègues non remplacés certains jours, on voit bien tout le côté très prévisible des choses.

L’IDASEN évoque à la fin de son courrier des pistes pour apporter des solutions au problème. Lors de l’audience que nous avons eue avec lui (cf compte rendu), celles-ci ont été avancées : quelques (comprendre 2 ou 3) créations de postes de brigades et récupérer 16 ETP (équivalents temps pleins) en n’autorisant plus les demandes de temps partiel sur autorisation ! Nous lui avons déjà fait savoir que refuser en masse ces demandes pourraient s’avérer être contre productif... (voir ci après)

Lors du dernier groupe de travail sur le plan de formation, il a été commenté les priorités nationales... Pourquoi programmer des stages si c’est pour les annuler ?

Il est temps maintenant que les choses changent et que la dotation de 10 postes supplémentaires soient largement réévaluée par le ministère. La brigade de remplacement doit être renforcée de manière conséquente : il manque 60 postes, ça peut paraître exagéré, mais c’est bien la réalité ! De plus, il faut recréer une Brigade Formation Continue, indépendante de la brigade traditionnelle de façon à ce que la formation continue cesse d’être une variable d’ajustement mobilisable à merci pour pallier les carences de l’Administration. Il y a urgence !

Quant à refuser massivement les demandes de temps partiel sur autorisation, c’est une fausse bonne idée, y compris sur un plan strictement comptable pour l’administration. Récupérer des ETP (des équivalents temps plein, en clair 16 postes maximum) risquerait de se conjuguer à plus d’arrêts de travail, des collègues se payant eux-mêmes leur aménagement de service pas le biais du temps partiel sur autorisation. Quel serait alors le résultat pour l’administration ? Il pourrait bien être négatif et faire empirer encore la situation. Ce qu’il faut, c’est plus de créations de postes ! Demande que nous avons déjà faite lors du précédent CDEN carte scolaire 2013 sous forme de motion. Quand on sait que des collègues sont empêchés de pouvoir muter dans le département et vivent des situations dramatiques obligeant même certains à se mettre en disponibilité, quand on sait que depuis plusieurs années le département est en situation de surnombres (sic !) alors même qu’il manque des postes, on a du mal à comprendre...

Il est à noter que lorsqu’un(e) directeur (trice) est déchargé, il est considéré par l’administration comme potentiel remplaçant, car, curieusement, des collègues ne sont pas remplacés dans ce cas de figure. Pire, des collègues assurant les décharges ont pu être mobilisés pour remplacer ailleurs ! Les décharges devenant alors aussi variable d’ajustement. Quand on sait que des collègues directeurs déchargés par des M2 et étant aux nouveaux (merveilleux) rythmes perdent aussi la demi-journée de décharge toutes les 2 ou 4 semaines, on voit que la situation est vraiment catastrophique. Optimiste ou pas, il va bien falloir agir et se battre pour imposer un changement qui ne trouve pas de traduction sur le terrain. Y’a plus qu’à nous bloquer nos promotions, après le gel de nos salaires datant de 2010,, une soi-disant autre ère...

Remarque : l’intervention auprès de l’Inspection d’un maire de commune peut avoir une certaine efficacité...

N’hésitez pas à renseigner la petite enquête ci-dessous, cela nous permet d’étayer nos propos avec des exemples concrets.

Pour ceci, vous pouvez compléter le formulaire afin d’établir un état des lieux du remplacement dans le département

Merci de votre participation.

Pas de remplaçant : cliquez ici !!!
[Obligatoire] :
:
[Obligatoire] :
type :
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
:
:

RAZ LE BOL

Pas de remplaçant depuis 2 jours ?

Les consignes syndicales

Le SNUipp-FSU 87 vous propose comme protocole à suivre :

- 1. Dès le premier jour : Prévenir immédiatement l’IEN de la circonscription

Organiser l’accueil des élèves du maître absent

Prévenir les syndicats pour un état quotidien précis

- 2. A l’issue du 2ème jour non remplacé s’assurer, auprès de l’IEN, de l’affectation d’un titulaire-remplaçant.

Dans le cas contraire : demander aux parents d’élèves de bien vouloir garder leurs enfants (cf lettre) ; informer l’IEN (cf lettre) ; avertir également le SNUipp-FSU.

Rappel :

Si l’absence commence le : les élèves ne sont plus gardés à partir du Lundi - Jeudi matin Mardi - vendredi matin Jeudi - lundi matin Vendredi - mardi matin

- 3. Modèle de lettre pour informer l’IEN

Monsieur l’Inspecteur, Notre collègue……………………………………. est absent (e) depuis le ……………………..

Jusqu’à présent, vous n’avez pas pu pourvoir à son remplacement. C’est pourquoi, nous avons demandé aux parents de ses élèves, de bien vouloir garder leur enfant. Nous ne pouvons accepter de désorganiser le travail de toutes les classes, par la répartition entre elles des élèves de notre collègue absent (e).

Nous vous prions de croire…………………..

Le Conseil des Maîtres

- 4. Modèle de lettre aux parents

Madame, Monsieur,

Le maître (la maîtresse) de votre enfant est absent (e) depuis le……… L’administration prévenue immédiatement, n’a pas été en mesure de pourvoir à son remplacement. Afin de ne pas désorganiser le travail de toutes les classes de l’école, nous sommes au regret de vous demander de vouloir garder votre enfant à partir du……….

De notre côté, nous informons de notre décision les représentants syndicaux et l’administration.

Nous souhaitons par cette action obtenir rapidement un remplaçant pour notre collègue.

Croyez, Madame, Monsieur, …………….L

Le Conseil des Maîtres

JPG - 11.5 ko
syndic toi

 

32 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.