www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / CTSD, CTA et CDEN (carte scolaire, rythmes,...) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 avril 2014

Compte rendu du CTSD du 15/04/14 : une carte scolaire inacceptable !

Le comité technique paritaire s’est tenu ce matin de 9h30 à 12h30 .

Présents : M. Le Mercier, IADASEN, M.Gainand, secrétaire général, Mme Chabardès, adjointe au SG, Mme Boulineau, IEN Limoges 5, M. Rouy , IEN Limoges 4 ; M. Giraud, IEN Limoges 1 ; M. Lévêque, IEN ASH ; Mme Pérez,IEN Limoges 2 ; Mr Bustreau,IEN Limoges 3 ; Mme Massart, IEN Limoges 7 ; Mr Rousseau, Limoges 3 . Des représentants du SNUipp-FSU, de l’UNSA et du SGEN

La séance a débuté par la déclaration liminaire de la FSU (SNUipp & SNES)

Le SE-UNSA a ensuite lu la sienne.

Intervention de l’IADASEN

L’IADASEN a ensuite tenu à réagir à notre déclaration et à celle du SE-UNSA. Il a souhaité un "temps de réflexion collective" et de partage des éléments de contexte.

Il a dit les "conditions détériorées depuis 2008 qui ont des implications sur le budget". Il a expliqué que les fluctuations économiques étaient ce qu’elles étaient, que la crise était belle et bien là, ce qui impactait le climat scolaire et la condition de vie des familles. Il a voulu souligner la "responsabilité collective par rapport aux générations futures" qui est celle de l’Etat et de tous ses membres inclus les enseignants. Il a rappelé que le ministère de l’Education Nationale était épargné et même privilégié.

Il a dit que le nouveau ministre de l’EN, Benoît Hamon, avait dit qu’il n’y aurait pas d’inflexion sur la Refondation de l’Ecole et ses finalités. Il a souligné le changement de méthode du ministre qu’il a dit très attaché à la concertation et habitué aux nombreuses visites sur le terrain. Il a aussi dit qu’il était très attaché à la notion de lutte contre l’injustice et la nécessité de tout mettre en œuvre pour que l’équité scolaire et l’égalité des chances soient respectées. Il a aussi parlé d’une école exigeante, bienveillante et inclusive, de la nécessité d’élever le niveau de connaissance et de compétences. Il a parlé de réductions des inégalités sociales et territoriales, de cohésion sociale, de lien civique autour de la promesse républicaine de la réussite pour tous.

Il a voulu ce moment de constats pour repartager ensemble cette culture commune.

Il a rappelé que les difficultés scolaires à l’écrit avaient augmenté de manière significative, que les évaluations PISA de décembre faisaient apparaître un recul des savoirs fondamentaux à la fin du primaire comme à la fin du collège entraînant une augmentation du décrochage scolaire et des sorties du système sans qualification. Cela confirmait de 120 à 200 000 élèves. "Cette insuffisante efficience face à l’iniquité sociale et scolaire entraînant un déclassement social et une perte de confiance en l’Etat." Il a aussi rappelé les références faites à la Révolution Française, s’interrogeant sur le comment le pays était devenu celui de l’OCDE.

Il a tenu à dire que tous les cadres s’étaient investis mais qu’il était toujours constaté un creusement des résultats entre les zones sensibles et les autres.

"L’absence de diplôme a pour conséquences le chômage et la précarité. Le déterminisme lié à la naissance et au diplôme n’est plus admissible." a-t-il dit.

Il a voulu rappeler la priorité au primaire. Pour se faire, les objectifs suivants ont été affirmés :
- réduire de 10% les inégalités de droits communs par rapport aux zones prioritaires
- conduire 80% d’une classe d’âge au bac
- conduire 50% d’une classe d’âge au bac+3

Les moyens pour atteindre ces objectifs :
- création des ESPE
- scolarisation des moins de 3 ans
- les postes PDMQDC
- introduction d’une langue vivante dès le CP
- redéfinition des missions de l’école maternelle

Il a dit qu’il était nécessaire de travailler sur le climat scolaire et le climat social des territoires.

Il a dit ne pas vouloir (pouvoir) revenir sur les politiques nationales et sur les dotations académiques. Il a donc dit que le CTSD était une instance où il était question de travailler avec les moyens existants.

Il a dit que la situation du remplacement était inacceptable et qu’il avait trouvé le département dans une situation très délicate de ce point de vue là. Il a donc décidé de créer 5 postes de brigade sur la 10 créations.

Il a dit aussi avoir "mis le paquet" sur la zone REP+, zone du collège Ronsard à Limoges avec déjà 1 CPE, 1 infirmière et 1 assistante sociale et au niveau de la DGH 49h pour la concertation. Côté 1er degré, il a utilisé les 5 autres postes créés pour ce REP+.

Aujourd’hui, au niveau de la répartition départementale, avec 225 élèves supplémentaires attendus, on va travailler à moyens constants.

Nous avons souhaité retranscrire le plus précisément et le plus fidèlement possible les propos de l’IADASEN afin que chacun puisse bien se faire son idée.

Intervention UNSA

- Constat ancien de besoins malgré le rattrapage dans notre département.
- Mauvaise surprise d’apprendre que REP+ pas financer (moyens constants).
- Budget moins important qu’en 2013 : on ne comprend pas.
- OCDE : résultats des évaluations PISA = bilan des politiques restrictives de l’éducation. Ceux qui ont réussi sont ceux qui ont investi dans la formation initiale et continue, qui ont revaloriser les salaires et le métier d’enseignant, qui ont baissé le nombre d’élèves par classe, qui ont réussi à aider les familles issues de milieux défavorisés

Intervention SNUipp-FSU

- En accord avec les remarques de notre collègue du SE. Concernant les propos de M. Le Mercier, nous ne pouvons que constater une grande distorsion entre les mots, les discours et les actes. Dans un contexte comme celui que connaît le département, nous ne pouvons pas nous résoudre à voir les applications concrètes sur le terrain de telles mesures de carte scolaire. Les écoles victimes de fermetures sont toutes dans des situations très difficiles, a fortiori après suppression. Et pourraient d’ailleurs pour certaines se retrouver sur la liste des ouvertures... !
- Réaffirmer la notion de culture qui a été rajoutée à la dénomination de socle commun de connaissances et de compétences, l’école ne devant pas se borner à dire lire écrire et compter pour dire lire écrire et compter !
- L’école ne peut pas tout (en réponse aux exigences développées par l’IADASEN ci dessus), la réforme des rythmes ne remplace pas les maitres E. Quid des écoles qui ne sont pas classées REP ? A l’image de l’école Jules Ferry au Palais par exemple.
- Concernant le climat scolaire, nous avons fait état de la grande difficulté dans laquelle sont plongés plusieurs de nos collègues face à des élèves (souvent 1 seul) ingérables et qui leur "pourrissent" la classe et la vie, ayant pour conséquences dans plusieurs cas des arrêts de travail.
- Concernant la Réforme des Rythmes, le 1er ministre a déclaré dans son discours d’investiture qu’il y aurait un assouplissement. Que doit-on comprendre ?

Réponses de l’adminstration

- la culture est tellement importante qu’elle est partout elle est omniprésente. La notion de culture sera au centre des discussions de refonte des programmes.
- Formation au numérique renforcée sur le territoire.
- Question du climat scolaire : travail avec les partenaires, coéducation, projet d’école en lien avec les projets de territoires améliorent le climat scolaire et pas forcément l’abaissement du nombre d’élèves par classe. Amélioration du climat : il faut former les enseignants.
- Problème des écoles enclavées dans leur réseau : politique de réseau (collège) et pas d’école.
- à propos de la réforme des rythmes scolaires et de son "assouplissement", M. Rouy a lu une note stipulant qu’il n’y avait "pas d’élément, mais ni report, ni retrait, ni libre choix, mais des aménagements locaux en fonction de cas particuliers."

Des discussions au ministère doivent avoir lieu dans les prochains jours.

SNUipp-FSU

Nous avons alerté sur les effets de langages, les grands discours qui ne trouvaient en fait pas de traduction concrète sur le terrain et minaient ainsi le moral et la vie des enseignants.

A l’issue des discussions, les organisations syndicales ont toutes voté contre les nouvelles propositions de carte scolaire de l’administration. Les "bougés" depuis le groupe de travail ne peuvent nous satisfaire. Le CTSD est donc reconvoqué vendredi matin.

En début d’après midi, nous avons décidé de boycotter le CDEN tant les propositions de l’administration sont loin d’être acceptables. Le prochain CDEN aura lieu vendredi après midi.

Les chiffres ci-dessous sont les chiffres communiqués par les directeurs et que nous avons nous-mêmes communiqués à l’administration. L’administration quant à elle n’a voulu retenir que les chiffres de novembre !!!

Liste des ouvertures : total ouvertures : 24,5 postes

Classes

le Vigenal maternelle : L2 :

96 (3) moy avant ouverture : 32 moy après ouverture (4c) 24

Landouge élémentaire L2 : régularisation

effectifs 301 (11c) moy avant ouverture 27,36 moy après ouverture (12c) 25,08

Léon Berland élé L4 :

effectifs 273 (10c) moy avant ouverture 27,3 moy après ouverture (11c) 24,82

Edouard Herriot élé L4 :

effectifs 245 (9c) moy avant ouverture 27,22 moy après ouverture (10c) 24,5

Couzeix élé L5 :

effectifs 583 (20c) moy avant ouverture 29,15 moy après ouverture (21c) 27,76

Linards L6 :

effectifs 111 (4c) moy avant ouverture 27,75 moy après ouverture (5c) 22,2

Saint Genest sur Roselle L6 : St Bonnet régularisation

effectifs 64 (2c) moy avant ouverture 32 moy après ouverture (3c) 21,33

Laurière L7 : régularisation

effectifs 70 (3c) moy avant ouverture 23,33 moy après ouverture (4c) 17,5

La Geneytouse L7 :

effectifs 88 (3c) moy avant ouverture 29,33 moy après ouverture (4c) 22

Cognac la Forêt L1

effectifs 111(4c) moy avant ouverture 27,75 moy après ouverture (5c)22,2

Saint Junien L1

CLIS Joliot Curie (régularisation)

Maître formateur (décharges) : 0,5 poste (pour accompagner les 40 stagiaires)

ASH : IEM Grossereix : 1 poste

Divers :

Laurière :

1 poste Dispositif accueil moins de 3 ans (régularisation)

Décharges REP+ :

2

1 poste Dispositif accueil moins de 3 ans

(La Bastide maternelle)

Dispositif « plus de maîtres que de classes » :

2 postes (1 vigenal-Descartes ; 1 Blanchot)

Brigades de remplacement :

5 postes

IMF Condorcet mat :

2 postes

Réserve Septembre

2 postes

Liste des fermetures : total fermetures : 16,5 postes

Classes :

Jean Le Bail élé L2 RRS :

effectifs 191 (9c) moy avant fermeture 21,2 moy après fermeture (8c) 23,87

Joliot Curie élé L2 Eclair Clis + UP2A

effectifs 247(11c) moy avant fermeture 22,45 moy après fermeture (10c) 24,70

Madoumier élé L2 Eclair

effectifs 130 (6c) moy avant fermeture 21,60 moy après fermeture (5c) 26

Peyrilhac L5

effectifs 109 (5c) moy avant fermeture 21,8 moy après fermeture (4c) 27,25

Le Palais J Ferry élé L4

effectifs 115 (5c) moy avant fermeture 23 moy après fermeture 28,75(4c)

Saint Just Le Martel mat

effectifs 85 (4c) moy avant fermeture 21,25 moy après fermeture (3c) 28,30

Saint Yriex J ferry élé L Clis

effectifs 158 (7c) moy avant fermeture 22,57 moy après fermeture 26,33(c)

Sussac L4 ZRR

effectifs 25 (2c) moy avant fermeture 12,5 moy après fermeture ( classe unique !!!!) 25

Saint Germain les Belles ZRR

effectifs 163 (7c) moy avant fermeture 23,28 moy après fermeture (6c) 27,1

Dournazac ZRR

effectifs 77 (4c) moy avant fermeture 19,25 moy après fermeture (3c) 25,6

Ladignac le Long

effectifs 104 (5c) moy avant fermeture 20,8 moy après fermeture (4c) 26

Eymoutiers élé ZRR

effectifs 92 (5c) moy avant fermeture 18,4 moy après fermeture (4c) 23

Nantiat élé ZRR

effectifs 109 (5c) moy avant fermeture 21,8 moy après fermeture (4c) 27,25

ASH : Brigade ASH (0,5 poste)

Poste G CMPP saint Junien (1 poste)

Condorcet mat : 2 postes adjoint

JPG - 11.5 ko
syndic toi

Fabrice Prémaud, Manu Garcia, Marie-Mélanie Dumas et Cécile Dupuis pour la FSU 87

 

5 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.