www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Archives 2007 - 2011  / Archives 2007-2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er octobre 2007

Suppression du samedi de classe (ou du mercredi)

Suppression du samedi de classe (ou du mercredi)

Plus classe le samedi ?! Youpi ! Youpi ! Youpi ! Merci Monsieur le Ministre !

Youpi ?

En décidant seul, sans avoir consulté les représentants des personnels concernés par cette mesure, le Ministre fait la démonstration de son attachement au dialogue, à la concertation…On passe tous à la semaine de 4 jours ce qui implique une diminution horaire pour les élèves de 72H pour une année scolaire (de 936H le volume à l’année est ramené à 864H). Entre autre argument, dans la plupart des autres pays européens, les élèves ont moins d’heures de classe qu’en France. Mais au fait, dans la plupart des autres pays européens, le nombre d’élèves par classe est bien moindre que chez nous, alors qu’attendons-nous pour nous aligner (sur la Norvège par exemple qui a un taux d’encadrement de 11,9 alors que le notre est de 19,4 soit un des plus hauts) ?

Tiens, voilà que j’entends déjà : « Toujours à critiquer, à suspecter nos gentils dirigeants des pires intensions…Il exagère celui-là ! Pour une fois qu’une bonne mesure est prise ! »

Mais tout n’est pas si simple. Le simplisme, la démagogie, le populisme, dans les hautes sphères, on s’y connaît et on en fait un usage immodéré.

Au premier abord, l’annonce peut en effet paraître séduisante. L’annonce est séduisante. Dans combien d’écoles le problème de l’absentéisme chronique ce jour-là ne s’est-il jamais manifesté ? Lequel d’entre nous ne s’est jamais dit qu’il serait mieux ailleurs ce samedi matin-là. Alors même que la majorité des parents se trouve en week-end dès le vendredi soir, les enfants ont encore du travail à faire. Quelle aubaine pour notre ministre d’annoncer dans ces conditions sa dernière trouvaille ! Comme sur d’autres sujets, c’est en se déclarant en phase avec l’opinion publique que celui-ci prétend agir. Alors il agit, vite, trop vite, précipitamment et sans la réflexion nécessaire, sans se soucier de l’intérêt de l’enfant, sans tenir compte des expertises sur les rythmes biologiques.

Se passer de la réflexion sur les rythmes scolaires, ne pas commencer en s’intéressant d’abord à la journée de l’écolier, beaucoup trop longue, est une grossière erreur. Et dire que ladite journée serait encore rallongée pour les 15% des élèves en grande difficulté, il y a vraiment de quoi se poser des questions. Sur les réelles intentions d’une telle mesure. En effet, comment ne pas s’interroger sur le devenir des maîtres de soutien, des RASED, des brigades CLIN, des BFC dans de telles conditions : la belle aubaine pour fermer ces postes…Dégager du temps a en fait pour heureuse conséquence de supprimer des postes donc de récupérer de l’argent. Nous y voilà ! Et ne nous laissons pas bercer de douces illusions quant à une prochaine éventuelle revalorisation : l’argent économisé, nous n’en verrons pas la couleur. A travail égal, salaire au mieux égal, c’est à dire toujours en perte de pouvoir d’achat.

Cette mesure ressemble fort à un écran de fumée destiné à faire diversion. Et les coups portés à l’ensemble des services publics et notamment à celui de l’éducation redoublent et s’intensifient. Et inquiétons-nous car réduire l’offre d’éducation, c’est s’inscrire dans l’appauvrissement programmé de notre système d’éducation.

Fabrice PREMAUD

 

14 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.