www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / compte-rendu de groupes de travail à l’inspection  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 octobre 2014

Compte rendu du GT sur la communication électronique de l’Inspection

Présents : M. Rousseau, IEN Limoges 6, Mme Hébert - Le Mercier conseillère rythmes scolaires et communications à la DSDEN et 3 représentants des personnels Fabrice Prémaud (SNUipp-FSU 87) Jérôme Nogarède (SE-UNSA) et Caroline Puech (SGEN-CFDT)

A plusieurs reprises en CAPD, nous avons dénoncé la surenchère de mails issus de l’administration, le caractère très injonctif de certains et la difficulté pour les collègues de les traiter. Lors de la dernière CAPD, l’IA DASEN avait alors proposé qu’un groupe de travail sur le sujet soit mené, sous la responsabilité de l’IEN de Limoges 6, chargé des TICE. Ce dernier nous a proposé de se rencontrer pour une première réunion de travail ce mercredi 14 octobre à l’IA 14h. La réunion a pris fin à 15h15.

M. Rousseau a précisé les raisons et les objectifs de ce groupe de travail.

D’emblée, nous avons voulu redire ce que nous avions déjà porté lors de la dernière CAPD :
- trop de mails de l’administration dont certains redondants
- contenu de certains mails très injonctifs (avec des formules du type IMPERATIVEMENT - en gras et souligné - avant le...)
- Base élève : extractions à effectuer ou saisies à refaire pour d’autres listes

M. Rousseau a proposé que les mails de l’administration ne soient envoyés qu’entre 9h et 18h les jours ouvrés. Il souhaite que les collègues fassent de même de leur côté.

Nous avons dit notre accord avec cette proposition mais avons voulu revenir sur le contenu de certains mails, jugés (à juste titre !) très injonctifs.

Mme Hébert a proposé que le contenu et la forme des mails fassent l’objet d’un prochain conseil d’IEN.

M. Rousseau a expliqué que le mail est un moyen de communication qui doit obéir à une forme avec notamment des formules et une présentation adaptées aux interlocuteurs (comme c’est le cas sur le courrier papier). Il a regretté recevoir des mails de collègues pour le moins secs. Il a aussi précisé que les pièces jointes devaient être nommées, que sinon cela pouvait générer du stress chez les collègues.

Un échange a eu lieu sur les relations entre collègues et IEN. Nous avons dit que la confiance était à (re)construire. Les demandes de justification de l’utilisation des temps de réunions, des contenus, des compte rendus (hors les conseils d’école) ne sont pas de nature à restaurer cette confiance manquante. Plusieurs mails demandant une réponse quasi immédiate, dont l’intérêt ne saute pas aux yeux, pourraient être évités.

Une demande de calendrier prévisionnel des grandes tâches à effectuer est faite par l’UNSA, qui évoque aussi les problèmes liés aux saisies lors des redoublements.

Concernant la base élèves, Mme Hébert a fait remarquer qu’il y avait eu des résistances. En effet le SNUipp-FSU s’est battu contre une telle base et a réussi à en faire sortir plusieurs champs problématiques de notre point de vue (cf les nombreuses prises de positions et analyses sur le sujet). Mais de telles bases sont-elles suffisamment sûres et protégées pour qu’on puisse en garantir l’inviolabilité ? Pouvoir connecter et croiser des informations sur les élèves au travers de gigantesques bases de données ne nous apparaît pas comme étant une bonne chose. Lors d’un changement d’école, ne transmet-on pas le dossier scolaire papier de l’élève ?

A propos de nombre des mails envoyés par la DSDEN, Mme Hébert a avancé la moyenne d’1,5 mails par semaine.

Nous avons estimé leur nombre entre 15 et 20 par semaine.

Il est décidé que pendant une période de 15 jours, une observation serait faite pour faire un état des envois sur les boîtes d’école.

Un prochain groupe de travail est programmé pour la mi-décembre.

Alléger les charges doit être une des réponses à apporter aux collègues. Celle-ci n’est pas coûteuse et doit être suivie d’effet. Au niveau national, des réponses doivent également être apportées pour reconnaître l’usage du numérique, son incidence sur la vie professionnelle et son interaction avec la vie privée. Cette interaction doit être traitée et en tout cas non subie par les collègues. Des décharges supplémentaires pour les collègues chargés de la direction mais aussi du matériel (ordinateur, logiciels) doivent être fournis par l’administration. La formation continue (et a fortiori initiale) doit permettre à chaque enseignant de rester à niveau vis-à-vis des TICE.

pour le SNUipp-FSU 87, Fabrice Prémaud

JPG - 16.2 ko
Pensez à vous (re)syndiquer !

 

61 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.