www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / Compte-rendu d’audiences (IA, rectorat, mairies,...) ou du conseil de formation 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
11 décembre 2014

Compte - rendu de l’audience avec la mairie de Limoges du 11 décembre 2014

Présents : Mr Lafond, adjoint au maire Affaires scolaires et activités périscolaires et Mme Robeix, son assistante, Mme Dalloux, direction de la jeunesse, vie scolaire, Mr Fontarensky, direction des affaires scolaires et les représentants des personnels : Mr Prémaud Fabrice (co secrétaire SNUipp-FSU 87), Mr Seguy Arnaud (directeur Homérides élémentaires, SNUipp-FSU 87), Mr Bergeron Thibaud (SE-UNSA)

M. Lafond a précisé lors de son introduction qu’il ne souhaitait pas fonctionner à partir d’un ordre du jour pré établi de façon à aborder tous les sujets tenant à cœur des uns et des autres. Il a dit préférer cette façon de faire, laissant plus de place à la spontanéité et à des échanges plus libres.

Il a proposé que l’on se revoit tous les 3 mois environ, la date du jeudi 19 mars 2015 étant choisie en fin de séance.

Pour l’année prochaine, M. Lafond a souhaité que nous nous réunissions plus tôt, aux alentours du 15 septembre.

Il a rappelé qu’il était responsable, et lui seul, des affaires scolaires et de la restauration scolaire.

La réunion a été l’occasion d’aborder plusieurs points :

- Les inscriptions pour l’année 2015-2016

Les directrices et directeurs d’école ont reçu le 19 novembre dernier le message suivant :

"Comme cela a été annoncé lors de la rencontre du 19 mai dernier avec M. Pierre Lafond, conseiller municipal délégué à la vie scolaire et aux écoles, la procédure d’inscriptions scolaires doit évoluer pour la rentrée 2015/2016.

Pour inscrire leurs enfants, les familles devront se présenter directement à la mairie, qui effectuera l’inscription et leur délivrera un certificat d’inscription à présenter au directeur de l’école concernée.

Un protocole d’inscriptions scolaires est en cours d’élaboration avec l’Inspection Académique. Il vous sera communiqué dès qu’il sera achevé.

L’ouverture des inscriptions scolaires pour la rentrée 2015/2016 est prévue le 19 janvier 2015. Nous n’enregistrerons aucune pré-inscription avant cette date. "

Les critères retenus par la mairie : priorité aux enfants du quartier, aux fratries, aux habitants de Limoges.

Les inscriptions se feront du 19 janvier 2015 aux vacances de printemps. Des listes d’attente seront constituées le cas échéant mais les parents devront être informés le plus vite possible d’une réponse définitive.

SNUipp-FSU : Qu’en est-il d’une éventuelle sectorisation ?

M. Lafond : Ce n’est pas à l’ordre du jour. Les inscriptions se feront par la mairie mais mettre en place une sectorisation sur la ville n’est pas d’actualité et n’a d’ailleurs pas été promis lors de la campagne des municipales... Il a aussi dit que 2 réunions s’étaient tenues avec la DSDEN avec pour objet notamment la procédure d’inscription, l’IADASEN lui ayant dit trouver très surprenante la façon de faire à Limoges. Les réunions se sont tenues avec M. Gainand, secrétaire général de la DSDEN et un protocole pour les inscriptions devrait être prêt pour le 19 janvier prochain.

SNUipp-FSU : nous avons insisté pour que ces règles d’inscription dans les écoles soient claires et expliquées.

- Les visites des écoles

M. Lafond nous a ensuite dit qu’il avait déjà visité 52 des 68 écoles que compte la ville et qu’il espérait pouvoir visiter les autres durant la période 3.

Il a nous a demandé si nous avions des retours de ces visites.

Nous avons signifié que ces visites étaient appréciées des collègues, ceux-ci pouvant dire ce qu’ils avaient à dire directement et faire part des spécificités propres à leur école.


- Le nombre des écoles de la ville de Limoges

M. Lafond a ensuite évoqué des chiffres qui nous ont quelque peu alerté : la ville de Limoges a beaucoup plus d’écoles que d’autres villes de taille comparable, comme Tours.

SNUipp-FSU : Quels sont les objectifs de la mairie ? N’y aurait-il pas une recherche d’économies sous forme de pacte gagnant gagnant en tre Mairie et DSDEN ? En effet, moins d’écoles pour la mairie, c’est moins de dépenses de fonctionnement (bâtiments, personnels) et pour l’IA c’est récupérer des postes.

M. Lafond nous a assuré qu’il n’en était rien ; M. Fontaresky a expliqué que les gains d’économie supposés n’étaient pas aussi sûrs.

M. Lafond a ensuite évoqué le cas de l’école de Bellegarde, dont nous souhaitions d’ailleurs parler. Il a dit vouloir tout faire pour maintenir les effectifs pour 2015-2016 ; M. Fontaresky a indiqué que des pistes avaient été explorées pour essayer de trouver des solutions mais qu’elles n’étaient pour l’instant malheureusement pas exploitables (comme un système de navette entre Landouge et Bellegarde).

SNUipp-FSU : nous avons rappelé que nous n’étions pas favorables à des écoles de trop grande taille, que les structures plus petites étaient plus adaptées aux enfants, nos élèves, et que les échanges avec les parents étaient toujours plus faciles. Pour illustrer nos propos et décentrer la réflexion, nous avons comparé la situation de 2 communes de la périphérie de Limoges : Couzeix et une seule très grande école élémentaire et Le Palais et ses 3 écoles accueillant les élémentaires. Certes, et l’IA nous l’avait rappelé lors de la dernière carte scolaire, les taux moyens d’encadrement ne sont pas les mêmes entre ces 2 communes, en défaveur de Couzeix. Mais pour la réussite de tous les élèves, ne vaut-il pas mieux des classes moins chargées ? Et les communes qui font les efforts financiers pour entretenir plusieurs écoles ne sont-elles pas plus à encourager voire à féliciter ? Nous avons proposé que Bellegarde puisse avoir une classe maternelle de façon à lui redonner un peu de muscle. Quant à celle de Landouge et ses très gros effectifs (cf la non ouverture à la maternelle à la dernière carte scolaire), elle aurait aussi à y gagner.

M. Lafond nous a dit que la mairie ferait tout pour défendre ses écoles mais s’est montré pessimiste sur du long et même du moyen terme.

Remarque hors compte rendu : il faudra être très vigilant et s’attendre à devoir se battre pour éviter non seulement des fermetures de classes mais aussi d’écoles.

Issue des 2 réunion entre mairie et DSDEN, la prise en compte de la capacité d’accueil de chaque école en fonction, non pas des bâtiments mais du nombre des classes existant !

SNUipp-FSU : d’emblée nous avons réagi en disant que raisonner de la sorte n’était pas admissible. En effet, s’il y a de la place dans une école, pourquoi ne pas être en mesure de demander l’ouverture d’une classe supplémentaire si c’est nécessaire ? Pourquoi des élèves habitant au plus prêt de l’école devraient-il aller voir plus loin s’il y a de la place ?

Sectoriser brutalement, sans préparation, n’est sans doute pas la meilleure solution. Mais ne pas permettre à certaines écoles ayant connu ces dernières années des fermetures successives de classe de ne pas pouvoir être en situation d’ouverture n’est pas acceptable. Surtout que pendant ce temps-là, d’autres sont saturées...

Nous avons rappelé ce que nous avions déjà dit auparavant : pour assurer une meilleure mixité sociale, il faut un raisonnement et une politique de la ville à long terme. La mixité dans une école ne pourra se faire que si le quartier lui-même l’est. Et bien sûr, il faut une politique nationale visant à éradiquer la pauvreté et le chômage...

Plus près de nous, une sectorisation pourrait être pensée pour assurer plus de mixité sociale, mais elle ne peut être parasitée par des recherches d’économie à tout prix.

- les travaux dans les écoles

SE : qu’en est-il de la rampe d’accès qui doit être installée à la maternelle Blanchot ?

M. Fontarensky a répondu que pour lui les travaux étaient en cours, qu’ils auraient même du être achevés. M. Lafond a dit qu’il allait regarder où cela en était mais que la rampe devait être et serait donc installée.

M. Lafond a fait part de certains états des lieux préoccupants. Il a dit que lors des 4 dernières années, les sommes allouées avaient été diminuées des 2/3. Actuellement, la ville en était a environ 450 000 euros pour l’année. Il nous a dit qu’il défendrait une augmentation de ce budget, les besoins le justifiant pleinement.

- le périscolaire

SNUipp-FSU : on arrive au moment de la réception dans les familles des premières factures qui ont bien souvent du mal à passer. Pour quelques minutes dépassées, des parents se voient facturés des sommes non négligeables et ne comprennent pas.

M. Lafond a convenu qu’il pouvait y avoir des problèmes mais il a insisté sur le fait qu’il avait obtenu que les études soient devenues gratuites (décision prise lors du conseil municipal du 19 novembre). Il a ensuite parlé des coûts engendrés par la mise en place de la Réforme des Rythmes scolaires. Pour Limoges, le coût actuel se situe entre 1,4 et 1,6 millions d’euros. Il a rappelé la communication de l’Association des Maires des villes de plus de 100 000 habitants, estimant le coût de la Réforme à environ 2 millions d’euros par ville.

SNUipp-FSU : nous avons rappelé notre position sur cette Réforme...

M. Lafond a tenu à parler de son courroux à l’endroit de certaines associations qui reçoivent des subventions de la ville et font payer les études. Il a dit que dans certaines écoles, des associations existaient depuis longtemps et qu’elles avaient été utilisées en quelque sorte comme sous traitantes par l’ancienne municipalité. Il nous a demandé notre avis.

SE : demande à avoir toutes les informations avant d’émettre un quelconque avis.

SNUipp-FSU : idem. Aucun élève ne doit payer les études. Ce qui pose également le problème des garderies payantes à la maternelle. La mise en place à l’élémentaire des études ouvertes a permis là de solutionner le problème.

Nous avons évoqué le problème de la garderie du matin menacée de suppression dans plusieurs écoles, prenant l’exemple de Montalat, Gérard Philipe et Marcel Proust. Nous avons dit qu’empêcher des parents qui travaillent de pouvoir utiliser ce service était discriminant. Nous avons demandé à ce que ces garderies ne soient pas fermées, proposant si le nombre d’élèves concernés est régulièrement inférieur à 6 que les garderies soient regroupés par exemple à Proust.

M. Fontarensky a dit qu’il allait à nouveau examiner les choses. A suivre...

- les ATSEM

Des cas de plus en plus nombreux de difficultés à remplacer les absences a été discuté.

Mme Dalloux a dit que les temps partiels, des arrêts pour grossesse très nombreux et des temps de décharge pour les syndicats désormais représentés expliquaient la plus grande difficulté de gestion. Malgré ces problèmes rencontrés, Mme Dalloux a dit que la mairie avait une meilleure gestion du remplacement que l’Education Nationale...

La réunion s’est achevé après 3 heures d’échanges, peu avant 12h30.

Fabrice Prémaud, co secrétaire du SNUipp-FSU 87

 

7 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.