www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / Compte-rendu d’audiences (IA, rectorat, mairies,...) ou du conseil de formation 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 janvier 2015

Compte rendu de l’audience avec l’IA ce mercredi 7 janvier

Nous avons été joint le 18 décembre par le secrétariat de l’IADASEN. Ce dernier nous proposait de se rencontrer ce mercredi 7 janvier avec les autres syndicats :

"Pour la belle année, Monsieur l’Inspecteur d’académie souhaite rencontrer l’ensemble des partenaires syndicaux afin de faire un point sur les actualités et évoquer les perspectives pour l’année à venir.

Il vous recevra le mercredi 7 janvier à 9h dans son bureau."

Nous avons répondu favorablement à son invitation et avons pu poser plusieurs questions et émettre critiques et propositions constructives sur les "perspectives pour l’année à venir" mais aussi sur des décisions ou faits passés ou en cours.

Présents : M. Le Mercier, IA DASEN, 2 représentantes du SGEN-CFDT, 1 représentant du SE-UNSA et Laurianne Léon et Fabrice Prémaud, 2 de vos nouveaux élus du SNUipp-FSU à la CAPD.

L’IA DASEN a souhaité la bonne année à tous, nous a tous félicités pour nos résultats aux élections professionnelles et nous a expliqué le sens de sa proposition de rencontre. Il a tenu à nous remercier d’être venus et s’est dit soucieux de la bonne qualité du dialogue social et ce avec tous les partenaires sociaux des différents corps. Il a dit aussi vouloir placer le "climat scolaire et professionnel au cœur de l’action collective". Il a aussi dit que "le fondement de sa réflexion en terme de pilotage était basé sur le bien être des personnels".

Il a également parlé des tendances se dessinant pour le prochain CTA, directement liées au CTM.

Intervention SNUipp-FSU 87 : Nous avons tout d’abord remercier l’IA pour son initiative mais nous sommes étonnés de ne pas voir de représentants de FO à cette audience, ce syndicat ayant obtenu un représentant au CTSD (au détriment du SE).

L’IA nous a dit qu’il s’agissait d’une erreur due au caractère tardif de la prise en compte des résultats des élections professionnelles, qu’il le regrettait et que la prochaine fois l’erreur ne serait pas répétée.

Point Carte Scolaire

L’IADASEN nous a dit être très actif pour défendre notre département auprès du recteur. Il a dit que ce dernier avait tenu à corriger l’inégalité d’attribution entre les 3 départements de l’Académie. Il a justifié cette analyse en se servant du p/e académique de 5,46 alors que celui de la Haute-Vienne est de 5,01 tandis que celui de la Creuse est de 6,79, la Corrèze étant à 5,58.

Il a aussi parlé de notre situation de surnombres, plus importante qu’annoncée précédemment.

Il nous a assuré que le recteur avait porté nos demandes auprès du ministère, qu’il avait plaidé pour une meilleure dotation de notre académie.

L’IA a ensuite dit que son travail à lui était de mettre en place les choses avec les moyens qui lui étaient attribués et de faire les arbitrages pour que la plus grande justice soit de mise.

Intervention SNUipp-FSU 87 : Nous avons tenu à revenir sur plusieurs points.

Nous nous sommes d’abord étonnés de constater une dotation aussi faible (3 postes) alors que la situation dans laquelle nous nous trouvons n’est pas bonne (problème du remplacement mais aussi de l’augmentation du nombre des élèves par classe, RASED détruits...). Nous avons rappelé avoir fait la demande lors des précédents CDEN d’un plan de rattrapage spécifique en termes de postes pour le département. Cette réponse du Ministère apparaît donc comme une mauvaise blague et témoigne d’une absence totale de prise en compte de notre demande.

Nous avons ensuite dénoncé la notion de correction des inégalités de traitement entre les départements. Nous avons rappelé les différences de structures entre les 3 départements, avec le caractère essentiellement rural de la Creuse et son habitat dispersé. La Haute-Vienne ayant quant à elle deux visages : un rural et un urbain. Prendre à la Creuse pour mieux doter la Haute-Vienne n’est pas recevable. Des élèves vont subir les conséquences concrètes de ces décisions en voyant disparaître l’école de leur village.

Nous avons rappelé que nous ne pouvions pas nous taire sur la non prise en compte de la spécificité de notre académie, sous dotée en postes.

Intervention SE-UNSA : a aussi évoqué la ruralité, les difficultés dans ces zones. Est revenu aussi sur la faiblesse de la dotation académique. A parlé du problème du remplacement et de la grande usure des collègues, notamment à la maternelle, citant l’exemple d’une école de 3 classes obligée à fonctionner avec 2 enseignants.

L’IA a voulu souligner les efforts du Ministère vis-à-vis des académies sous dotées, urbaines avec les REP+. Il a indiqué que pour lui, le remplacement était une priorité, qu’il en allait de la continuité du service public et du respect dû aux familles mais aussi aux élus, aux élèves, aux enseignants.

Intervention SE-UNSA : dans certaines académies, les IA ont prononcé des INEAT, peut-on envisager cela ?

L’IA a d’emblée dit que c’était impossible, la situation du surnombre empêchant cela.

Intervention SNUipp-FSU 87 : cette annonce de surnombres importants nous a fortement étonnée, M. Gainand nous ayant assuré lors de notre dernière rencontre qu’il n’y en avait quasiment plus. Nous avons demandé combien il y en avait tout en soulignant le côté très surréaliste de cet argument, les collègues ne pouvant que constater tout au long de l’année les problèmes liés à la sous dotation. Comment accepter l’idée de surnombre quand il manque autant de postes ?

Nous avons mis en doute la remontée de nos doléances auprès du ministère tant les réponses apportées font la démonstration de leur non prise en compte.

L’IA a affirmé que ce travail de remontée avait été bien effectué. Il a dit que le recteur avait argumenté et contextualisé notre demande, qu’il avait plaidé pour la dotation augmentée...

L’IA a ensuite expliqué qu’il y avait un travail approfondi et minutieux d’engagé pour la prochaine carte scolaire de façon à permettre des redéploiements. Il a rappelé qu’il se focaliserait sur le remplacement, sans cependant indiquer s’il y aurait de nouvelles créations de postes de brigades. Il a dit prioriser les ouvertures quand la démographie le justifiera et dans les secteurs d’Education Prioritaire.

Il réfléchit également à l’organisation de la formation des stagiaire (issus du concours 2015) qui pourrait permettre de "récupérer" une vingtaine de temps plein si elle était organisée différemment comme par exemple 2 stagiaires qui assureraient une semaine de classe (le premier lundi/mardi/mercredi et le deuxième mercredi/jeudi/vendredi).

Au niveau de la méthode, il a dit vouloir utiliser le principe des Groupes de Travail.

Intervention du SNUipp-FSU 87 : nous avons tout de suite réagi à la proposition concernant les stagiaires du concours 2015. Actuellement, les stagiaires (issus du concours 2014 rénové) qui doivent être à mi-temps en classe le sont sous la forme d’une alternance stage filé d’un jour et demi et stages massés de 2 semaines. Nous ne pensons pas qu’associer 2 stagiaires en binôme sur une classe pour assurer un temps plein soit une bonne idée. Ces stagiaires sont issus d’une première année de master MEEF ou d’une deuxième année de master de n’importe quelle discipline, ils n’ont pas eu de stage en responsabilité avant. Nous pouvons envisager des difficultés quant à la gestion de classe, à la relation aux parents, aux équipes...

De plus, ces stagiaires ont une charge de travail déjà très élevée avec le format actuel (stage, prépa de classe, partiels, mémoire), on ne peut imaginer rajouter 1 jour de classe et la préparation qui va avec ! Le bien-être de ces jeunes collègues en sera forcément affecté. On peut s’attendre à des démissions comme dans les autres départements qui ont choisi cette formule.

Cette vision à court terme ne rendra pas la formation efficiente car les stagiaires n’auront pratiqué que dans une école et dans un niveau sur leur année de formation. Nous avons insisté aussi sur la fait que ce type de formation alternant stage filé / stages massés était reconnue comme très pertinente au niveau national et qu’il serait dommage de l’abandonner.

L’IA a répondu que l’organisation pour cette année lui avait beaucoup coûté, qu’il menait cette réflexion avec tous les acteurs de la formation au rectorat et à l’ESPE et que rien n’était encore décidé.

L’IA a ensuite annoncé ce que l’on savait malheureusement déjà, à savoir le report à après les élections de mars des opérations de carte scolaire. Il a d’emblée convenu que ça compliquait sérieusement le travail des services.

Intervention SNUipp-FSU 87 : nous avons réitéré nos critiques quant à la sous dotation et dit que nous ne pouvions pas faire l’impasse sur ce combat là.

Nous avons dit que le principe annoncé de "redéploiement" nous inquiétait beaucoup. Nous avons signifié que les effets de seuils devait être fortement anticipés : si une école est promise à une fermeture, il est inconcevable qu’après la fermeture elle se retrouve au même niveau que les école nécessitant une ouverture. Si tel était le cas (ce qui malheureusement a souvent était par le passé !), le projet de fermeture devait être abandonné.

Nous avons redit que, comme les moyens liés à la refondation de l’école n’étaient pas prévus dans la dotation, nous proposions de ne pas les mettre en place. Cela pouvait être une manière de peser pour que cette dotation soit reconsidérée. Nous avons rappelé que le PDMQDC (Plus de maîtres que de classes) faisait partie de nos mandats fondateurs et qu’il nous en coûtait d’être obligé d’en venir à de telles propositions.

Nous avons demandé si un calendrier prévisionnel était prêt. Nous avons déploré le report des opérations de carte scolaire et rappelé que le SNUipp-FSU au plan national intervenait auprès du ministère pour tenter de le ramener à la raison. Nous avons rappelé que ce report était une création de l’ère quinquennale précédente et que, comme dans d’autres domaines d’ailleurs, le changement annoncé s’inscrivait plutôt dans la continuité.

L’IA nous a dit qu’il n’avait pas la maîtrise de cette décision. Il nous a dit qu’un calendrier prévisionnel avait été travaillé. Il a également donné le calendrier des opérations de préparation de la carte scolaire.

Octobre 2014 : travail des IEN sur les écoles de leur circonscription pour commencer à déterminer les prochaines fermetures / ouvertures

jusqu’au 3 décembre 2014 : saisie des directeurs sur base élèves.

après le 3 décembre 2014 : analyse des saisies par les IEN

fin décembre 2014 : relevé de la base élève par les services administratifs

1ère quinzaine de janvier : IEN reçus par l’IA avec le secrétaire général et l’IENA

mercredi 14 janvier : CTA (formation + budget)

courant avril : carte scolaire

6 avril 2015 : envoi des documents de travail

autour du 10 avril : groupe de travail

vendredi 17 avril : CTSD carte scolaire

mardi 21 avril : CDEN (avec date de repli prévu le vendredi 24 avril)

mai 2015 (début juin ?) : opérations du 1er mouvement

du lundi 11 mai au vendredi 15 mai, BE1D sera réouvert pour permettre aux IEN d’effectuer un dernier contrôle.

22 mai : rencontre avec les syndicats

Les opérations du mouvement vont être sérieusement décalées en raison de ce report.

Intervention SNUipp-FSU 87 : A propos des problèmes constants dans le domaine du remplacement, nous avons attiré l’attention de l’IA sur les stages dits "reportés" que nous pensons devenir "annulés". Les barèmes des collègues victimes ne sont pas vérifiables et l’on craint qu’ils intègrent le stage prévu comme s’il avait été effectué. D’autre part, nous avons rappelé que s’il n’y avait pas les moyens de mettre en place de formation continue, il fallait l’assumer et ne pas programmer des stages lorsque l’on sait qu’ils seront annulés. Nous avons saisi l’occasion pour rappeler que la BFC (Brigade Formation Continue) qui existait depuis les années 80 avait été supprimée il y a 3 ans et que, comme pour les RASED, aucune reconstitution n’avait vu le jour.

Nous avons bien dit qu’après les suppressions de postes, œuvre du précédent quinquennat, tout ne pouvait être reconstruit en une année mais que du retard était en train d’être pris.

L’IA nous a répondu en disant qu’il avait comme fils conducteurs la correction des inégalités, l’intérêt général et la qualité du service public. Ces décisions seraient prises en fonction de la réalité des moyens mis à sa disposition.

Intervention SE-UNSA : A propos de la phase INEAT : EXEAT, quid des barèmes ? (Nous avons rejoint cette question, que nous avions par ailleurs déjà posée)

L’IA a dit que les barèmes étaient à titre indicatif, que c’était lui qui prenait la décision en fonction des dossiers particuliers des personnes concernées.

Remarque SNUipp-FSU : ayant connaissance de nombreux dossiers, nous avons dit que ses décisions devaient être très lourdes à prendre et que se baser sur un barème pouvait permettre à certains de "faire le deuil" de leur refus, plus difficile à "avaler" sans lisibilité.

Intervention SE-UNSA (complétée par le SGEN-CFDT) : problème de l’évolution de la carrière, les dispositifs actuels sont inexistants, amplifie la dégradation des conditions de travail.

Intervention SGEN-CFDT : témoigne que la journée qu’ils organisent sur le changement de carrière fonctionne très bien. Témoigne de la souffrance de nombreux collègues qui souhaiteraient pouvoir changer de métier mais en sont empêchés.

Intervention SNUipp-FSU : les demandes de congé formation n’ont été ces dernières années qu’acceptées si la formation demandée était directement liés à un réinvestissement direct dans les classes. Le DIF (droit individuel à la formation) n’est donc pas assuré.

L’IA a dit vouloir renforcer le lien entre l’institution et les collègues. Il a dit que chacun menait un travail de terrain, lui y compris. Il a dit qu’il avait demandé aux IEN d’aller assister à des conseils de maîtres, d’écoles. Il a rappelé que l’acte d’inspection était un acte professionnel, coeur du métier d’IEN. Il a annoncé qu’il participerait en personne aux réunions programmées avec les directeurs. Il a dit qu’il fallait développer ce travail ensemble, IEN et PE dans un respect mutuel.

Intervention SNUipp-FSU : nous avons demandé, en liaison avec les rencontres ayant déjà eu lieu sur l’allègement des tâches des directeurs (trices), si la réunion évoquée venait en plus ou non. Nous avons rappelé que le temps manquait cruellement aux collègues et singulièrement à ceux ayant en charge la direction de l’école.

L’IA nous a dit que ces réunions étaient bien comptabilisées et prises en compte.

Intervention SNUipp-FSU : à propos du DUERP, les collègues voient ce document comme un travail supplémentaire. Or, ce document doit être conçu pour être au service des enseignants.

L’IA dit qu’après que les DUERP auront été finalisés, une synthèse sera présentée en CHSCT.

Intervention SE-UNSA : magistère. Des dysfonctionnements ont été constatés. Beaucoup de retours négatifs des collègues. Mail envoyé à l’IEN en charge de cette mission, M. Giraud, sans réponse.

Intervention SNUipp-FSU : en informatique, chacun de nous est autodidacte. Aucune formation spécifique digne de ce nom n’a été mise en place pour tous. D’autre part, nous rappelons que ce temps d’animation pédagogique peut être substitué par des RIS (9h de RIS peuvent être décomptées des 18h d’animations pédagogiques).

L’IA dit qu’il allait se rapprocher de M. Giraud à propos de magistère. Il a confirmé que ce que nous disions au sujet des RIS était exact et qu’il allait le rappeler aux IEN.

Intervention SE-UNSA (demande également formulée par mail par le SNUipp-FSU le mois dernier) : décaler la date de retour du mémoire du CAPASH va-t-il être possible ?

L’IA dit qu’une décision devrait être prise dans ce sens.

Intervention SGEN-CFDT : pourrons-nous assister aux groupes de travail à venir sachant que nous n’avons plus d’élus à la CAPD ?

L’IA a demandé que cette demande soit formulée par écrit.

Remarque SNUipp-FSU : il y a eu des élections et pour les questions liées à la carte scolaire, FO aurait aussi dû être présent. Concernant la CAPD, il y a des documents de travail qui sont fournis aux élus des personnels.

L’entretien s’est terminé après environ 2h de discussion.

Fabrice Prémaud & Laurianne Léon, élus du SNUipp-FSU 87 à la CAPD

 

14 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.