www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : CHSCT 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 février 2015

Compte Rendu CHSCTD du 17/02

Comité Hygiène et Sécurité Conditions de Travail Départemental CHSCTD*87 du 17/02/2015

Présents : l’IADASEN, le Secrétaire Général de l’IA, la conseillère technique du service social, le conseiller académique de prévention, le conseiller pédagogique départemental EPS. Pour la FSU (4 sièges de titulaires sur 7) : Nicolas Villacampa et Liliane Raynaud (1° degré), Sonia Lajaumont, Olivier Maratrat, , Laurence Tesseyre, Florence delhoume. L’ UNSA ( 3 sièges de titulaires), avait 5 représentants. En qualité d’expert : l’Inspecteur Santé et Sécurité au Travail

Tout d’abord, merci aux collègues, qui par leurs réponses, nous ont permis d’étayer nos interventions. Comme nous nous y étions engagés, nous n’avons pas cité le nom des écoles qui ont accepté de témoigner.

Vos représentants SNUipp-FSU au CHSCTD : Liliane Raynaud Nicolas Villacampa

1. Respect des personnes 

En préambule, nous avons fait lecture d’un courrier du mari de Josette Meynard Lacoste, envoyé à Mme La Ministre, suite à son décès. Notre regrettée collègue avait appris la suppression de son poste (Rased)... par la presse . S’il appartient à la médecine de prouver que le déclenchement de sa maladie a été la conséquence du choc émotionnel qu’elle a subi, il n’empêche que l’on ne peut nier la violence de ce qu’elle a vécu et la souffrance engendrée par le non respect de l’institution à son égard.

Nous faisons remarquer que ce sentiment de non-reconnaissance est partagé par de nombreux collègues aujourd’hui et que cela n’est pas à négliger, les conséquences pouvant être terribles pour les personnels.

2. Election du Secrétaire du CHSCT départemental.

Monsieur Gainand lit la liste des nouveaux membres du CHSCTD87, suite aux dernières élections professionnelles. Nicolas Villacampa et Stéphanie Rivoal se présentent : Nicolas Villacampa (FSU) est élu par 4 voix contre 3 (UNSA). Candidat au secrétaire adjoint : Sonia Lajaumont(FSU) : élue à l’unanimité.

3. Suivi des problèmes évoqués lors de la dernière réunion (écoles, collèges, lycées).

Le nom des établissements concernés n’a pas à être publié. Les problèmes traités concernent des difficultés entre collègues et parents, entre collègues et hiérarchie, entre collègues eux-mêmes . Des situations ont été réglées, d’autres sont toujours à suivre … l’IA nous indique à nouveau qu’en cas de problèmes, il faut lui écrire par la voie hiérarchique. Nous transmettre un double pour suivi du dossier et nous contacter directement.

4. Problèmes liés au manque de remplaçants

Nous avons cité les difficultés, qui impactent la santé et la sécurité des collègues en illustrant avec les situations que vous nous avez fait remonter. Ce problème est omniprésent, certaines écoles ne fonctionnent jamais de manière stable. Cela crée de l’insécurité, et génère de nombreuses situations de stress . Les collègues n’ont pas à renoncer à leurs décharges de directeurs, ni à leurs droits familiaux, syndicaux, ni au droit de se soigner ( !) pour pallier le manque de brigades de remplacement dans le 1er degré. La gestion des élèves, en cas d’enseignants malades ou en arrêt, ou absent, incombe aux personnels présents et induit des situations parfois dangereuses.

M. Le Mercier répond qu’il entend bien cette problématique mais qu’il a hérité en arrivant dans le département d’une situation très dégradée suite aux suppressions de postes d’avant 2012. .Nous avons rappelé que dans les autres administrations, 10 % du corps était affecté à la brigade de remplacement (il nous faudrait 160 brigades, il en manque 70 …) …

M. Le Mercier a réaffirmé être très conscient du problème posé par le non remplacement et dit qu’il prendra ses responsabilités au moment de la carte scolaire pour assurer des créations nécessaires de poste de remplaçants. Avec seulement 10 postes, 118 élèves supplémentaires, des priorités ministérielles à mettre en place, l’exercice risque être très difficile : nous regrettons une nouvelle fois que l’on se retrouve à choisir entre 2 maux : remplaçant ou classes surchargées ?

5. Inspections

Si l’inspection fait partie du métier, cela doit, pour se passer sereinement, se faire dans la transparence et le respect de l’autre. Dans la majorité des circonscriptions, il semble que les IEN respectent un protocole convenable : collègues prévenus au moins 8 jours à l’avance pour une période d’inspection d’une semaine, voire 10 jours ; certains IEN préviennent du jour précis de la visite … rien à dire !

En revanche, toutes les remontées négatives que nous avons eues sont issues de la circonscription de Limoges 2 : report des dates annoncées, inspection en dehors des périodes annoncées, inspection trop longue avec entretien débordant largement des horaires, rapport arrivé au bout de neuf mois, rapport faisant état de choses non prises en charge par l’enseignante inspectée …

M. Lemercier précise qu’il a un rapport sur l’harmonisation des pratiques des inspecteurs, qu’il est attaché aux inspections, que leur nombre a augmenté suite à sa demande, qu’il rappellera le protocole lors de la prochaine réunion d’IEN.

6. Direction d’école

Surcharge de travail, du fait de nouvelles demandes institutionnelles qui s’accumulent, de problèmes à régler de plus en plus nombreux, manque de soutien de la hiérarchie, sentiment de ne pas être libres de paroles. Là aussi nous avons fait état de vos témoignages : effet démoralisant voire très irritant de certaines réunions de directeurs, sentiment de ne pas être entendus.

L’IA a répondu que les directeurs d’école devaient hiérarchiser les priorités, au quotidien, en fonction des circonstances, et qu’ils avaient tout son soutien. M. Lemercier nous a indiqué qu’il avait, lui, des remontées positives de ses rencontres du terrain et que le message qu’il voulait transmettre était un message de confiance et une volonté de travailler ensemble...Nous nous en réjouissons mais nous lui disons à nouveau que ce n’est pas le message que de nombreux collègues ont perçu.

Que ce soit avec les directeurs ou avec tout autre enseignant, M. Le Mercier dit qu’il souhaite qu’on s’adresse à eux avec respect, ce respect devant s’exercer réciproquement à l’égard des inspecteurs.

7. Traitement des plaintes émanant de parents d’élèves

L’école n’échappe pas à l’évolution de la société : incivilités, non-respect, tendance procédurière. Nous avons évoqué les nombreux retours sur les problèmes de comportement ; quand ceux-ci sont excusés ou niés par les parents (refus de punition, remise en cause de la pédagogie de l’enseignant…) la situation dégénère. Les parents appellent l’IEN voire vont déposer une plainte. Et là le sentiment de nombreux collègues est de ne pas être soutenus par leur Administration …. Pourtant ils ont souvent passé beaucoup de temps en réunions, en appels téléphoniques pour essayer de solutionner les problèmes….

Nous avons demandé que les IEN soient plus réactifs, viennent soutenir les collègues sur le terrain, rencontrer les équipes et convoquer les parents si la médiation interne à l’école n’a pas fonctionné. Les collègues ont le sentiment d’être moins entendus que les parents Ils sont là encore souvent remis en cause dans leur professionnalité par leur hiérarchie.

M. Lemercier précise que ce point lui tient particulièrement à cœur, et qu’il affirme tout son soutien envers les collègues. Il indique que les différents points de vue sont examinés (lettre du parent, rapport de l’enseignant, témoignages, antécédents), avec le plus de discernement possible dans les situations étudiées, suivant un protocole bien précis.

8. Traitement des alertes liées à la présence d’enfants ingérables.

Dans un contexte d’effectifs chargés, sans aide de personnel qualifié, statutaire et à temps plein, l’arrivée d’un élève « ingérable » peut déstabiliser une classe et son enseignant(e). Les collègues appellent alors à l’aide … mais cette aide, souvent ne vient pas. Pire, dans certaines occasions, les collègues ont le sentiment que la situation relève de leur propre responsabilité (envoi d’un CPC pour voir le fonctionnement de la classe, demande de rédaction d’un projet, mise en cause directe de l’enseignant …). Cela pose la question de la limite de l’intégration. Là aussi, nous avons demandé le soutien et l’aide effective de la hiérarchie. L’administration conseille aux équipes de faire des déclarations pour chaque incident de façon à l’alerter ; l’IEN peut saisir la CD2A (cellule d’aide et d’accompagnement) et une procédure sera engagée pour apporter une réponse.

Nous signalons que les réponses en l’absence de réseaux d’aide ou de place en établissements spécialisés sont difficiles à trouver ! De plus, les déclarations d’incidents ne sont souvent pas suivies d’effets, les collègues ne recevant aucune réponse de l’administration à tel point qu’ils se demandent même si leur signalement a été lu par quelqu’un ! Mr Gainand reconnaît qu’il devrait y avoir une réponse systématique à ces courriers. Nous demandons que les collègues soient contactés par leur IEN.

9. Mise en place du DUERP, des différents registres obligatoires.

Au 13 février, le taux de retour des DUERP se situait, selon les circonscriptions, entre 7 et 35%. Le DUERP n’est pas un document figé, il sera possible de le faire évoluer en fonction des évolutions de la situation des écoles . Les CPC EPS vont réaliser un tableau de synthèse par circonscription, qui servira de base de travail ( et va leur demander beaucoup de travail !) . Vous pouvez nous adresser le double de votre DUERP, et notamment si vous avez des problèmes urgents à régler.

Nous avons re-demandé qu’une lettre de cadrage, mentionnant la quotité horaire pour travailler les questions liées au CHSCT, soit envoyée aux assistants de prévention (CPC EPS)

Le CHSCTD s’est déroulé de 14h à 18h. A 16h30, départ de M Lemercier pour une réunion de directeurs …

 

10 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.