www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : CHSCT 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 juin 2015

CHSCTD 87 du 23/06/2015

Présents : Mr Lemercier( IADASEN) ,Mr Gainand ( Secrétaire Général de l’inspection), Mme Morellet ( conseillère technique du service social), Mr Faugeras(conseiller académique de prévention) , Mr Leclerc (inspecteur santé et sécurité au travail), Mr Aïssa ( conseiller pédagogique départemental EPS), Mme Meuleman, secrétaire administrative et le directeur de la MGEN, Mr Raynaud. Pour la FSU (4 sièges de titulaires sur 7) : Nicolas Villacampa(Secrétaire du CHSCTD) et Liliane Raynaud (1° degré), Sonia Lajaumont, Olivier Maratrat, , Philippe Duthoit, Laurence Tesseyre, Florence Delhoume, Martial Roux. L’ UNSA ( 3 sièges de titulaires), avait 6 représentants.

Mise en place d’une plateforme d’écoute et d’accompagnement 24H/24 pour les personnels en difficulté : réseau PAS.

Depuis Avril, une plate-forme d’écoute téléphonique fonctionne, du lundi au vendredi, de 9h à 20h (N° vert gratuit : 0 800 30 00 34). Des écoutants et des psychologues sont en ligne, pour répondre aux agents. Après cette 1ère prise en charge téléphonique , les agents peuvent être orientés vers la prise en charge la plus approprié en fonction de leurs difficultés : renvoi vers le secteur Ressources Humaines, vers le secteur psychologue, vers le médecin ou l’assistante sociale... En cas de plusieurs appels, ce sera normalement le même psy qui interviendra.

Bilan : 2 3 personnels ont fréquenté l’espace d’accueil et d’écoute au cours de ce 1er semestre, tous sont du 2nd degré ce qui peut s’expliquer par une meilleure diffusion de l’information dans les établissements. Nous avons donc demandé que l’ensemble des personnels soit informé individuellement de l’existence de ce dispositif. L’information sera diffusée à l’ensemble des personnels à la rentrée avec les bulletins de salaire et mise en ligne sur les sites du rectorat et de la DSDEN.

Suivi des problèmes évoqués lors de la dernière réunion (écoles, collèges, lycées).

Nous avons longuement discuté de plusieurs établissements, écoles ou lycées, dont le nom n’a pas à être cité. Les problèmes traités concernent des problèmes de sécurité, des difficultés entre collègues et parents, entre collègues et hiérarchie, entre collègues eux-mêmes …

Des situations déjà évoquées lors des précédents CHSCT ont été réglées pour l’essentiel par des mutations, ce qui ne nous apparait pas toujours comme un traitement équitable et adapté… Des problèmes de sécurité voient une solution se mettre en place avec la réalisation de travaux.

Dans d’autres cas que nous avons évoqués, l’IA dit ne pas avoir de remontées car il n’a pas été saisi par les personnels. Nous lui avons rappelé que les membres du CHSCT ont le pouvoir de le saisir quand ils sont alertés par les collègues.

Bilan et suivi des DUERP.

Nous avons souligné l’investissement des collègues dans la rédaction des DUERP, puisque le taux de retour est de près de 100%. Le temps dégagé à notre demande, sous forme d’animations pédagogiques, n’y est pas étranger. Nous avons également souligné le travail très lourd réalisé par les CPC EPS et par le CPD EPS, qui ont réalisé des synthèses par circonscription et au plan départemental ; nous déplorons que ce ne soit pas un personnel dédié qui accomplisse ces tâches ce qui impute négativement les interventions des CPC EPS dans leur mission première : l’EPS !

Il faut maintenant que ce travail débouche sur des avancées concrètes et palpables par les collègues sans quoi cet investissement pourrait être ressenti comme une perte de temps ( vous avez dit "tableaux" ?!)

La synthèse des DUERP fait apparaître plusieurs points récurrents :

* Hygiène : reviennent souvent les problèmes d’aération (32%), d’entretien des locaux (22%) * Risque électrique : la vétusté des installations est soulignée par 48 % des écoles. * Risque incendie : l’absence de formation à la manipulation des extincteurs (23%) et le manque de 2° porte de sortie (20%) * Classe : le manque d’espace (lié aux effectifs trop chargés ?) est souligné par 25% des écoles, la vétusté des équipements par 41% *Escaliers : le risque de chute, absence de main courante, de lumière revient dans 35% des documents. * L’état de la cour est signalé à 27% * Entrée de l ’école : la difficulté de surveillance revient à 28% * Risques psycho-sociaux (RPS) : les problèmes liés au non-remplacement et à l’absence d’infos de la cellule de remplacement arrivent en tête avec 55%, devant la lourdeur des effectifs dans les classes (50%), la fatigue nerveuse et le stress avec 30 % , le rythme de la semaine scolaire (30%) , l’absence de RASED (26%). L’absence d’un médecin scolaire et du travail est relevé dans 56% des cas, l’absence de formation PSC1 (premiers secours) dans 25% . * Charge de travail : est pointé du doigt le manque de confiance et de soutien de l’Administration (30%) avec des pics sur Limoges 2 (50%) et Limoges 3 (46,15%) . Mais ce problème est récurrent sur presque toutes les circonscriptions, à des niveaux cependant différents : Limoges 4 (31,81%),Limoges 5 (27%), Limoges 1 (26,60%), Limoges 6 (22%) et Limoges 7 (17%) * Stress lié à l’inspection : mentionné dans 6% des cas sur l’ensemble du département mais à 27,7% sur Limoges 2. * Violences internes et externes/relations avec les parents : 62% mentionnent les exigences et l’agressivité dans les relations avec les parents ; 29% font état d’agressivité physique et psychologique. * Activités physiques : les risques liés aux affichages de classe (19%) et les extinctions de voix (24%) reviennent souvent, ainsi que les postures liées au mobilier (35%), la manutention des fournitures scolaires (25%) * Environnement de travail : les nuisances sonores (60%), l’ambiance thermique (51%), la fatigue générale et visuelle, les migraines, les problèmes d’audition (24%), les problèmes d’éclairage (23%) illustrent la pénibilité du métier. * Méconnaissance des diagnostics : sont souvent cités : l’amiante (24%) et le radon (18%) * Demande de formation : la formation APS revient de manière non négligeable (et en plus on en a besoin lors des sorties avec nuitée).

Et maintenant, on fait quoi ?

Parmi tous les points soulignés,

- certains relèvent des politiques publiques : problèmes d’effectifs, de non remplacement, d’absence de Rased …

- D’autres relèvent de la gestion municipale ; mais là où les travaux nécessaires ne se réalisent pas malgré les demandes des collègues, l’Administration doit pouvoir apporter son soutien (relances, visites …) pour améliorer les conditions de travail des collègues et des enfants.

- Et puis il y a enfin ce qu’il est possible de faire sans dépense supplémentaire (c’est à la mode, ça non ? Et bien alors …) et qui relève de notre hiérarchie locale : soutenir les collègues lors de conflits avec les parents, faire confiance aux enseignants, rétablir la fonction d’inspection comme un moment de formation et d’échange plutôt que comme un moment de stress (mais ceci ne revient fort que dans une seule circonscription). Dans les relations avec la hiérarchie nous soulignons qu’il y a un problème de communication ; une visite ou un coup de téléphone remplacerait avantageusement un mail. Quand la réponse à une lettre à son IEN signalant un problème important avec un enfant ou un parent est un mail 15 jours ou 3 semaines plus tard indiquant la visite de la CPC, les collègues se sentent remis en cause ! L’IA répond que si les IEN recourent aux mails c’est souvent par manque de disponibilité et que les enseignants ont toute sa confiance ...

Nota bene : nous avons déjà fait des interventions spécifiques (en audiences, en CAPD, en CHSCT) sur le non soutien de la hiérarchie en cas de difficultés avec les parents et/ou les élèves difficiles et sur les problèmes sur Limoges 2 … les DUERP illustrent et donnent du poids à nos interventions passées …

L’IA répond qu’un bilan sera fait en conseil d’IEN afin que les conclusions soient prises en compte.

L’ISST dit qu’il y a une avancée avec les communes sur les 3 diagnostics (amiante, plomb hydrique et radon) et que ça devrait progresser encore l’année prochaine.

Des groupes de travail seront programmés pour prévoir les interventions liées aux problèmes soulevés dans les DUERP.

Temps partiels :

Notre point de vue est qu’ils devraient être tous acceptés. Les demandes correspondent à des besoins personnels, médicaux, ou simplement à un besoin de souffler que les collègues s’autofinancent. Si certains doivent être refusés, est-ce la peine de bloquer les enseignants et l’administration quand certains critères connus valent acceptation (raisons médicales, 3 enfants …). L’entretien n’est pas forcément bien vécu par les collègues, il est difficile pour eux d’évoquer certains sujets très personnels.

L’IA nous répond qu’il a une gestion humaine puisqu’il y a seulement 8 refus …

Bilan incidents scolaires

Il est noté un léger regain d’incidents qui peut s’expliquer selon l’IA par les nouvelles modalités de remontées. Il faudra suivre l’évolution des statistiques dans la durée.

Vos représentants SNUipp-FSU au CHSCT-D Liliane Raynaud (permanence lundi mardi au SNUipp-FSU 05 55 43 27 30) Nicolas Villacampa , Secrétaire du CHSCT87 (permanence mardi et vendredi à la FSU 05 55 01 28 37) Mail : fsu87@fsu.fr

 

32 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.