www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / CAPD (mouvement, formation, permutations informatisées, INEAT EXEAT, temps partiel, promotion,...), CAPN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
14 décembre 2015

Mouvement, promotions : vous avez dit barème ?


- Pourquoi un barème ?

On peut très bien imaginer un fonctionnement sans barème, où l’administration, seule, en toute opacité, choisirait qui irait où, qui gagnerait plus… Acquis syndical, les barèmes sont les seuls écueils à l’arbitraire. Variables d’un département à l’autre, ils sont le fruit de négociations et de rapports de force avec l’administration. Ils sont modifiables et nous avons des mandats pour les faire évoluer dans le sens de l’intérêt général. Les barèmes doivent être garants d’une totale équité. Ils doivent être clairs et compréhensibles. Ils doivent être un outil au service de tous.

- Le barème utilisé pour l’avancement (changement d’échelon)

Actuellement, l’avancement dans la classe normale se fait à 3 trois vitesses : GC (grand choix), C (choix) au A (ancienneté). Ce rythme différent d’avancement crée d’inadmissibles inégalités de rémunérations. Les collègues sont classés par barème. Dans son calcul figurent l’AGS (Ancienneté générale des services et la note.

Le mandat du SNUipp-FSU : « Le SNUipp-FSU revendique l’accès pour tous à l’indice 783, indice terminal de l’actuelle hors-classe, au rythme d’avancement le plus rapide, dans le cadre d’une classe unique. »

Les IEN, dans leur corps, avancent tous à la même vitesse, automatiquement. Comme c’est aussi le cas pour ceux d’entre nous qui ont la chance d’accéder à la Hors-Classe.

- Le barème utilisé pour le mouvement intra départemental (mutation dans le département)

Dans son calcul figurent là aussi l’AGS et la note auxquels s’ajoutent le cas échéant 1 point par enfant à charge de moins de 20 ans, de 0,5 à 3 points supplémentaires si l’on occupe un poste à titre provisoire, 8 points si l’on a été victime d’une suppression de poste lors de la dernière carte scolaire et 100 points si l’on a une RQTH (reconnaissance de travailleur handicapé). En cas d’égalité de points entre deux collègues qui ont demandé un même poste, la note puis l’âge permettront de les départager.

Remarque : Depuis plusieurs années maintenant, nous demandons, seuls, à ce que soit offerte au collègue qui le souhaite la possibilité de renoncer au caractère définitif de son poste.

Cas des postes à profil : de plus en plus de postes sont profilés. Le barème ne joue alors plus. Seule, l’administration choisit qui ira où. Avec ses raisons, selon ses critères. Nous sommes opposés à cette méthode d’attribution de postes. Nous prônons le recours à l’information, la plus complète, y compris sous la forme de réunion, pour laisser chaque collègue intéressé prendre la mesure du poste qu’il envisage d’occuper. Puis laisser le barème agir comme seul arbitre.

Le protocole mouvement : nous demandons le retour à la phase d’intention qui permet à chaque collègue d’avoir une plus grande lisibilité sur la réalité des possibilités de mutation. Lorsque celle-ci existait, c’est plus de la moitié des postes qui étaient révélés comme non vacants. Autant de vœux inutiles à formuler !

- Le barème utilisé pour le mouvement inter départemental (mutation dans un autre département)

Le barème est national*, le même pour tous. Concernant les demandes de mutation interdépartementales, la note n’est pas prise en compte.

- La note

Dans notre cas, dans le 1er degré, la note est exclusivement pédagogique. Théoriquement, elle traduit (devrait traduire ?) la qualité du travail et de l’engagement de chaque collègue…

Le SNUipp-FSU s’est donné pour mandat la suppression de la note.

« L’évaluation, sous forme d’inspection individuelle sanctionnée par une note, est un dispositif perçu comme inefficace et infantilisant, insuffisamment respectueux des personnels et générant des inégalités. Il est nécessaire d’engager avec la profession une réflexion sur de nouvelles modalités d’inspection, déconnectées de l’évolution de carrière et répondant aux exigences d’une école démocratisée dans laquelle les enseignants travaillent en équipe. »

La note introduit une inégalité de traitement entre les personnels. Déjà, chaque collègue n’est pas inspecté au même rythme : des collègues le sont très régulièrement, tous les 3 ans (4 maintenant dans notre département) et ont pu ainsi voir leur note augmentée plus. Certains collègues peuvent même être inspectés en deçà du temps prévu, sans que leur note ou leur travail ne le justifie, renforçant ainsi l’inégalité de traitement. D’autres ont eu de longues périodes sans inspection, leur note s’en ressent donc et par conséquence leur barème aussi. D’autres encore ont commencé leur carrière avec une note assez faible et éprouvent toutes les peines du monde à la rattraper.

Les IEN qui notent chacun d’entre nous ont une lourde influence sur notre avancement et nos mutations. Tous ne notent pas de la même façon. Tous n’ont pas la même approche de ce moment.

Le SNUipp-FSU demande l’abandon de la note, celle-ci n’étant pas juste, source d’injustices et de divisions. Il se présente à chaque élection professionnelle en ne manquant pas de mettre en avant ce mandat. La notion de mérite, chère à certains, notamment de notre administration, est plus que difficile à déterminer. Pour quelques dixièmes de points, une promotion au GC ou au choix va échapper, ou pas…, un poste va être obtenu, ou pas…

- Comment s’élaborent les mandats du SNUipp-FSU ?

Le SNUipp-FSU est un syndicat démocratique. Tous les 3 ans, un Congrès est organisé afin de discuter des mandats que le syndicat va défendre (Nous sommes dans une année de Congrès). Ces mandats sont écrits et validés si et seulement si au moins 70% des congressistes y sont favorables (75% au niveau du département). Après quoi, chaque représentant du SNUipp-FSU, lors des groupes de travail, des instances administratives, dans son travail de représentant du personnel… a pour devoir de défendre et de faire vivre ces (et ses) mandats.

Le SNUipp-FSU est le syndicat représentatif de notre profession, le plus représentatif d’ailleurs étant, et très largement, le premier. Il est l’émanation de tous ceux qui s’y engagent et plus largement encore de notre profession.

Pour fonctionner, le SNUipp-FSU a besoin de moyens humains et financiers. Pour les besoins humains, des décharges de service sont utilisées et leurs volumes sont déterminés lors des élections professionnelles. Pour les besoins financiers, seuls les syndiqués assument cette charge. Le SNUipp-FSU ne peut fonctionner sans argent. La gratuité ne peut donc pas être compatible avec l’engagement syndical. Les publications que nous produisons ont un coût qui doit être assumé par chacun d’entre nous, en toute équité, en fonction de son échelon (et de sa situation).

Le SNUipp-FSU communique toujours les informations dans la plus grande transparence, ne fait pas dans la rétention ou la sélection pour se transformer en une sorte de boutique de services réservés aux abonnés.

Le SNUipp-FSU a pour vocation d’être un outil au service du collectif, de tous, sans aucune exception. Il a une vision généreuse de l’Ecole et est soucieux de défendre les intérêts de la profession. Nous appartenons aux Services Publics, notre mission est essentielle pour notre Nation, nous méritons donc tous d’être reconnus justement.

* Les demandes sont étudiées en fonction d’un barème comportant différents éléments. Priorité est donnée aux fonctionnaires séparés de leur conjoint (marié ou pacsé) pour des raisons professionnelles, au titre du handicap (pour le fonctionnaire, son conjoint ou ses enfants) et aux fonctionnaires qui exercent leurs fonctions dans un quartier urbain où se posent des problèmes sociaux et de sécurité particulièrement difficiles.

D’autres éléments de barème interviennent également : échelon, ancienneté de service dans le département, garde alternée ou droit de visite d’un enfant, renouvellement du premier vœu.

En cas d’égalité de barème, le classement des demandes se départage en fonction de l’ancienneté de fonction dans le département au-delà de 3 ans, du nombre d’enfants à charge et des points obtenus pour séparation de conjoint.

 

15 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.