www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
21 janvier 2016

Fermetures d’écoles à Limoges : Audience avec Mr Jalby

Nous avons été reçu aujourd’hui par les représentants de la ville de Limoges : Mr Jalby, adjoint au maire chargé des affaires scolaires, Mme Dalloux et Mr Fontaresky.

Cette entrevue fait suite aux annonces concernant les fermetures de 3 écoles sur Limoges. Nous avions rapidement demandé un RDV.

Nous avons remercié les représentants de nous recevoir puis nous avons fait part de notre fort mécontentement concernant l’annonce précipitée qui a été faite.

Rien ne nous avait été dit à l’ audience du 5 novembre alors que le dossier était déjà bien avancé ( l’IA nous a confirmé mercredi que le projet était en cours depuis 8 à 9 mois !)

Nous avons donc fait un petit tour des compte-rendu des audiences avec la mairie de ces derniers mois :

EXTRAITS :

11 DECEMBRE 2014 :

" M. Lafond a ensuite évoqué des chiffres qui nous ont quelque peu alerté : la ville de Limoges a beaucoup plus d’écoles que d’autres villes de taille comparable, comme Tours.

- SNUipp-FSU : Quels sont les objectifs de la mairie ? N’y aurait-il pas une recherche d’économies sous forme de pacte gagnant gagnant entre Mairie et DSDEN ? En effet, moins d’écoles pour la mairie, c’est moins de dépenses de fonctionnement (bâtiments, personnels) et pour l’IA c’est récupérer des postes.

M. Lafond nous a assuré qu’il n’en était rien ; M. Fontaresky a expliqué que les gains d’économie supposés n’étaient pas aussi sûrs.

- SNUipp-FSU : nous avons rappelé que nous n’étions pas favorables à des écoles de trop grande taille, que les structures plus petites étaient plus adaptées aux enfants, nos élèves, et que les échanges avec les parents étaient toujours plus faciles. Pour illustrer nos propos et décentrer la réflexion, nous avons comparé la situation de 2 communes de la périphérie de Limoges : Couzeix et une seule très grande école élémentaire et Le Palais et ses 3 écoles accueillant les élémentaires. Certes, et l’IA nous l’avait rappelé lors de la dernière carte scolaire, les taux moyens d’encadrement ne sont pas les mêmes entre ces 2 communes, en défaveur de Couzeix. Mais pour la réussite de tous les élèves, ne vaut-il pas mieux des classes moins chargées ? Et les communes qui font les efforts financiers pour entretenir plusieurs écoles ne sont-elles pas plus à encourager voire à féliciter ?

M. Lafond nous a dit que la mairie ferait tout pour défendre ses écoles mais s’est montré pessimiste sur du long et même du moyen terme.

Remarque hors compte rendu : il faudra être très vigilant et s’attendre à devoir se battre pour éviter non seulement des fermetures de classes mais aussi d’écoles."

16 AVRIL 2015 :

- Mr Lafond se félicite d’avoir sauvé l’école de Bellegarde. C’est une jolie école, sur un joli site, la mairie souhaite qu’elle continue d’exister et est intervenue dans ce sens auprès de l’IADASEN.

Mr Lafond nous répond que l’IADASEN s’était engagé à suivre la démographie du site et à réouvrir dès que celle-ci le justifierait. Pour 2016, il y aurait 6 élèves en plus !

18 JUIN 2015 :

"M . Lafond indique qu’une première année scolaire se termine sous la responsabilité de la nouvelle majorité municipale. Il se dit vouloir défendre la meilleure école possible. Pour les élèves et avec l’écoute des personnels.

5 NOVEMBRE 2015 :

"Concernant la carte scolaire, nous sommes inquiets sur l’avenir des écoles ? Quelle orientation pour la prochaine carte scolaire ? Rien n’est envisagé pour l’instant "

AUJOURD’HUI : 21 JANVIER 2016

Concernant les fermetures d’écoles sur Limoges

La semaine dernière, nous apprenions que la fermeture de 3 écoles sur Limoges etait envisagée : Le Présidial, L’Abessaille et Bellegarde.

Les postes seraient réaffectés de cette manière :

- 3 classes du Présidial : 2 classes à Montmailler et 1 classe aux Feuillants
- 3 classes de l’Abessaille : 2 classes aux Benedictins élementaire et 1 classe à Carnot maternelle (souvenez-vous, cette école avait été victime d’une suppression l’an dernier..)
- 1 classe de Bellegarde : 1 classe à Landouge élementaire.

Voici la valse des postes, des classes, des élèves, des familles.. POUR QUOI ? Des économies évidemment !

Nous regrettons fortement la méthode utilisée avec des annonces aussi proches des opérations de carte scolaire. Mr Jalby répond qu’il voulait d’abord s’entretenir avec les directeurs puis informer les familles mais que des informations "ont fuité" dans la presse et qu’il a dû répondre à des journalistes. Nous dénonçons une réfléxion engagée depuis longtemps à laquelle nous aurions pu apporter un autre point de vue : la multiplicité des interlocuteurs enrichi le dialogue selon nous..

La mairie argumente ces fermetures d’écoles en disant que l’argent économisé sera réinvesti dans les autres écoles de la ville. C’est "l’efficience des moyens", l’école du présidial serait en trop mauvais état et nécessiterait tout le budget alloué aux écoles de la ville pour une remise en état. Il nous ait rappelé qu’un budget de 2 millions d’euros est affecté.

Une refléxion globale est en cours : le nombre d’élève sur la ville a diminué de 2500 en 25 ans. Il y a 107 classes de moins sur la ville qu’en 1991 pour 3 écoles de moins (Romannet, Charles Sylvestre et Roger Franck). D’autre part, le taux d’occupation des locaux est de 59%. Nous répondons que les locaux ne sont pas vides ! Ils permettent de mettre en place des BCD, des salles d’Art Plastique, des salles pour le RASED (quand il y en a un !), des salles de motricité.. et favorisent les conditions d’apprentissages des élèves et les conditions de travail des enseignants..

La réflexion engagée par la mairie est centrée sur la problématique des restaurants scolaires : en effet les élèves de 21 groupes scolaires prennent le bus pour se restaurer : environ 2500 enfants sur les 5000 scolarisés : c’est énorme et ça génère de la fatigue, du stress... notamment pour les enfants de maternelle. C’est un problème dont nous avions déjà discuté en audience et on nous avait répondu que des solutions étaient à l’étude : aménager des réfectoires, transporter les repas... (mais pas les fermetures d’écoles comme solution !)

Nous vivons une première phase de regroupement, une deuxième phase sera à l’étude.

Nous rappelons que, dans des grosses structures, il y a souvent plus de problèmes, notamment dans la cour. Il faut des écoles à taille humaine. Mr Jalby est d’accord, il ne souhaite pas faire de gros complexes, des écoles entre 5 et 8 classes lui paraissent être plus adaptées.

Nous soulevons d’autres problématiques :

- Pourquoi fermer des écoles qui ont plus d’élèves ? ( Ex : Bellegarde : +6 élèves pour 2016, Abessaille : +3 élèves pour 2016)

- Pourquoi fermer des écoles dans lesquelles il y a eu des travaux ? ( Ex : Au présidial : nouvelle BCD, nouvelle classe, travaux dans la cour). Il nous ait répondu qu’au moment des travaux, la fermeture n’était pas envisagée.

- Il y a des élèves qui ne pourront plus manger chez eux et devront manger à la cantine (ex : à Bellegarde, la moitié des enfants mangent chez eux). Il nous ait répondu que beaucoup mangent déjà à la cantine.

- Nous avons peur de départs de famille vers les écoles privées ( des parents de l’Abessaille qui sont très proches géographiquement de l’école Louise de Mariac ont déjà dit qu’ils s’orienteraient plutôt vers le privé que vers les Bénédictins). La volonté de la mairie n’est pas de faire quitter le service public à des familles. Il y a seulement 12 familles qui habitent réellement le quartier de l’Abessaille, les autres viennent d’autres quartiers.

- Les petites structures permettent une meilleure connaissance des familles et des élèves, c’est important. La mairie nous répond que, dans des écoles plus importantes, les directeurs bénéficient d’un temps de décharge et sont disponibles pour les familles. En effet, la temps de décharge facilite la communication avec les familles mais l’école de proximité et les relations de quartier qui s’y déroulent sont moins faciles.

- Nous avons aussi rappelé qu’après des fermetures d’école ou des regroupements (dans les RPI notamment), il y a avait, dans les 2 ans, des baisses d’effectifs significatives et ensuite des fermetures de classes. L’Inspection Académique ne semblait pas avoir fait part de ce point de vue à nos interlocuteurs.. Des postes pourraient alors être fermés à Limoges pour être créés ailleurs et notamment en périphérie de Limoges.

Au niveau de la chronologie des événements :
- Mr Jalby sera présent aux conseils d’écoles des écoles concernées.
- Des représentants de parents seront reçus lundi prochain
- Les familles seront reçues pour s’inscrire dans une autre école de leur choix (elles seront prioritaires) après les vacances de février.

ET LES CTSD et CDEN ALORS ? PREVUS LE 9 FEVRIER ! TANT QUE CES COMMISSIONS N’ONT PAS EU LIEU, RIEN N’EST ACTE !

Concernant la baisse des budgets dans les écoles

La mairie confirme que, globalement, il y a une légère baisse mais que le budget de 41 euros par enfant permet à certaines écoles (les plus importantes) de l’augmenter. Une refléxion pour un budget spécifique pour les RASED, PDMQDC et UPE2A est engagée. Les crédits pédagogiques pour 2016 sont stabilisés.

Concernant les photocopieurs

Ils devraient arriver dans les écoles avant la fin de l’année.

Concernant l’Informatique

Il ne faut pas hésiter à remonter les problèmes aux services municipaux. Ils sont en phase de transition et ils se réorganisent. Il peut y avoir des dysfonctionnements. Une convention pour le numérique à l’école va être signée entre l’Inspection académique et la ville de Limoges.

L’audience s’est terminée après 2h de discussion.

Laurianne Léon et Liliane Raynaud, élues en CAPD

 

61 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.