www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
2 juin 2016

Compte Rendu de l’audience Mairie de Limoges du 2/06

Le jeudi 2 juin, nous avons été reçus par la mairie de Limoges. Etaient présents Mr Jalby, adjoint chargé des affaires scolaires, Mr Fontaresky et Mme Dalloux, des représentants du SE-UNSA du SGEN-CFDT et de FO, Laurianne Léon et Liliane Raynaud pour le SNUipp-FSU 87.

Les points abordés sont les suivants :

- Le budget des écoles

Pour la 2ème année, le budget alloué par élève diminue (-2 euros par élève cette année), c’est anormal, rien ne le justifie. D’autant que les programmes changent cette année, quid des nouveaux manuels et autres supports pédagogiques nouveaux ?

Pour une école de 220 élèves, la perte sèche est de 440 euros entre 2015 et 2016, c’est beaucoup. Cette baisse de budget est un mauvais signal envoyé aux familles et aux parents, ça traduit une dégradation de l’offre scolaire sur la ville.

Les crédits attribués aux dispositifs ne sont pas cohérents :
- 300 euros pour une classe ULIS dont le matériel spécialisé coûte très cher
- 100 euros pour les PDMQDC et membres du RASED qui interviennent sur beaucoup d’élèves et ont besoin de matériel spécialisé coûtant souvent très cher.
- 50 euros pour les dispositifs de -de 3 ans, que faire avec 50 euros ?

Les membres du RASED ont demandé une audience au maire de Limoges pour que le budget ne soit pas sanctuarisé sur une seule école (principe du réseau) et qu’ils retrouvent un budget leur permettant de fonctionner (au moins équivalent aux années précédentes : 260 euros / an pour les maîtres E, 375 euros / an pour les maîtres G, 508 euros par an pour les psychologues)

M. Jalby nous explique que les dotations de l’Etat pour les municipalités ont baissé de 30%, la dotation pour les écoles ne baisse que de 3% par rapport à l’année dernière. Ce budget a été présenté lors d’une réunion de directeurs, il faut considérer le budget de l’école plus globalement en tenant compte des investissements réalisés dans la rénovation des locaux, les gros travaux, les investissements en gros matériel..

Concernant les membres du RASED, leur budget ne sera pas réévalué cette année, l’enveloppe de 100 euros est versée dans le budget "école", charge aux collègues et aux directeurs de répartir ce budget en fonction des besoins quitte à prendre sur les parts "classes" pour permettre aux membres du RASED de fonctionner.

Certaines dépenses des écoles pourront passer dans le budget "investissement", elles seront étudiées au cas par cas.

Il se pose aussi le problème de l’équité entre les écoles (le budget de fonctionnement étant le même pour des écoles de centre ville ou des écoles de REP alors que l’on sait tous que l’on ne pourra pas demander les mêmes achats en fonction des budgets des familles), le problème de la sectorisation des écoles de Limoges est à nouveau posé. Mr Jalby nous répond qu’ils sont en attente des travaux de la politique de la ville et que rien n’est envisagé pour l’instant.

- L’informatique et les photocopieurs

Le nouveau système de maintenance n’est pas optimal, il est difficilement joignable par téléphone, il faut envoyer un mail (pratique si l’ordinateur ne fonctionne pas !) et les délais d’intervention sont très longs ! Les collègues doivent attendre plusieurs jours et faire plusieurs relances. Le parc informatique des écoles étant vieillissant, les demandes de maintenance vont être de plus en plus nombreuses !

Mr Jalby nous informe que le service Informatique de la ville est en restructuration avec un nouveau directeur nommé récemment. Ils attendent une amélioration. Ils notent toutefois les besoins des écoles au niveau du nettoyage des vidéoprojecteurs des TNI et des classes mobiles. Ils souhaitent également évaluer l’utilisation du matériel et réalisent une charte du numérique avec l’Inspection Académique.

Les photocopieurs sont enfin arrivés et permettent des reproductions de qualité, les collègues sont satisfaits. M. Jalby nous précise que ces nouveaux copieurs devraient aussi permettre des économies pour les écoles (moins de consommation d’encre)

Il n’est toutefois pas normal, non plus, que ces nouveaux photocopieurs remplacent toutes les imprimantes et notamment celles des directeurs (que faire en cas de panne du photocopieur ? Se déplacer du bureau à la salle des maîtres pour la moindre impression ? etc..) Mr Jalby nous répond qu’un mail a été envoyé dans les écoles par rapport à ces difficultés, ils étudieront au cas par cas mais certaines imprimantes multifonctions pourraient être installées pour les directeurs qui en auraient besoin. Les anciennes imprimantes ne seront pas gardées, le coût des consommables étant trop élevé.

- L’organisation du passage des espaces verts

Certaines écoles ne voient pas le service des espaces verts tous les 15 jours comme prévu et ce délai ne suffit pas. Les cours sont souvent "squattées" le soir ou hors du temps scolaire et les personnels de service doivent ramasser les immondices alors que ce n’est pas leur travail. Certaines écoles nécessitent plus d’interventions, il faut revoir le calendrier de passage.

Les écoles concernées doivent interpeller M. Jalby directement et ne pas hésiter à faire part de ce problème en conseil d’école.

- La carte scolaire et les fermetures d’écoles envisagées

La mairie transmet très régulièrement les chiffres à l’Inspection Académique, des RDV réguliers ont lieu avec l’IADASEN. La municipalité est inquiète pour certaines écoles du Val de l’Aurence qui ont des effectifs très élevés, au-delà des seuils prévus.

Nous voyons bien ici les effets des cartes scolaires qui se succèdent depuis quelques années où l’on ferme puis on ouvre en fonction de chiffres à un temps donné, sans aucune prise de recul. Il n’y a aucune visibilité à long terme, la gestion par les chiffres ne se fait ni dans l’intérêt des élèves ni dans l’intérêt des équipes d’école.

Cette année 3 écoles de la ville ont fermé à la carte scolaire 2016 (L’Abessaille, le présidial et Bellegarde) sans aucune concertation avec les syndicats et les collègues (avec notre administration, la concertation a bien eu lieu !)

Envisagez-vous de nouvelles fermetures d’écoles ou regroupements pour la carte scolaire 2017 ?

L’objectif n’est pas de fermer des écoles mais d’avoir un nombre d’école plus adapté avec une meilleure offre scolaire et périscolaire. Il y aurait 10 écoles en trop sur Limoges mais il n’y aurait pas 10 fermetures d’écoles (nous en sommes déjà à 3 !). Mr Jalby se déplacera dans les écoles concernées par des fermetures lors des conseils d’écoles pour éviter les problèmes d’annonces de l’an dernier.

- La natation

La présence d’un MNS pour les séances est un vrai plus, apprécié de tous. Il serait bénéfique de l’étendre aussi aux classes de cycle 3.

Il est aussi dommage que cette avancée se soit faite au détriment de « l’école de natation » qui permettait à des élèves de CM1 ou CM2 qui ne savaient pas encore nager de bénéficier d’un apprentissage débouchant sur l’obtention du test BAN (atelier périscolaire gratuit). Cette action était vraiment nécessaire dans les quartiers populaires.

Mr Jalby nous répond que ce dispositif a été remplacé par un autre dispositif appelé "J’apprends à nager".

La réunion s’est terminée après 2h de discussion.

Pour le SNUipp-FSU 87, Laurianne Léon et Liliane Raynaud

 

15 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.