www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : AE-AVS-EVS... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
30 juin 2016

AESH : audience au ministère

Le SNUipp-FSU a été reçu en audience par le ministère le 22 juin, dans le cadre de la campagne CUI et AESH « Tout ce qui ne va pas, tout ce que nous voulons ». Un cahier national de doléances et de revendications élaboré à partir des remontées des différentes réunions syndicales rassemblant les CUI et AESH depuis le début de l’année 2016.

Dans le 87, le SNUipp-FSU avait réuni les AVS et EVS en automne avec le SNES-FSU ; une autre réunion devait avoir lieu durant cette dernière période mais cela n’a malheureusement pas été possible. Pour autant, nous avons pu faire remonter vos remarques et vos doléances.

Vous trouverez ICI le cahier national de doléances remis par le SNUipp-FSU.

Le ministère a pris note de nos demandes et s’est engagé à y apporter des réponses. Il confirme le maintien du calendrier de transformation des CUI à mission AVS en AESH sur 5 ans, ce qui, au rythme annuel proposé actuellement de 11 200 nouveaux AESH, laisserait près de 30 000 CUI sur la touche.

Il précise aussi qu’il n’y aura pas de transformation automatique des contrats CUI en CDD d’AESH, mais qu’il faudra déposer sa candidature, passer un entretien et que les postes ne seront pas réservés aux seuls CUI.

Ce n’est pas acceptable.

Seules avancées éventuelles, le ministère dit travailler à un rappel du cadre réglementaire régissant les CUI et AESH en direction des Dasen et recteurs afin notamment de régulariser et d’harmoniser les pratiques.

Il se montre également ouvert à un groupe de travail sur les AESH et à une diffusion de certaines bonnes pratiques mises en place dans quelques académies. Pour concrétiser tout cela, nous redemanderons une audience rapidement à la rentrée.

Dans le département , le nombre est en hausse (+ 3 équivalents temps plein). 64 contrats précaires seront commués en postes d’AESH (CDD), malheureusement cela ne permettra sans doute pas à tous ceux qui arrivent à échéance de leur contrat d’être prolongés sur leurs missions.

9 « Cdisations » sont prévues, ce qui cette fois devrait permettre de proposer des CDI à tous les personnels arrivant au terme des 6 ans de contrat à durée déterminée ce qui est la durée maximum. N’hésitez pas à nous interpeler si ce n’était pas le cas.

L’année 2015/2016 était une année de congrès, l’occasion pour le syndicat de réaffirmer ses mandats sur le rôle et le statut des AESH pour qu’enfin ces personnels sortent du statut de précaires.

Mandats de la FSU :

"De nombreux personnels assurent, au côté des enseignant-es, le bon fonctionnement du service public d’éducation que ce soit dans l’accompagnement des enfants en situation de handicap, les tâches administratives, techniques, sociales ou de santé auprès des directeurs et directrices ou chefs d’établissements ou encore des fonctions éducatives et de vie scolaire dans les établissements. Malgré des avancées comme la CDIsation des AESH (excepté dans l’enseignement public agricole et maritime), ces personnels restent trop souvent dans un statut précaire avec du temps partiel imposé, des rémunérations dérisoires, des missions interrompues en cours de route, et des affectations subies.

Quel que soit le ministère, un statut de droit public avec un corps spécifique, une formation qualifiante, un salaire permettant de vivre décemment et un déroulé de carrière pour ces missions (AESH, EVS...) sont une nécessité pour reconnaître leur participation à la construction d’une école de qualité, et les protéger contre l’arbitraire de situations locales.

Les missions des AESH ne doivent pas s’arrêter aux portes de la classe et des solutions doivent être trouvées, notamment avec les collectivités territoriales, pour que les enfants en situation de handicap bénéficient d’un accompagnement sur les temps périscolaires et de transport quand cela s’avère nécessaire. La FSU exige la création de postes d’AESH en nombre suffisant pour répondre aux besoins."

"Les contrats en CDI n’apportent pas une réponse satisfaisante à la résorption de la précarité. La FSU doit continuer à combattre les licenciements économiques ou pour insuffisance professionnelle de personnels n’ayant pas reçu de formation professionnelle, les baisses de quotité de service et les variations abusives des lieux d’exercice. Un droit à mobilité doit être obtenu.

Un pas a été franchi vers la professionnalisation des AVS, avec la création des Accompagnant-es des élèves en situation de handicap. Des avancées qui sont loin de correspondre à nos revendications du fait notamment de la généralisation des temps partiels subis, de la faiblesse de la rémunération aggravée le plus souvent par la quotité inférieure à 35 h.

Le CDI n’est accessible qu’au bout de 6 années de contrat AED AVS ou AESH, le diplôme n’est toujours pas mis en place et la formation non plus.

Enfin, ces fonctions sont trop souvent assurées par le recours au « contrat unique d’insertion » (CUI). La FSU défend une qualification de niveau IV, qui doit préserver l’accès sur la base d’une expérience professionnelle dans ces fonctions.

Pour la FSU, les revendications portent sur la professionnalisation, dans le cadre du statut de la Fonction publique : création d’un corps et titularisation des personnels exerçant actuellement ces fonctions.

Dans l’immédiat, la FSU doit obtenir des garanties en termes de formation et de diplôme, de rémunération, de quotité et de conditions de travail."

"Le recrutement des personnels sur des contrats aidés se poursuit dans les 3 versants de la Fonction publique, cela représente un moindre coût pour l’État et les administrations. Pour la FSU, ces emplois ne devraient pas se substituer à des emplois de fonctionnaires. Les constats effectués au congrès de Poitiers sont toujours d’actualité. Les conditions de recrutement, de rémunération, de formation et les droits de ces personnels n’ont que peu évolué depuis leur création. Ces personnels doivent bénéficier d’une véritable formation et d’un accompagnement débouchant sur une qualification reconnue et/ou un emploi statutaire. La FSU demande la création d’une instance représentative de ces personnels"

L’année scolaire 2015/2016 s’achève mais le SNUipp-FSU continuera, comme depuis le début de la création des AVS et EVS, à accompagner et défendre les intérêts des personnels exerçant ces missions et à défendre ses mandats.

Responsable AVS-EVS pour le SNUipp-FSU 87 : Liliane Raynaud (05 55 43 27 30 ou 06 79 00 81 72 ; jours de décharge : jeudi, vendredi)

 

13 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.