www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / Compte-rendu d’audiences (IA, rectorat, mairies,...) ou du conseil de formation 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 septembre 2016

Compte-rendu rencontre avec l’IA-DASEN

Etaient présents : M Le Mercier (IA-DASEN), M Gainand (Secrétaire général), Guillaume Baudry pour le SNUipp-FSU 87 et des representants du SE-UNSA, FO et sgen-cfdt.

En introduction, Mr Le Mercier signale que selon lui pour cette dernière rentrée du quinquennat aucune situation difficile particulière n’a été observée et que la rentrée s’est faite de manière sereine .

Voici pour notre part les différents points que nous avons abordés afin de nuancer ou montrer notre désaccord sur plusieurs points.

1. Rentrée sereine mais pas pour tous les collègues.

Nous signalons que cette rentrée n’a pas été sereine pour certain-e-s collègues qui ont par exemple vu le poste pour lequel ils s’étaient préparés durant les vacances modifié en partie par l’administration au moment de la rentrée. Ou encore pour certains collègues à temps partiels empêchés de pouvoir s’organiser sereinement car n’ayant pas connaissance de leur jour de décharge ou par qui ils allaient être remplacés. Des situations qui , grâce à l’intervention du SNUipp-FSU, ont d’ailleurs pu être résolues depuis. De plus, pour beaucoup de collègues, les effectifs ne diminuant pas (cf point suivant) à l’inverse des difficultés sociales et familiales des élèves, les rentrées deviennent de moins en moins sereines et de plus en plus chronophages.

2. "Rentrée sereine" mais toujours aussi chargé dans les classes.

Les créations de postes depuis 4 ans existent. C’est un fait. Les choix faits par le ministère et l’Inspection Académique de Haute-Vienne ont été mis sur les moins de 3 ans, le "plus de maîtres que de classes", la brigade remplacement, l’inclusion scolaire, la modernisation du pilotage (joli mot !) où sont mis dedans les décharges direction, les chargés de prévention, les TICE, ...... Qui peut s’opposer à ces créations nécessaires ?

Mais il existe aussi une autre réalité. Nous ne pouvons pas nous contenter de dire "c’est super" quand dans le même temps, la moyenne par classe reste de 23, 91 (contre 24,11 l’année dernière soit 0,2 de moins). Cette moyenne par classe n’a pas bougé depuis 10 ans au niveau national (23,67) quand dans le même temps la moyenne européenne est de 20,2. La moyenne de l’éducation prioritaire nationalement est même en augmentation passant de 22,4 à 23, se rapprochant d’ailleurs des classes hors éducation prioritaire.

Il ne s’agit pas d’avoir un discours catastrophique , juste de redire la réalité des faits.

Une dernière étude de l’OCDE de 2015 sur 11 pays cibles faisant mieux que la France aux résultats PISA montre que ces pays font le choix politique d’investir plus dans l’éducation en particulier au niveau du primaire. Leurs effectifs par classe sont moindres. Ils investissent 13% de plus que la moyenne de l’OCDE quand la France investit 15% de moins que la moyenne de l’OCDE.

La réussite des élèves, en particulier ceux en difficulté, passe par la baisse réelle des effectifs.

Pour atteindre la moyenne d’élèves par classe de l’Union Européenne soit 20,2 élèves par classe, il faudrait 32 000 créations supplémentaires. Pour rejoindre, la moyenne de l’OCDE, 17 000 postes. Nous continuons donc de penser que la réponse politique nationale n’est pas à la hauteur des enjeux.

L’IA-DASEN table pour la rentrée prochaine entre 10 et 20 créations de postes pour l’Académie.

3. Points sur les RIS /Magistère

Le SNUipp-FSU a redemandé un éclaircissement au sujet des RIS pour savoir sur quel quota horaire les prendre. L’administration a tout d’abord dit que nous pourrions prendre les 6h sur le temps d’animation pédagogique et le temps de préparation des APC. Le SNUipp-FSU a défendu le fait que les 6h devaient être prises sur les 18h d’animations pédagogiques. Qu’il serait souhaitable et honnête que cela apparaisse clairement sur les circulaires pour éviter toute confusion ou tout quiproquos. Le SNUIpp-FSU a rappelé que seules les 18h étaient obligatoires (ce qu’a confirmé l’administration) et non pas une animation en particulier ni même Magistère. Le 16 juin 2015, le ministère a répondu par courrier au CHSCT-MEN (cf ICI) : « Le recours à ce dispositif technique ne revêt aucun caractère obligatoire". L’IA-Dasen doit nous répondre rapidement concernant l’utilisation des 6h.

4.Sécurité des écoles

Avec d’autres représentants syndicaux, nous avons dit qu’il n’était pas raisonnable, et même infaisable, de faire 6 exercices d’évacuations au cours de l’année. Ne tombons pas dans le piège des terroristes. Être vigilant ne veut pas dire tomber dans une psychose permanente et à l’inverse créer des situations anxiogènes pour nous et nos élèves. Nous avons rappelé que nous n’étions pas des agents de sécurité. Nous suggérer de fouiller les sacs n’est pas de notre ressort. Interdire l’entrée, en particulier aux parents d’élèves de maternelle, est impossible. L’IA-DASEN a convenu qu’il fallait être pragmatique. les 3 exercices recommandés par le ministère sont obligatoires ; pour les autres nous aurons peut-être de la souplesse...

5. Les nouvelles modalités d’évaluation.

Après une brève présentation de l’IA-DASEN, j’ai expliqué les réserves et oppositions du SNUipp-FSU sur certains points. cf ICI. . Profitez en pour remplir la consultation que nous organisons en direction des personnels ICI.

6. Il a également été question :

 du protocole de simplification des tâches pour les directeurs/trices : il reviendra vers les organisations syndicales pour faire des propositions au stade de la réflexion actuellement (1 référent directeur par circonscription avec une décharge en lien avec l’IEN, un nouveau BED1 présenté à l’automne, un nouveau système d’information pour le pilotage des écoles). Nous serons vigilants sur tous ces points.

 de la difficile gestion des remplacements actuels par absence d’une personne sur un poste prévu. Nous avons rappelé des situations ubuesques l’année dernière où des remplaçants dans des écoles ne sont pas appelés, tout en s’étant signalés, alors que dans des écoles voisines le titulaire absent n’était pas remplacé. Nous avons également demandé pour les collègues d’ULIS que lors des ESS ou lors de rendez-vous avec les SESSAD, les collègues soient remplacés. Et non pas que l’Inspection soit dans une position de principe "on ne les remplace jamais" alors même que des remplaçants sont disponibles. Après avoir dit "on ne vas pas remplacer pour 2 ou 3h", l’administration a dit voir ce qu’elle pourrait faire ...

 du licenciement des 12 stagiaires sans même une prolongation de scolarité et de la 2ème journée de pré-rentrée. Nous avons eu les mêmes réponses que lors de la CAPD : cf ICI.


 de la gestion des blocs
 : difficile selon l’administration depuis la réforme des rythmes scolaires (ah tiens..., et c’est pas nous qui l’avons dit), tout comme la gestion des remplaçants qui ne font jamais le même nombre d’heures en fonction des écoles et des jours.

Pour le SNUipp-FSU, Guillaume Baudry

 

4 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.