www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Néo : Débuts de carrière 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 novembre 2016

Compte Rendu Audience avec l’ESPE 24/11

Nous avons été reçues le jeudi 24 novembre par l’équipe de direction de l’ESPE, Mme Boussely directrice adjointe chargée du 1er degré, Mme Peurot directrice adjointe chargée du 2nd degré, Mr Migozzi directeur de l’ESPE. Pour le SNUIpp-FSU Académique : Solen Marche et Fanny Tissandier SNUipp-FSU 23 et Laurianne Léon, SNUipp-FSU 87.

Avant de commencer, nous avons fait part de notre satisfaction de voir certaines des propositions discutées l’an dernier en audience mises en place (rentrée tuilée, stages en immersion et visites conjointes) car ce sont de réelles avancées pour la formation. Ces aménagements seront normalement reconduits l’an prochain.

Voici les autres points abordés lors de cette réunion :

1. Les élections au conseil d’école de l’ESPE :

Nous sommes très étonnés de la faible participation, quelle communication a été réalisée par l’ESPE ? Il apparaît que les étudiants en M1 (votants) n’ont pas été informés.

L’ESPE répond qu’une information a été mise sur le site, qu’un mail a été envoyé et que les formateurs ont aussi reçu un mail pour informer les étudiants.

L’année prochaine, l’ESPE s’engage à communiquer plus en amont pour permettre une participation plus importante.

Nous rappelons que cette instance est décisionnelle et qu’il est nécessaire que les usagers sachent ce qui y est traité et qu’ils puissent donner leur avis via les représentants élus.

2. Au niveau des visites pour les stagiaires

Nous relevons un problème d’harmonisation entre les visites vécues : durées de visite différentes (de 2h à la matinée entière), dates de visites connues plus ou moins tardivement (de 3 semaines à 3 jours avant), exigences différentes en fonction des tuteurs (où en est-on du livret de gradation ?)

L’ESPE répond que les différences entre les durées de visites et la prévision des dates de visites ne sont pas normales. Ils vont faire en sorte d’harmoniser les pratiques sur ces deux points.

Concernant les exigences des tuteurs, Mme Boussely n’a pas encore eu le temps de travailler sur le livret de gradation (outils pour les formateurs détaillant les attentes de l’ESPE et de l’Education Nationale par rapport au référentiel de compétences du fonctionnaire stagiaire).

Nous demandons si la mise en place d’un outils détaillé à destination des stagiaires et contenant les attentes de l’institution ne serait pas une bonne chose pour permettre une égalité de traitement entre les stagiaires quels que soient leurs tuteurs, cela pourrait amoindrir les différences entre les tuteurs. La norme enlève une part de subjectivité.

Il nous est répondu qu’un document générique ne serait pas forcément une aide au positionnement des stagiaires, qu’il est préféré un étayage individuel notamment en début d’année. La priorité en P1 est sur la gestion de classe et la priorité en P2 est sur la conception des apprentissages.

En Haute-Vienne, cet étayage s’est traduit par des temps d’observation et d’analyse en classe avec ou sans conseiller pédagogique, des temps de travail avec le tuteur, des visites supplémentaires.

Nous signalons que les visites supplémentaires peuvent être un dispositif lourd et anxiogène plutôt qu’une aide, il faudra faire attention à ne pas trop les utiliser.

3. Les modalités d’évaluation

Le fait que les tuteurs soient aussi des évaluateurs pose problème dans la relation avec les stagiaires et dans l’accompagnement.

L’ESPE répond que depuis la réforme, les tuteurs sont accompagnateurs et évaluateurs ce qui est dur à mettre en place pour les formateurs également et qui n’existait pas lors des IUFM.

Au niveau des modalités de validation du MASTER MEEF, nous dénonçons la lourdeur des trop nombreux dossiers demandés (5 !). L’an dernier, nous avions proposé que le dossier de TRONC COMMUN soit remplacé par un partiel. En effet, l’analyse d’un article est quelque chose de pertinent mais ne nécessite pas de passer par un dossier.

Le dossier autour du classeur de stage ou les stagiaires doivent analyser une compétence du référentiel, leur progression... Il nous semble que les visites de stages effectuées par les professeurs de l’ESPE pourraient permettre de discuter sur le référentiel, de cibler une compétence et de réaliser le travail demandé dans le dossier à l’oral.

L’ESPE nous répond que les modalités de connaissance sont décidées par les enseignants responsables des matières et validées en CVE.

Concernant le dossier de TRONC COMMUN, l’ESPE considère avoir fait des efforts en proposant aux étudiants de choisir une matière sur 4, d’analyser un article qui porte sur ce cours pour valider les 4 matières.

Nous rappelons que le travail de groupe est chronophage et qu’il n’y pas de temps spécifique programmé pour ce travail.

Mme Boussely nous répond que cette année, il y a plus de temps libéré à l’emploi du temps. Ce que nous avions aussi constaté, ce temps libéré permet aux stagiaires de préparer leurs classes, de travailler sur les autres dossiers également... Un temps spécifique à l’ESPE devrait être prévu.

Par rapport au classeur de stage, l’ESPE a fait le choix de ne pas faire de visite notée pour valider la matière "accompagnement de stage" au 1er semestre, c’est ce dossier qui le fera. Au 2ème semestre, la validation sera faite par le classeur de stage coef 1 et le visite notée coef 2. Le classeur de stage pourra servir également au bilan d’étape avec l’IEN en février.

De plus, les dates de retour de dossiers ont été étalées entre décembre et janvier contrairement à l’an dernier.

4. Organisation et contenus du DU

Au niveau du DU, il y a des équivalences de données sur certains modules et les étudiants n’ont rien de proposé à la place. Nous remarquons que c’est plus une formation allégée qu’adaptée.

L’ESPE nous répond que cette année l’allègement des cours du tronc commun sera compensé par un travail interdegré autour de la liaison école/collège qui se mettra en place en cours d’année.

Si ce travail nous paraît intéressant, il devrait être offert à tous les collègues et pas forcément qu’aux étudiants du DU mais nous nous questionnons sur le fait que la formation initiale accompagne des réformes contestées et pas encore en place sur le terrain.

5. Modalités et contenus de la formation

Nous faisons remonter des demandes de formation sur la gestion de classe notamment en multi-niveaux, avec des publics difficiles, avec des élèves en inclusion ou/ et en grande difficulté scolaire.

L’ESPE nous informe qu’une journée inter-sites sera organisée autour de l’école inclusive sous forme d’ateliers et qu’il y a environ 21H de formation sur l’ASH entre le M1 et le M2.

Pour les autres thèmes, l’ESPE prend note et verra ce qui est possible.

Nous demandons pourquoi les stagiaires ne peuvent pas suivre leurs classes sur des projets tels que les classes de découvertes.

L’ESPE répond que les sorties avec nuitées ne peuvent pas déborder sur un des jours de classe (il faudrait un remplaçant), ni sur les heures de cours à l’ESPE. Pour éviter toute inégalité, toutes les demandes sont refusées pour les sorties avec nuitées.

Pour les sorties sans nuitées, en fonction du projet et de l’implication du stagiaire dans celui-ci, des autorisations d’absences sur les temps de cours peuvent être accordées. Nous demandons à ce qu’il en soit de même sur les 3 sites. Si les élèves sont absents de l’école sur une journée du stagiaire, il sera maître supplémentaire sur l’école.

6. Modalités d’organisation du stage à mi-temps

Nous demandons un retour à la formation avec une alternance stage filé (1,5 jours par semaine en remplacement de directeurs ou temps partiels) / stages massés (stages de 2 à 3 semaines permettant le retour en formation continue) pour tous les arguments déjà énoncés à multiples reprises depuis 2 ans. Nous demandons clairement le positionnement de l’ESPE sur cette organisation.

L’ESPE nous répond que pédagogiquement c’est plus intéressant mais que pratiquement ce serait compliqué à organiser. Si l’Education Nationale choisit de remettre ce format d’alternance en place, l’ESPE s’ajustera, réfléchira à de nouvelles modalités d’organisation.

7. Titularisation

Nous demandons quels sont les critères justifiant l’entretien de titularisation.

Il nous est répondu qu’il y a plusieurs possibilités :
- Quand minimum un des 2 avis de titularisation est défavorable
- Quand le jury observe des incohérences entre les 2 avis

Par rapport aux nombreuses convocations de l’an dernier,l’ESPE a également demandé des explications au jury car certaines ne leur paraissaient pas justifiées. L’Education Nationale a répondu que le jury est souverain et l’ESPE n’avait qu’un avis de consultation.

Concernant les 12 licenciements de l’an dernier, les formateurs ont été étonnés de certaines décisions prises. Eux-même ayant produit des avis argumentés n’allant pas dans ce sens.

Cette année, l’ESPE fera des informations aux étudiants sur le jury de titularisation (composition, modalités, convocations..) Nous demandons à ce que ce soit fait sur les 3 sites.

Nous pensons que ce grand nombre de personnes non titularisées (licenciements, démissions, renouvellements) remet en cause la formation et l’accompagnement des stagiaires réalisés dans notre académie l’an dernier.

Même si l’ESPE considère que certains licenciements étaient justifiés, ils entament une réflexion pour que cette situation, que tout le monde a mal vécu, ne se représente pas.

L’entretien s’est terminé après 2h30 de discussion.

Fanny Tissandier, Solen Marche et Laurianne Léon pour le SNUipp Académique.

 

21 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.