www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Réunions d’informations syndicales / stages syndicaux/Universités d’automne 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
31 janvier 2017

RIS mercredi 5 avril "Ecole Rurale : Sortir des sentiers battus"

Mercredi 5 avril, de 14h00 à 17h00 Maison du temps libre (Limoges, derrière la mairie)

L’école rurale bénéficie d’un regard tendre cinématographique, avec souvent l’image de cette école où il fait bon vivre. Cette vision n’est hélas pas partagée par l’institution de l’Education Nationale. Bien au contraire : la tendance lourde qui se dessine est la mise en œuvre, discrète, mais nationale, de fermetures d’écoles rurales.

Après avoir dénigré pendant longtemps, et surtout à tort, la qualité de l’enseignement qui y est dispensé, les pouvoirs publics avouent maintenant l’objectif réel de réduction des dépenses scolaires. Il faut optimiser et concentrer, disent-ils. Cette tendance est, rappelons-le, appliquée pour l’ensemble des services publics depuis une dizaine d’années : fermeture de perceptions, de postes, de maternités...Comme si les zones rurales devaient être de jolies réserves à touristes, mais non vivantes en dehors des visites.

Le SNUipp FSU n’est pas dupe : les conventions ruralités portées par l’institution et encouragées par l’Etat, ont du mal à cacher la déconsidération pour les territoires ruraux et la volonté de récupérer des moyens alloués à ces écoles. Le manque de dotation de postes et les choix des attributions des postes enseignant(e)s provoquent une mise en concurrence des territoires, et laissent souvent la responsabilité d’une éventuelle mesure de carte scolaire à la diligence des élus.

De plus, ce fonctionnement de l’administration provoque une sorte de précarité, peu propice au climat serein et stable nécessaire à la qualité d’un service public d’éducation. Les moyens donnés restent provisoires, les menaces de fermeture planent comme des épées de Damoclès et le principe du chantage au regroupement prévaut. Même quand l’administration fait miroiter une préservation d’une partie des postes enseignants, cela reste provisoire : oui, juste un poste, oui juste pour trois ans, après…

Sans compter que ces regroupements sont une occasion en or pour préparer le terrain de futurs établissements publics du premier degré, semi-autonomes, mini-collèges, comme proposé dans certains projets politiques.

Ces délocalisations de service public, dont l’école, qui n’ont d’ailleurs pas fait la preuve de leur efficacité économique, désorganisent durablement les territoires ruraux et installent dangereusement un sentiment d’abandon. Ces regroupements sont proposés avec forte incitation dans un but de petites économies de pingres qui restent pourtant dérisoires face aux enjeux de l’éducation, de service public et d’une cohésion sociale.

 

17 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.