www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / CAPD (mouvement, formation, permutations informatisées, INEAT EXEAT, temps partiel, promotion,...), CAPN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
9 février 2017

Groupe de travail MOUVEMENT du 9/02

Vous trouverez ci-dessous les éléments discutés sur la circulaire mouvement en groupe de travail. Les règles du mouvement et les dates seront actées lors de la parution de la circulaire (prévue le 1er mars)

Le groupe de travail s’est tenu au rectorat de 9h à 11h30 en présence de Mme. Yayaoui (Secrétaire général), M. Bustreau (IEN Limoges III), M. Rouy (IEN Limoges IV), Mme Deburghgraeve (IEN Limoges VII), M. Lévêque (IEN ASH) M. Scherpereel et M. Vaubourdolle (pour l’administration), les représentants du SNUipp-FSU (Liliane Raynaud et Laurianne Léon) et les représentants du SE UNSA.

LE CALENDRIER PREVISIONNEL

-  Du 13 au 30 mars 2017 : accès au serveur pour la première phase du mouvement
- Du 31 mars au 3 avril : retour des accusés de réception
- Jeudi 4 mai : groupe de travail sur le mouvement
- Jeudi 18 mai : CAPD 1er mouvement

- début juin : deuxième phase du mouvement
- Mercredi 14 juin : groupe de travail sur la 2nde phase
- Lundi 3 juillet : CAPD 2ème mouvement

POINTS EVOQUES

- Concernant les zones géographiques, nous avons demandé à ce que les écoles qui sont en politique de la ville (écoles de type REP mais qui n’ont pas l’étiquette) soient sorties de leur groupement géographique. En effet, certains collègues arrivent sur ces écoles difficiles par un voeu géographique, n’ont pas connaissance de la particularité des écoles et peuvent être en difficulté.

Réponse de l’administration : il n’est pas possible de les sortir de la zone géographique ni d’en faire un autre groupement (ce ne serait plus une zone géographique). Une information sera ajoutée dans la circulaire pour rappeler que ces écoles sont en quartier classé politique de la ville. (Léon Blum, les Bénédictins, Victor Hugo, Bellevue Naugeat)

- Concernant les écoles primaires : nous demandons pourquoi dans un département rural comme le notre il n’est toujours pas possible de faire un voeu "école primaire" mais 2 voeux (1 élementaire et 1 maternelle). Il y a aussi des collègues qui se retrouvent avec un CM2 alors qu’ils arrivent sur un poste "adjoint maternelle"

Réponse de l’administration : il n’est pas possible de changer le logiciel de saisie. Le voeu "école primaire" n’existe pas. Il faut que les enseignants appellent les écoles pour se renseigner sur le niveau vacant.

- Concernant les postes compléments de service (TRS) : nous demandons à ce qu’il n’y ait qu’une seule liste de blocs tous à temps complets. Les personnes TRS (à temps partiel ou à temps complet) postuleraient sur la même liste. Nous trouvons que cette proposition est plus juste, les blocs seraient attribués au barème à l’ancienneté dans le poste indifféremment de la quotité de travail. Fini les blocs plus ou moins arrangés pour rapprocher certains de chez eux, mais pas tous... Les petits bouts de blocs restants ( jours non travaillés par les TRS à temps partiels) permettraient de reconstituer des blocs en 3ème phase. De plus les TRS à temps complets qui se retrouvent sur des blocs incomplets ont des jours où ils sont brigades mais sont très rarement appelés.. (il y a une perte sèche de moyens de remplacement)

Réponse de l’administration : le problème, c’est de réagencer les petits bouts de blocs restants. La proposition est entendue et sera discutée avec l’IADASEN. Il y aura aussi plus de stagiaires cette année donc ça va encore complexifier la constitution des blocs. Un groupe de travail avec les organisations syndicales aura lieu.

- Concernant les berceaux des stagiaires  : il serait bon que les écoles et les collègues soient contactés en amont du mouvement et que les supports changent (pas toujours les mêmes directeurs concernés)

- Concernant le barème  : nous demandons à ce que la note pédagogique soit sortie du calcul du barème. C’est une proposition que nous faisons depuis plusieurs années maintenant ; beaucoup d’autres départements l’ont déjà enlevée depuis plusieurs années. La note est discriminante et ne révèle pas la valeur et le travail des enseignants. C’est aussi une double peine, avoir une mauvaise note ne permet pas d’être promu au grand choix ni d’avoir un poste de son choix au mouvement... De plus, avec l’application du PPCR, la note n’a plus lieu d’être (elle sera définitivement supprimée pour septembre 2017 !). Il nous paraît aussi que maintenir la note sur cette année créerait des injustices pour certains collègues :
- ceux qui devaient être inspectés cette année mais ne le seront pas car ils ne sont pas prioritaires pour PPCR. Voir circulaire et modalités d’inspections pour cette année.
- les T2 qui auraient tous la note moyenne de l’échelon (12) car ils ne peuvent avoir une véritable note (modalités d’inspections liées au PPCR pour les T2)
- les T3, T4 qui ont subi une inspection en bonne et due forme mais n’ont pas tous eu 12 de note.. (se feraient griller par des T2 ?)
- etc... la liste peut s’allonger...

Réponse de l’administration : nos arguments sont entendus et seront rapportés à l’IADASEN. Apparemment, la tendance académique serait plutôt à repousser cette décision à l’année prochaine .....

- Concernant les mesures de fermeture : La bonification resterait à 10 points avec une priorité si un poste se libère dans l’école ou le RPI.

Pour les RPI, nous demandons pourquoi ce n’est pas le dernier arrivé sur le RPI (et non pas sur l’école) qui est victime de la fermeture . En effet , les collègues du RPI sont amenés à enseigner sur une école ou l’autre du RPI ; il nous paraît donc juste qu’en cas de fermeture, même si elle est prononcée sur une école, ce soit le dernier arrivé sur le RPI qui mute.

Réponse de l’administration : au niveau règlementaire, l’enseignant est affecté sur une école, pas sur un RPI. le RPI est une organisation pédagogique mais n’a pas vraiment d’existence administrative.

- Concernant les priorités sur les postes de direction  : la formulation a été précisée " Un enseignant nommé à titre provisoire à la rentrée 2016 sur un poste de direction publié vacant ou révélé vacant lors de la 1ère phase du mouvement est prioritaire sur ce poste, sur tout autre candidat, si c’est son voeu n°1 et s’il est inscrit sur la liste d’aptitude.

- Concernant les postes à profils (même liste que l’an dernier)  : Nous avons à nouveau déclaré notre désaccord avec ce profilage en affirmant que les collègues sont adultes et responsables , aptes à choisir de candidater sur tel ou tel poste pourvu qu’ils aient toutes les infos concernant des postes particuliers, les plus à même, parce qu’étant sur le terrain, de décider en équipe qui enseignera aux moins de 3 ans ou qui assurera les fonctions de plus de maître que de classes... Ce profilage n’apporte rien à part de la suspicion et la preuve d’un manque de confiance de la part de la hiérarchie envers les collègues. Que dire des collègues qui ayant candidaté se voit refuser l’accès à ces postes , quid dans ce cas, de l’estime de soi dont on nous rebat les oreilles ?

Nous redisons également que les commissions d’entretien bloquent certains collègues dans leur candidature car certains sont peu à l’aise pour se "vendre" et sont et seraient pourtant tout à fait efficaces sur le terrain. Davantage de gens candidateraient sans doute sans la perspective de devoir passer un entretien ... ce qui éviteraient que ces postes "profilés" se retrouvent non pourvus au 2ème ou 3ème mouvement.

Nous nous sommes également appuyés sur le BO du 10 novembre "ll s’agit d’une modalité de recrutement pour laquelle l’adéquation poste/profil doit être la plus étroite, dans l’intérêt du service. Dans ces situations limitées, la sélection des candidats s’effectue hors barème. C’est ainsi, que pour tenir compte des décisions prises à l’issue des « groupes de travail (GT) métiers et parcours professionnels » relèveront d’affectation sur postes spécifiques :
- les conseillers techniques auprès de l’IA-Dasen ;
- les délégués Usep (Union sportive des écoles primaires) ;
- les coordonnateurs Rep/Rep+.
"

Réponse de l’administration : nos arguments sont entendus et seront rapportés à l’IADASEN qui décidera. (En Dordogne, les - de 3 ans et les PDMQDC ne sont pas profilés ! )

- Concernant les transferts de postes ou les fusions d’école (envisagés en GT carte scolaire) : les collègues devraient avoir une priorité pour suivre leur poste, les 10 points de fermeture. Des précisions seront apportées notamment pour savoir si ils conservent leur ancienneté dans le poste et comment seront traités 2 collègues directrices-teurs concernés par une fusion.

Pour le SNUIpp-FSU 87, Liliane Raynaud et Laurianne Léon, élues en CAPD

 

61 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.