www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Archives 2007 - 2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 février 2008

Les stages de remise à niveau:une solution ?

Peut-on réduire l’échec scolaire avec ce type de mesure ?
Les enfants en difficultés vont travailler plus pour ...

Pendant les vacances, les écoles du département ont reçu trois courriers ayant pour objet l’organisation de stages de « remise à niveau » pour les élèves de CM1 et CM2 ayant des difficultés scolaires. Au-delà de l’effet d’annonce, du bricolage dans l’urgence, de l’absence de toute concertation avec les enseignants, les municipalités et les parents, c’est encore aux directeurs et aux équipes d’écoles d’avoir à gérer la mise en place d’un nouveau dispositif.

Cette mesure ne prend pas en compte les réelles difficultés des élèves en pensant que le « bachotage » peut être un moyen de réduire l’échec scolaire. Qui peut croire qu’en 15 heures, les difficultés seront résolues même à 6 élèves maximum par enseignant…( Tiens, on croyait que les effectifs n’étaient pas le problème !? ). 5 fois 3 heures de "classe" pendant les vacances de Pâques, cela signifie que les enfants concernés vont enchaîner 18 semaines avec 2 jours de repos au milieu .... Et le rythme scolaire dans tout cela ?

On ne manque pas de rappeler que les heures supplémentaires sont défiscalisées, le fameux « TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS ». Mais par contre, on oublie de dire que nos salaires ne vont pas augmenter : 0,5 % + (peut-être) 0,3 % qui correspondent en réalité à une baisse en terme de pouvoir d’achat : INSUFFISANT (l’inflation est à +2,8% et les prix des produits alimentaires ont explosé de novembre à janvier, jusqu’à +48% selon l’INC).

Les vacances sont un besoin nécessaire pour les enfants (toutes les études des chercheurs sur le rythme de l’enfant convergent en ce sens)…et pour les enseignants aussi qui mettent ce temps à profit pour préparer, se cultiver, se mettre à jour et accessoirement se reposer. Que dire des conséquences de cette politique au niveau global : les heures supplémentaires défiscalisées sont autant d’argent en moins dans les caisses de l’Etat. On ne manquera d’ailleurs pas de nous le rappeler pour ne pas créer de postes ! De plus, comme ceux qui souhaitent gagner plus vont le pouvoir pendant les vacances(et de quelle manière !) pourquoi accéder alors à nos revendications en matière de salaire ?

L’exemple du secondaire devrait nous alerter. La transformation de postes en heures supplémentaires a conduit à la perte de poste de certains collègues qui travaillaient sur des établissements depuis plusieurs années. Et les postes spécialisés, que vont-ils devenir ?

La réussite de tous les élèves à l’école passe par une politique beaucoup plus ambitieuse (abaissement des effectifs, développement du travail en équipe, plus de maîtres que de classes, renforcement des réseaux d’aides spécialisées, ...) qui nécessitent d’autres choix, notamment budgétaires. Ce n’est pas de poudre aux yeux mais de postes dont nous avons besoin.

Dominique SAGE & Fabrice PREMAUD

 

15 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.