www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / Compte-rendu d’audiences (IA, rectorat, mairies,...) ou du conseil de formation 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 avril 2017

CR Audience Mairie de Limoges du 13/04

Nous avons été reçues ce jour, jeudi 13 avril, par les représentants de la mairie de Limoges pour faire le point sur le fonctionnement des écoles de la ville.

Etaient présents Mr Jalby, adjoint chargé des affaires scolaires, Mr Fontaresky et Mme Dalloux, des représentants du SE-UNSA et de FO, Laurianne Léon et Liliane Raynaud pour le SNUipp-FSU 87.

Voici les points abordés :

- Les inscriptions dans les écoles :

La gestion est jugée trop administrative par nos collègues. Il arrive que des directeurs soient prévenus du jour pour le lendemain, ils sont "informés" et n’ont pas d’avis à donner (alors que ce sont eux qui connaissent le mieux le contexte de l’école, les effectifs et profils des classes..) Dans ce cas, l’arrivée d’un nouvel élève ne peut pas être préparée ce qui pose problème d’autant plus quand l’enfant nécessite des prises en charge spécifiques. Il faut aussi considérer les individus : l’enseignant, les élèves de la classe, le nouvel arrivant.

Mme Dalloux nous précise que les directeurs sont toujours prévenus (au maximum par téléphone et par mail en période de vacances). Les délais sont fixés avec les directeurs. Quand les inscriptions sont faites pendant les vacances, les élèves ne rentrent pas le lundi mais il n’est pas possible de laisser l’enfant déscolarisé trop longtemps. Ils essaient au maximum d’écouter les directeurs mais il y a des problématiques dans toutes les écoles (effectifs, enfants porteurs de handicap, allophones...)

- Certaines écoles sont très chargées et dépassent les seuils en cours d’année. Comment trouver un équilibre entre la capacité d’accueil de l’école et la domiciliation de l’élève ? Pour un même quartier avec 2 écoles très proches, est-ce le critère des effectifs qui est retenu pour le choix de l’inscription du nouvel élève ?

Mme Dalloux nous répond que la capacité d’accueil est prise en compte (le seuil de remplissage fixé à 90% en début d’année permet cette flexibilité). Pour les inscriptions en cours d’année, la mairie vérifie également les effectifs par classe. Les effectifs sont chargés sur le Val de l’Aurence en ce moment mais il est difficile de faire le lien entre le Haut et le Bas, il n’y a pas de moyen de transport direct.

- Carte scolaire

Comment la ville travaille-t-elle avec l’IA pour anticiper la carte scolaire ? En effet, il y a des quartiers qui sont en rénovation ou en destruction et des mobilités de familles plus ou moins planifiables.. Par exemple au Val de l’Aurence, il y a une grosse montée des effectifs ( écoles déjà à 90% de remplissage pour la rentrée prochaine) et les moyens en postes et ouvertures de classe ne suffisent pas.

Les représentants de la mairie nous répondent qu’il est difficile d’anticiper les mobilités des familles et de travailler avec les bailleurs sociaux qui peuvent changer d’avis (logements réservés à des étudiants qui accueillent des familles finalement). Souvent les familles souhaitent rester dans le quartier, comme pour La Bastide où après la destruction des barres d’immeubles, plus de 80% des enfants sont restés sur le secteur. Peu d’écoles de la ville accueillent des familles qui ne sont pas du quartier (surtout Herriot). La mairie peut avoir une visibilité des programmes immobiliers sur 2-3 ans donc peu de liens avec les inscriptions annuelles possibles.

Au niveau de la méthodologie avec l’IA, il y a des réunions dès novembre / décembre avec analyses des chiffres ( montée des cohortes, tous les éléments autres et extérieurs) puis choix des perspectives à l’échelle de la commune et réajustements par quartier.

- Budgets classes

Ils sont jugés un peu juste surtout dans des écoles où les familles ne fournissent pas le matériel "de base".

M Jalby et M Fontaresky nous répondent que les budgets sont plus importants car il y a eu une dotation "transports" qui donne de la souplesse ; le budget équipement permet aussi l’achat de matériels. Le Budget global des écoles n’a pas diminué alors que les dotations de l’Etat ont diminué, d’autres budgets de la ville ont donc été rabotés, la priorité a été donnée à l’école. Le Budget investissement permettant d’acheter les manuels scolaires ne sera pas reconduit, c’était un budget exceptionnel voté à cause du changement de programmes.

- Transport scolaire :

- Point sur les restrictions et les nouvelles décisions de financement
- Des sorties annulées pour cause de transports, il y a des inquiétudes des équipes enseignantes sur le nouveau mode de facturation des transports...les enveloppes de 200 euros par classe de maternelle et 250 euros par classe en élémentaire vont-elles pallier la possibilité moindre d’utiliser les cars mairie (cars utilisés désormais pour les transports piscine et activités sportives). ? Comment seront choisies les écoles qui bénéficieront des transports mairie "gratuits" ? (1er arrivé / 1er servi ? Calendrier annuel ?..)

Les cars municipaux assurent les transports piscine et gymnase en priorité. Les autres activités entre dans le budget "car privé" et dans l’enveloppe allouée (un transport sur Limoges coûte environ 65 euros pour un car de 50 places). Quand il restera des cars municipaux disponibles, la mairie enverra les disponibilités aux écoles pour permettre une utilisation maximale des bus de la ville. Une planification sur l’année avec un réajustement par période est envisagée. S’il reste un bus et que 2 écoles demandent, les critères de choix ne sont pas encore définis ( écoles de REP, écoles éloignées, projet de classe.. ?)

Il n’est pas normal que des écoles dont on avait accepté le transport "gratuit" se le soient vu facturé juste avant la sortie, il faut améliorer le fonctionnement, il y a dû y avoir des "loupés". Mr Jalby confirme que si le bon est signé, le transport doit être assuré par la régie municipale. Sur des projets particuliers, la mairie peut financer des bus en plus.

- Informatique :

- On déplore encore et toujours la lenteur de dépannage. Les classes mobiles sont dans des états déplorables, comment sont choisies les écoles qui ont un renouvellement d’ordinateurs ?

En effet, il y a des problèmes de dépannage mais la mairie est dans une démarche d’amélioration avec la mise en place d’un groupe d’utilisateurs (proposition d’assurer une hotline de dépannage dès 8h le matin par exemple). Les agents de la mairie effectuent un diagnostique du matériel informatique des écoles et décident des priorités de remplacement du matériel. (celui qui est le plus obsolète). Certaines écoles de la ville vont pouvoir bénéficier de nouveau matériel car elles sont dans le plan "école numérique" avec un co-financement de l’Etat. ces écoles dépendent du collège qui est aussi dans ce plan (Firmin Rose, Maupassant, Ronsard). Les équipes enseignantes ont été contactées.

Concernant les TNI, les projecteurs oranges devraient être changés, la mairie envisage aussi d’autres supports de projection (grandes tablettes, vidéo-proj interactifs avec tableau velleda..) car les technologies ont bien évoluées. Il y a des classes qui expérimentent ces nouveaux outils et la mairie attend un retour.

- Une imprimante dans les bureaux des directeurs est nécessaire dans les grosses écoles.

M Jalby nous répond qu’il y a eu un recensement des besoins, ils vont voir ce qui est possible (n’hésitez pas à vous re-signaler auprès de la municipalité si vous êtes dans ce cas).

- Utilisation des cours d’école :

Certaines écoles en politique de la ville voient leurs cours utilisées en dehors du temps scolaire. Il y a de nombreuses dégradations (carreaux cassés, serrures endommagées, banc incendié..) Les directeurs et les équipes entières passent du temps à discuter avec les élèves et à demander des réparations. Comment la Mairie se positionne t-elle par rapport à cette problématique de l’utilisation des cours ?

M Jakby nous répond que les abords des écoles vont être équipés de caméras de video surveillance. Nous ne pensons pas que ce soit un bon signal donné aux habitants du quartier et que cela ne va pas forcément résoudre les problèmes de dégradation. M Jalby nous répond que c’est une volonté de la ministre pour lutter contre les attentats. Les caméras devraient se mettre en place rapidement car ça a été voté au dernier conseil municipal.

Autre chose a été mis en place dans l’école Gérard Philippe, des animateurs de quartier venaient proposer des activités dans la cour. Cette action éducative a eu des répercussions sur la vie du quartier et les dégradations. Cette solution "plus éducative" nous paraît intéressante à mettre en place ailleurs. M Jalby nous indique aussi que des choses se réfléchissent actuellement au niveau du conseil municipal des enfants.

- Problèmes de stationnement en centre-ville

Il y a une grande difficulté pour les personnels de l’école Herriot et Bénédictins à se garer : un coût important pour les enseignants et exorbitant pour le personnel municipal (atsem, agents...) et les personnels précaires.

Les représentants de la mairie n’ont pas de solution à proposer, si les enseignants bénéficient d’un tarif particulier, les agents municipaux et d’autres catégories de personnel le demanderont aussi et le centre-ville sera complètement saturé.

Nous demandons également si les AESH qui accompagnent des élèves en situation de Handicap à la cantine pourraient bénéficier d’un autre tarif que celui des extérieurs (environ 5 euros par repas) car ils ont des salaires très précaires.

La mairie réfléchit au problème et verra ce qu’il est possible de faire dès la rentrée de septembre.

- Opération Toimoinous

Les équipes d’école aimeraient que le dispositif soit reconduit et pérennisé. C’est un dispositif sur le temps périscolaire (gratuit car sur le temps étude) pour les CM pour travailler sur de la médiation et le vivre ensemble.

En effet, ce dispositif piloté par l’ARS a de très bons retours. La mairie ne sait pas encore si le dispositif sera renouvelé l’an prochain, ça dépendra des crédits.

- Accompagnement des services civiques à la piscine

Un mail a été envoyé aux écoles rappelant que les services civiques ne peuvent pas être en charge d’un groupe seuls à la piscine et qu’ils ne comptent pas dans le taux d’encadrement. Les textes de l’Education Nationale précisent que les intervenants bénévoles agréés peuvent prendre en charge un groupe que l’enseignant leur confie. Qu’en est-il ?

Mme Dalloux a téléphoné en séance à Mme Travers qui gère les services civiques employés par la ville. La réponse vient du statut du service civique qui ne peut pas être seul avec un groupe d’enfant (contrairement aux bénévoles). Pour une classe de 24 élèves il faut donc 1 enseignant, 1 parent agréé ( ou un MNS) et le service civique est compté en plus. Il accompagne la gestion d’un groupe dans l’eau par exemple (sous la responsabilité de l’enseignant). Il peut être compté pour le trajet en bus par contre.

Nous nous étonnons de cette réglementation et précisons que beaucoup d’écoles ont du mal à avoir des parents agréés, que les classes de cycle 3 ne bénéficient pas d’un MNS.. donc certaines classes n’iront plus à la piscine !

M Jalby nous répond que la priorité du "savoir nager" est donnée au cycle 2 et que les enfants ne sont pas obligés de se rendre à la piscine tous les ans...

- Restaurants scolaires

Dans certaines écoles, il y a des retards des élèves qui arrivent de la cantine, ils sont très excités.. Quelle organisation la mairie va-t-elle proposer dans les années à venir ?

La mairie va réouvrir des restaurants scolaires pour qu’ils soient plus proches des enfants (réouverture du restaurant scolaire de Montmailler par ex). La priorité sera donnée aux restaurants scolaires fermés il y a peu de temps (moins de travaux à faire à priori).

 

19 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.