www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / CTSD, CTA et CDEN (carte scolaire, rythmes,...) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 juin 2017

Compte-rendu du CTA du 12 juin

Le SNUipp-FSU a lu une déclaration préalable.

Suite à la déclaration, le Recteur souhaite répondre sur différents points : CP à 12 en REP + et Plus de Maîtres que de Classes (PDMQDC) :

Le recteur indique que l’objectif est de 100% de réussite en CP et présente deux solutions :

  S’il est possible, en fonction du nombre de salles de dédoubler physiquement les classes, ce sera fait

  sinon, il s’agira de co-intervention.

Il souhaite mobiliser les PDMQDC pour permettre ces dédoublements puisqu’aucun poste spécifique n’est dédié. Il indique qu’il s’agit pleinement du dispositif PDMQDC. Il souhaite accompagner les équipes par des formations mais indique avoir besoin d’une masse critique suffisante et qu’à ce titre il va associer les REP aux REP+.

Il propose 14 jours de formation filée aux équipes en neurosciences, phonologie, compréhension, rôle des parents, … les jeudis. Ces jours seront pris sur les 10 jours dus en REP+, en REP : les CP ne seront plus dédoublés ces jours-là…

Le SNUipp-FSU est intervenu pour indiquer que :

  Il s’agissait d’un dé-tricotage d’un dispositif PDMQDC qui donnait majoritairement satisfaction aux personnels quand de la souplesse était laissée aux équipes,

  Si le nombre de PDMQDC en REP+ pouvait répondre numériquement à ce modèle en REP+, ce n’était absolument pas le cas en REP sinon en imposant des répartitions aux équipes qui verraient toutes les autres classes augmenter en effectifs !!! Ce que le Recteur semble avoir anticipé….

  Il s’agit d’une remise en cause autoritaire de la liberté pédagogique et des choix des équipes et donc un manque évident de confiance,

  La mise en place de formations supplémentaires dans une période où le remplacement des maîtres est plus qu’aléatoire va se heurter à la question des moyens,

  Si l’on s’oriente vers des classes physiquement dédoublées, il s’agit d’une remise en cause de fiches de postes des personnels recrutés sur PDMQDC qui ont pourtant été recrutés sur des postes à profil et ont fait l’objet d’entretiens et de projets avec les IEN, contre l’avis de la représentation des personnels,

  Il s’agit une nouvelle fois d’une ambition sans les moyens associés : si le SNUipp-FSU est favorable à la baisse des effectifs par classe et à donner plus aux territoires qui en ont le plus besoin, ceci ne peut se faire par redéploiement au détriment des autres territoires. Le même phénomène a été vécu avec le développement de la scolarisation des moins de 3 ans en REP+ : les objectifs ont été atteints et dépassés mais au détriment de la scolarisation des moins de 3 ans dans le reste de l’Académie qui a globalement baissé…

Le SNUipp-FSU lui a demandé de ne pas devancer le calendrier du Ministre pour les REP et de revoir sa position pour toutes ces raisons en laissant la liberté aux équipes d’organiser la répartition et l’utilisation des moyens selon les modalités qui leur semblent les plus efficaces et pertinentes aux regards des réalités de l’école.

Rythmes scolaires :

Le Recteur a introduit la question en indiquant que « si le personnel pour le périscolaire a été recruté, si le transport est organisé, on ne change rien » et qu’il souhaitait faire confiance à l’intelligence locale pour organiser le temps scolaire. Il indique qu’il souhaite un cadre harmonisé et s’oppose par exemple à deux écoles d’un même RPI sur des rythmes différents.

Le SNUipp-FSU lui a demandé de donner un calendrier de mise en œuvre du passage à 4 jours pour les conseils d’écoles qui le souhaitent afin de préparer la rentrée dans les meilleures conditions puisque cela conditionne aussi l’organisation des temps partiels, des services des TRS… Le SNUipp-FSU lui a également indiqué que le projet de décret n’imposait rien, et que les différences d’emplois du temps, au sein d’un RPI, d’une commune voir d’une même école existait et perdurerait si aucune harmonisation territoriale n’était mise en œuvre !

Il a indiqué qu’il ne communiquerait pas tant que le décret ne serait pas publié : c’est ici contraire au paragraphe précédent pour lequel il semble pourtant vouloir devancer le calendrier du ministre !

Nombre de personnels (ineat/exeat, liste complémentaire, contractuels…)

Les services académiques estimaient dès mars 2017 qu’il manquerait au moins 40 personnels pour pourvoir les postes de l’Académie. Le SNUipp-FSU était intervenu en audience pour demander l’augmentation du nombre de places au concours dans l’Académie pour faire face à cette difficulté. A défaut, le SNUipp-FSU avait indiqué que le recours à la liste complémentaire associée à l’intégration de personnels d’autres départements devaient être privilégiés au recours à des personnels contractuels. Le Recteur a confirmé sa volonté d’aller dans ce sens.

En séance, le Recteur a indiqué espérer obtenir 30 places sur la liste complémentaire du concours (l’arbitrage est en cours au ministère) et qu’il souhaitait en effet réduire au maximum le recours aux personnels contractuels comme le demandait le SNUipp-FSU.

Le SNUipp-FSU a cependant demandé et obtenu en séance la tenue d’un groupe de travail pour la gestion des personnels contractuels (CDIsation, évolution de la rémunération, durée des contrats…).

CUI et AESH

La transformation de contrat CUI en contrat d’AESH se poursuit associée à une augmentation du volume d’heures d’accompagnement. Ainsi, à la rentrée 2017, l’Académie aura 47 créations nettes d’emplois d’AESH supplémentaires qui s’ajoutent à la transformation de 120 contrats de CUI en 69 emplois d’AESH (la conversion est liée au nombre d’heures de contrat).

Pour le SNUipp-FSU, si le recul de la précarité dans l’accompagnement des élèves en situation de handicap est une bonne nouvelle, ces dotations restent insuffisantes aux regards des besoins qui augmentent chaque année et du constat que les heures allouées par les MDPH ne sont pas toujours respectées.

Le SNUipp-FSU a demandé à nouveau un groupe de travail sur les carrières des personnels accompagnants. Le SNUipp-FSU a également rappelé l’engagement du précédent recteur de ne pas faire de contrats inférieurs à 60% afin que le passage d’un contrat CUI à un contrat AESH ne soit pas assorti d’une baisse de salaire. Le Recteur s’est engagé sur la tenue de ce groupe de travail avant la fin de l’année scolaire.

Le SNUipp-FSU est intervenu pour indiquer que les rectorats avaient reçu une circulaire indiquant que l’annualisation du temps de travail des contrats CUI n’était pas possible. Le Secrétaire Général a indiqué qu’il avait une autre interprétation. Les perspectives sont donc les recours contentieux pour faire valoir les droits des personnels.

Vos représentants au CTA pour le SNUipp-FSU

 

27 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.