www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Archives 2007 - 2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
28 mai 2008

Démenti de la FSU (et le SNUipp dans la FSU) concernant la suspension du mouvement

NON, nous ne voulons pas suspendre le mouvement
Si le SGEN-CFDT et le SE-UNSA se prononcent pour la suspension du mouvement actuel jusqu’à la rentée, le SNUipp-FSU souhaite quant à lui ne pas en rester là d’ici aux vacances d’été.

Message de Gérard Aschiéri dans la FSU après les annonces d’hier soir (lire plus bas)....

Des dépêches ont fait état d’une décision des fédérations de l’EN de "suspendre le mouvement" avant les vacances. Pour la FSU l’action ne s’arrête pas. A la réunion de l’’intersyndicale de l’éducation, la FSU a défendu le mandat de poursuivre l’action en appelant dès maintenant à une journée de grève nationale unitaire le 6 juin. Aucun accord n’a pu être trouvé sur cette orientation : le Sgen-Cfdt et l’Unsa en particulier se sont prononcés pour la suspension du mouvement jusqu’’à la rentrée. C’est cette situation qui a provoqué l’annonce ci-dessus alors que la FSU n’a ni accepté ni envisagé une telle suspension.

Les fédérations de la fonction publique ont ensuite débattu de la suite de l’’action. Il n’a pas été possible non plus de parvenir à une décision d’’action dans le cadre le plus large. UNSA et CFDT considérant une action impossible tandis que FO opposait à une journée fonction publique son mandat d’une journée de grève sur les retraites. La CGT et Solidaires ont cependant clairement affirmé comme la FSU leur volonté de parvenir à une décision d’’action unitaire avec tous ceux qui considèrent qu’’une action forte, incluant la grève, est nécessaire en juin. Elles ont donc convenu de se concerter et d’annoncer sous 48 h une décision qui pourrait porter sur le 9 ou 10 juin (jour du passage à l’assemblée du projet de loi mobilité).

Dépèche AFP

Education-budget-enseignants-lycées,3ELEAD Education : suspension du mouvement contre les suppressions de postes

PARIS, 27 mai 2008 (AFP) - Plusieurs fédérations de l’Education -dont FSU, Unsa-Education et Sgen-CFDT- ont décidé mardi de suspendre le mouvement unitaire contre les suppressions de postes "pour la période des examens" et de se revoir la semaine précédant la rentrée pour une nouvelle action, a-t-on appris de sources concordantes.

"La période qui se prépare n’est pas propice à de nouvelles actions d’ampleur d’ici les grandes vacances, car c’est la période des examens. Nous suspendons donc le mouvement pour la période des examens", a déclaré à l’AFP Dominique Thoby, secrétaire nationale du SE-Unsa (2ème dans le primaire, 4ème dans le secondaire). "Nous avons pris acte de toutes les mobilisations qui ont eu lieu cette année", notamment contre les 11.200 suppressions de postes inscrites au budget 2008 pour la rentrée prochaine. "Elles étaient réussies. Nous n’avons eu aucune réponse du gouvernement", a ajouté Mme Thoby. "Il faut que le gouvernement entende que la colère et l’exaspération de la communauté éducative sont toujours là. C’est pourquoi, nous avons décidé de nous retrouver en août la semaine avant la rentrée scolaire pour préparer de nouvelles actions d’ampleur à la rentrée", a-t-elle poursuivi. "Nous nous reverrons en août une fois les lettres-plafond (qui détermineront les grandes tendances du budget 2009 par ministère, ndlr) connues", a confirmé Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du Snes-FSU (majoritaire dans les collèges et lycées). Pour autant, selon elle, des "expressions communes" du mécontentement, de type blocage d’établissement, pourront avoir lieu localement. Dans la soirée, la FSU a affirmé auprès de l’AFP "envisager continuer l’action tant au niveau de l’Education que de la fonction publique". Cette décision de suspension du mouvement unitaire va faire l’objet d’une déclaration commune "dans les prochains jours", selon le SE-Unsa. Patrick Désiré, pour la CGT (minoritaire) a toutefois précisé à l’AFP que son organisation se prononcerait sur la suite de la mobilisation en fonction du résultat d’une réunion des fédérations de la Fonction publique, qui se tenait au siège de la CGT depuis 18H00. Une autre déclaration, prenant position contre l’avant-projet de loi instituant un droit à l’accueil des élèves à l’école primaire les jours de grève, sera aussi faite, a déclaré la CGT. La réunion des fédérations de l’éducation a rassemblé la FSU (principale fédération de l’Education), l’Unsa-Education, le Sgen-CFDT, la CGT, FO, Sud Education, la FAEN pour les enseignants, ainsi que la FCPE pour les parents d’élèves et l’UNL pour les lycéens. Ces organisations étaient, pour la plupart, à l’origine de plusieurs journées de grève cette année (notamment les 20 novembre, 24 janvier ou encore 15 mai, avec la fonction publique) ou encore de manifestations (le 24 mai, ou encore le 18 pour la FSU) dans toute la France. L’UNL avait appelé, avec la Fidl (second syndicat lycéen), au mouvement de manifestations les mardi et jeudi dans toute la France, qui a duré de la fin mars à début mai.

 

8 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.