www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Néo : Débuts de carrière 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 novembre 2017

CR Audience avec l’ESPE du 9/11

Nous avons été reçues le 9 novembre par l’équipe de direction de l’ESPE, Mme Boussely directrice adjointe chargée du 1er degré, Mme Dufosset directrice adjointe chargée du 2nd degré, Mr Migozzi directeur de l’ESPE.

Pour le SNUIpp-FSU académique : Claire Bouysse SNUipp-FSU 19, Virginie Dupuy-Renaud et Laurianne Léon SNUipp-FSU 87.

Mr Migozzi rappelle l’importance de ce genre d’entretien. Il nous présente les difficultés rencontrées par l’université pour les années à venir avec la prescription de l’équipe présidentielle qui souhaite baisser le coût de formation de 17%. Avec cette baisse des coûts, des choix au niveau du volume de formation ont dû être réalisés : Pour le 1er degré, le volume horaire étudiant reste le même, par contre pour le 2nd degré, il y a une réduction en M1 entre 80 et 100 heures.

L’université de Limoges doit économiser 5 millions d’euros sur sa masse salariale, une politique massive de gel de postes est entamée depuis 2017 et devrait concerner environ 80 postes ( toutes fonctions confondues sur les 1500 ). Concernant l’ESPE, ce gel de postes a une forte incidence sur le fonctionnement : pas de prof en sciences de l’Education, un poste de prof de français gelé. C’est la mise en place de la politique d’austérité en toute discrétion ! Personne n’est licencié mais les départs en retraite ne sont pas renouvelés ! ( ça nous rappelle une certaine politique sous Sarkozy, bref !)

Les solutions trouvées vont amener à de la tension pour réaliser toutes les formations : CAFA, CAFIPEMF, Neotit, CAPPEI en plus des formations des stagiaires et des M1. Pour faire face il faudra friser le surrégime.

Après ces explications de M.Migozzy sur le contexte budgétaire de l’an prochain, nous entamons l’ordre du jour qui suivra nos questions et remarques :

1- Les élections au conseil d’école de l’ESPE le 30 novembre

Nous rappelons la faible participation à ces élections l’an dernier sur les trois sites. A la suite de ces résultats, la direction de l’ESPE s’était engagée à mieux communiquer et à inciter les usagers à aller voter, qu’en est-il ?

ESPE : La préparation est en cours, des réunions de direction doivent avoir lieu.

2- Visites : problème de cohérence entre ESPE et EMF.

Nous demandons où en est la fabrication du livret de gradation, outils réalisé entre formateurs ESPE et EN pour harmoniser les exigences de visites des stagiaires.

ESPE : Un travail est commencé mais il faut au préalable établir une culture commune sur les attendus. Créer un livret semble compliqué pour l’instant, le choix a été fait de proposer un stage académique avec Sébastien Chaliès les 23 et 24 novembre pour la formation des tuteurs 1er degré. Un groupe de travail pourrait se mettre en place après. L’idée de ce stage est d’interpeller et de discuter entre formateurs.

Du coup, il n’y a aucun cours à l’ESPE sur ces dates.

3- Les cours pendant les vacances.

Pourquoi y a-t-il eu des cours pendant les vacances de Toussaint ? Il y a eu à peine 15 h de cours, certains stagiaires ont beaucoup de temps de transport. Serait-il possible de les recaler dans l’emploi du temps pour libérer les vacances ?

ESPE : Les trous dans l’emploi du temps sont liés à l’absence de profs qui ne sont pas remplacés dans le supérieur. Les profs profitent des vacances pour combler leurs manques. Il n’est pas possible d’envisager de libérer cette période pour Toussaint, la semestre est trop court. L’an dernier, la 2ème semaine de février avait été donnée car des arrangements avaient été trouvés et que le semestre est plus long.

4- Problème d’équilibre entre les matières.

Nous faisons à nouveau remonter le déséquilibre entre les temps de formation ( trop peu de didactique en maths et français et beaucoup de cours d’anglais), ce qui ne correspond pas aux besoins des stagiaires.

ESPE : Des nouvelles maquettes de master ont été réalisées et elles seront valides jusqu’en 2022. 70 heures ont été ajoutées au module de didactique soit environ 20 heures en maths et 20h en français + 12 h dans les autres matières. L’année prochaine, il y aura autant d’heures de didactique en anglais mais moins d’heures dans la discipline ( de préparation au CLES).

Nous sommes plutôt satisfaits de cette réponse et de voir ( enfin ! ) les maquettes changer ! Ce sont des discussions que nous avions eu avec l’ESPE de nombreuses fois depuis 3 ans et il nous paraissait important que la formation sur les apprentissages fondamentaux soit enrichie.

5- Modalités d’examen pour valider le master

Nous dénonçons à nouveau le manque d’oral dans les examens et le fait que les stagiaires soient évalués principalement sur des dossiers ( à faire seuls ou en groupe). Le métier d’enseignant est un métier de l’oral, il faut des temps d’évaluation avec cette modalité. Nous avions envisagé que le classeur de stage soit supprimé et qu’un temps d’oral à l’issue des entretiens de visites en classe soit proposé avec le tuteur pour parler de la compétence du référentiel, analyser et témoigner. D’autre part, sur le classeur de stage en M1 il n’y avait pas eu de retour individuel pour les étudiants.

ESPE : Il y a un oral avec la soutenance de mémoire. Il n’est pas matériellement possible d’organiser des oraux de partiel, il n’y a pas assez de profs, de salles.. et trop d’étudiants ! Mme Boussely entend notre proposition pour le classeur de stage et y réfléchira pour les années futures.

Les stagiaires demandent également les dates de retour des dossiers car il leur ai donné " fin de semestre". Mme Boussely explique que les dates ont été envoyées par mail et qu’elle vérifiera que l’info est passée pour tous les partiels. Le dossier de didactique sera à rendre pour le 10 janvier.

Nous signalons aussi que les stagiaires aimeraient avoir des précisions sur les modalités d’évaluations du dossier tronc commun, qui apparaissent différentes en fonction des profs et des matières pour une même UE.

Mme Boussely note et se renseignera.

Nous renouvelons notre demande de mettre du temps supplémentaires à l’emploi du temps pour réaliser les dossiers de groupe. Ces temps seront envisagés pour la nouvelle maquette.

Nous informons que les temps d’Analyse de pratique sont très appréciés. Les stagiaires de Limoges aimeraient pouvoir échanger entre eux et demandent la mise à disposition d’une salle.

ESPE : Une salle sera trouvée et proposée au moins pour la pause méridienne.

Dans le module accompagnement de stage, les pesas souhaitent plus d’EMF (notamment à Guéret) et demandent des temps d’observation en classe. La remarque est notée pour les intervenants de Guéret mais il ne sera pas possible de rajouter des temps d’observation de classe.

6- Organisation des cours entre 1er et 2e semestre

Les stagiaires ont besoin de cours sur la gestion de classe, l’autorité très tôt dès septembre. A Tulle, le premier cours de didactique s’est déroulé la semaine avant les vacances de la Toussaint, c’est trop tard. Il faudrait essayer de revoir les emplois du temps. Nous demandons si des cours répondant à l’urgence de la rentrée pourraient avoir lieu.

ESPE : Des modifications ont déjà été apportées suite aux remarques du SNUIpp-FSU. Les temps d’analyse de pratique vont être avancés l’an prochain. Pour le reste, c’est compliqué. L’ESPE défend l’idée que l’autorité se construit et que les tuteurs sont là pour étayer les premiers jours de stage adaptés aux classes. (pendant le séminaire de rentrée notamment)

7- Formation de l’année prochaine ?

Nous redemandons si l’alternance stages filés / stages massés est envisageable pour l’an prochain.

ESPE : La décision sera prise par le recteur, l’ESPE s’adaptera sur le plan pédagogique. Le recteur a dès le mois de juin annoncé sa détermination a affecter les pesas sur une seule classe sur une moitié de semaine. Dans les réflexions en cours, une solution proposées serait d’affecter une moitié de temps un stagiaire sur un poste et l’autre moitié de la semaine un autre stagiaire sur sur un autre poste. Une brigade serait sur les deux postes à l’année pour compléter.

Comment se réaliserait le mouvement ? Blocage de postes de titulaires ? Comment assurer le suivi brigade / stagiaire ? ( sachant que 80 % de la brigade en Haute Vienne est composée de T1, T2, T3..) Et les élèves dans tout ça ?

Cette organisation poserait souci pour la Creuse et la Corrèze car il n’y a pas assez de stagiaires pour faire 2 groupes.

Nous devrions en savoir plus dans les audiences avec le rectorat à venir..

Les antennes de Tulle et Guéret sont-elles menacées ?

A priori non, les effectifs sont corrects. Ce qui pourrait poser problème ce sont des économies de l’université (formations à distance). L’ESPE est dubitatif sur l’efficacité des cours à distance, via les visioconférences.

L’entretien s’est terminé après 2h de discussion.

Virginie Dupuy Renaud SNUipp-FSU 87, Claire Bouysse SNUipp-FSU 19, Laurianne Léon SNUipp-FSU 87

PNG - 378.4 ko

Le SNUipp-FSU ne bénéficie d’aucune subvention et ne vit que grâce aux cotisations de ses syndiqués pour informer et défendre tous les personnels.

 

7 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.