www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Métiers, écoles et personnels  / Brigades 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Dans la même rubrique

21 novembre 2017

Priorités de remplacement inacceptables

La DSDEN 87 a publié une circulaire à propos du dispositif de remplacement des enseignants du 1er degré. (voir ICI)

En préambule à nos commentaires, il est nécessaire de rappeler que la brigade, qui compte 125 collègues en tout, n’est pas assez conséquente pour permettre une gestion sans faille du remplacement. Il manque 35 collègues pour se faire afin d’atteindre 10% du volume total des enseignants du département. Ensuite, il convient de préciser que la brigade actuelle est à minorer de 12 collègues dont la mission première est de remplacer les collègues en stage (ex BFC, Brigade Formation Continue, dont on peut rappeler qu’elle a longtemps compté 24 collègues). Il nous manque donc 35 + 12 = 47 postes de brigades, incluant la mise en place d’une Formation Continue que l’on peut qualifier de minimale... La demande, depuis maintenant une décennie, d’un plan de rattrapage en postes pour notre département, sans bien évidemment les prendre sur les autres départements, n’a donc rien de fantaisiste ! Nous continuerons encore et toujours à nous battre pour qu’enfin nous soyons entendus.

1 - Points positifs

Un premier point positif est à noter dans cette circulaire : l’absence de priorité de remplacement en fonction de la raison pour laquelle le-la collègue est absent-e. Des collègues se sont entendus répondre que leur remplacement n’était pas prioritaire au regard de la raison de l’absence. Or rien n’est mentionné dans la circulaire.

Deuxième point positif, elle dispose en annexe de toutes les informations complémentaires :

- la procédure de gestion du remplacement
- les obligations réglementaires de service
- le tableau de l’ISSR (Indemnité de sujétion Spéciale du Remplacement).

rappel : L’ISSR est censée compenser les frais supplémentaires (notamment de déplacement) mais aussi la charge de travail accrue (en termes de flexibilité) engendrés chez les personnels enseignants effectuant des tâches de remplacement.

Taux actuel de l’ISSR

Tranche kilométrique Montant
Moins de 10 km 15,38 €
De 10 à 19 km 20,02 €
De 20 à 29 km 24,67 €
De 30 à 39 km 28,96 €
De 40 à 49 km 34,40 €
De 50 à 59 km 39,88 €
De 60 à 80 km 45,66 €
Par tranche supplémentaire de 20 km 6,81 €

2 - Les priorités

Mais dans cette circulaire sont aussi mentionnées les priorités de remplacement, priorités qui sont un aveu du manque de moyens dont dispose le département, notamment visible dans le domaine du remplacement.

Les 2 premières priorités, en intégrant cette situation de sous effectif, semblent logiques :

priorité 1 - écoles à 1 ou 2 classes

priorité 2 - écoles de moins de 4 classes

La 3ème porte sur la durée du congé. S’il est évident qu’affecter un-e même remplaçant-e sur l’ensemble de la durée du congé, surtout si celui-ci est long, semble là aussi logique, établir aussi formellement ce critère en priorité peut laisser le champ à des interprétations bien différentes, ce qui pose problème. Exemple : ce n’est pas la peine de remplacer M. K, il n’est absent qu’une journée...

Mais là où la critique se corse, c’est bien sur les 3 priorités suivantes ainsi hiérarchisées :

priorité 3 - école élémentaire

Bon, la scolarité n’est obligatoire certes qu’à 6 ans. Mais à prioriser ainsi, et en poussant le raisonnement, s’il devient de plus en plus difficile d’affecter des gens sur tous les postes (on fait désormais appel à des personnels vacataires), doit-on comprendre que pourraient d’abord être affectés les collègues lors des opérations du mouvement sur tous les postes dans les écoles élémentaires avant de passer aux maternelles puis enfin à l’enseignement spécialisé ?

priorité 4 - école maternelle

Doit-on comprendre qu’il est plus facile de se répartir les élèves en maternelle, alors que ceux-ci, doit-on le rappeler, sont plus nombreux qu’en élémentaire ?

Doit-on comprendre qu’il est plus facile de s’arranger pour pallier le manque de remplaçants... ?

priorité 5 - ULIS, SEGPA, institut spécialisé

Soit, les élèves en ULIS école sont déjà intégrés en partie dans les classes mais l’absence de remplacement du collègue spécialisé empêche une prise en charge adaptée de ces élèves. Ils peuvent donc être répartis dans les autres classes en élémentaires, ou placés sous la responsabilité d’autres presonnels en SEGPA ou en Institut...

Doit-on comprendre que ces élèves sont moins prioritaires que les autres ?

Il est essentiel de rappeler qu’avait été conçu, certes il y a déjà longtemps, un temps que les moins de, euh, 40 ans ne peuvent pas connaître... une brigade appelée alors AIS (l’ancienne dénomination de l’ASH). Parce que le CAPASH (maintenant le CAPPEI), quelque soit l’option, est un examen validant une formation réussie pour un enseignement spécialisé de qualité. Tout enseignant doit être formé pour disposer des outils nécessaires lui permettant d’éviter de se retrouver en difficulté, voire en échec. Pour enseigner en ASH, il est quand même mieux d’avoir été formé ! Pourquoi donc ne pas (ré)imaginer une brigade spécialisée ?

Pour le SNUipp-FSU, ces priorités définies ainsi sont inacceptables.

 

7 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.