www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
14 mars 2019

PUBLIC / PRIVÉ TOUS ENSEMBLE LE 19 MARS 2019

Alors que se dessinent les contours inquiétants d’une réforme démantelant les organismes consultatifs de la Fonction publique ou encore prévoyant le recours à un emploi massif de contractuels, quatre organisations syndicales représentatives dans la Fonction publique dont la FSU appellent à faire du 19 mars une journée de mobilisations partout en France. Une plate-forme revendicative qui rejoint celle des salariés du privé notamment sur la suppression de la journée de carence injuste pour tous les salariés.

Rassemblement

10h30

carrefour Tourny à Limoges

L’appel : PUBLIC / PRIVÉ TOUS ENSEMBLE LE 19 MARS 2019

Nos organisations CGT, FO, FSU et SOLIDAIRES de la Fonction publique s’inscrivent dans l’appel unitaire interprofessionnel pour faire du 19 mars prochain un temps fort de mobilisation.

Le président de la République, le Premier ministre et le gouvernement, en accord avec le MEDEF, mettent en œuvre une politique ultralibérale. Celle-ci, multiplie les attaques contre les salariés, qu’ils soient du secteur privé ou du secteur public.

Les agents de la Fonction publique et leurs missions sont au cœur des visées régressives du pouvoir exécutif.

Après le retour du gel de la valeur du point qui entraîne des pertes de pouvoir d’achat sans précédent, la mauvaise compensation de la hausse de la CSG, le rétablissement du jour de carence injuste tant pour les salarié-e-s du privé que pour les agent-e-s public, pour ne s’en tenir à quelques exemples, voici un projet de loi dévastateur de contre réforme de la Fonction publique.

En démantelant les organismes consultatifs de la Fonction publique et en mettant en cause les mandats des représentants des personnels, en projetant un recours encore plus massif aux contractuels, synonyme de précarité accrue et d’affaiblissement de la garantie de neutralité des agents publics, en accentuant fortement les éléments individuels de rémunération ouvrant ainsi la porte à des pratiques clientélistes, ce projet de loi constitue une charge sans précédent contre le Statut Général des fonctionnaires. Pire, en créant un arsenal de dispositions, notamment organisant la mobilité forcée, pour accompagner de nouvelles et massives suppressions d’emplois et favoriser l’abandon ou la privatisation de missions publiques, ce texte est également porteur de reculs très graves pour l’ensemble de la population aggravant encore les inégalités.

Tout cela se fait à la hussarde, dans un calendrier extrêmement resserré qui ne permet pas une concertation digne de ce nom – le texte pourrait être adopté dès juin au Parlement - et ce sans tenir compte des propositions et positions des organisations syndicales.

La coupe est plus que pleine : elle déborde ! L’heure est à la mobilisation de toutes et tous. Pour :

- Une augmentation générale et immédiate des salaires des agents de la Fonction publique.
- Des mesures de rattrapage des pertes subies depuis des années.
- Un plan de titularisation.
- Des créations d’emplois statutaires partout où cela est nécessaire.
- L’abrogation du jour de carence.
- La revalorisation des pensions.
- Le maintien et l’amélioration de notre régime particulier de retraite et du code des pensions civiles et militaires ainsi que de la CNRACL.
- Le retrait du projet de loi au profit de mesure renforçant et rénovant le Statut général et permettant un meilleur fonctionnement des services publics.

Nos organisations CGT, FO, FSU et SOLIDAIRES appellent à faire du 19 mars une journée de mobilisations (grève, manifestations, rassemblements).

Cette journée s’inscrit dans un processus d’élévation du rapport de forces que nous entendons construire, qui passera aussi nécessairement par de prochains temps forts spécifiques dédiés à la Fonction publique.

La grève côté pratique :

Word - 25.5 ko
declaration greve 19 mars 2019

La déclaration d’intention préalable (voir doc ci-joint) doit parvenir 48 heures au moins avant le jour de grève, comprenant au moins un jour de classe (jour ouvré).

Pour la grève de ce mardi 19 mars prochain, la déclaration doit parvenir vendredi 15 février à minuit au plus tard. Celle-ci peut-être adressée par mail ou courrier aux circonscriptions. (Attention à tenir compte des délais d’acheminement si le courrier est posté)

- Complétez le modèle ci contre. Le directeur n’a pas à faire de déclaration par école.

- Tous les collègues en responsabilité d’une classe le jour de la grève, et qui souhaitent se mettre en grève, doivent faire une déclaration préalable. Néanmoins le SNUipp-FSU demande à tous les enseignants de signaler leur intention de faire grève. En effet celle-ci ne vaut pas un engagement de leur part mais permet de conserver le droit de grève.

- Conserver un double de la déclaration d’intention en cas de contestation.

Modalités pour la grève

déclaration par voie postale à

DSDEN 87

Circonscription de Haute-Vienne ...

13 rue François Chénieux

CS 13123

87031 LIMOGES CEDEX 1

Remarque : si les adresses mail ci-après ne fonctionne pas depuis votre ordinateur, il suffit des les copier puis des les coller sur la boîte d’envoi de votre messagerie.

Doublez-nous votre avis d’intention à snu87@snuipp.fr, cela nous permet de disposer des infos utiles pour pouvoir communiquer sur la hauteur de la mobilisation.

déclaration en ligne, cliquez sur votre circonscription :

- Haute-Vienne 1->ce.0870074h@ac-limoges.fr

- Haute-Vienne 2->ce.0870076k@ac-limoges.fr

- Haute-Vienne 3->ce.0870651k@ac-limoges.fr

- Haute-Vienne 4->ce.0870073g@ac-limoges.fr

- Haute-Vienne 5->ce.0870077l@ac-limoges.fr

- Haute-Vienne 6->ce.0870075j@ac-limoges.fr

- limoges A.S.H.->secretariat.ash@ac-limoges.fr

Modèle de lettre à copier/coller et à envoyer par mail :

Je soussigné(e)

Nom : ...............................................

Prénom : ..............................................

Affectée à l’école de : ..............................................

Ville : ..... .......................................

Circonscription de : ...............................................

déclare avoir l’intention de répondre positivement à l’appel à la grève suite à l’alerte sociale effectuée par le SNUipp-FSU 87 et au préavis déposé au plan national par le SNUipp-FSU le mardi 19 mars 2019 à partir de 8 h 30,

Date : ........./........../2019

Signature :

- CONSIGNES DE GRÈVE

Envoyer à l’IEN la déclaration individuelle d’intention de se mettre en grève

- QUI PEUT FAIRE GRÈVE ?

L’ensemble des instituteurs et des professeurs des écoles, assistants d’Education, AESH., titulaires, non - titulaires, vacataires, en formation, en stage. Les directeurs d’école et les IMFAIEN également car ils ne sont ni chefs d’établissement ni fonctionnaires d’autorité (décret n° 88-343 du 11/04/89 + question écrite au JO du 31/1/76).

- AESH, AVS ET LA GRÈVE

L’appel inter professionnel permet à toute personne qui le souhaite de se déclarer gréviste ce mardi 19 février.

Si un ou des enseignants ne sont pas grévistes et sont présents dans les locaux : l’AESH ou l’AVS est placé sous l’autorité du directeur d’école ou du collègue faisant fonction ce jour-là. Le service est organisé selon les activités pour lesquelles il a été recruté et qui figurent en liste limitative sur son contrat. Il ne peut se substituer aux enseignants grévistes et n’a à accomplir aucune tâche de remplacement.

- AVANT LA GRÈVE

Les grévistes informent les familles dès que possible par écrit qu’il n’y aura pas classe. Ils en informent également tous ceux qui sont concernés par l’organisation d’une activité à laquelle eux ou leurs élèves participent : cantine, étude, transport scolaire, piscine...)

1-s’il y a des non-grévistes, la veille au soir, les directeurs grévistes afficheront un tableau des services qui devront être assurés par les maîtres présents (accueil, récréation, cantine, garderie, étude). La faire émarger par les intéressés.

2-si tous les maîtres sont grévistes, apposer à l’entrée de l’école une affiche annonçant « École en grève, pas de classe ». Si c’est le cas, ajouter « ni cantine, ni étude ». Dans tous les cas, le directeur gréviste, pas plus que ses adjoints grévistes, n’est tenu de surveiller les élèves ni d’être sur place.

- PENDANT LA GRÈVE

Aucune communication ne sera faite à l’extérieur (RG - police -....) sur la situation dans l’école (nombre et identité des grévistes etc. ...) Ne pas répondre aux sondages, pas même de l’Administration Par contre chaque école fera connaître au plus vite aux représentants syndicaux le nombre et le pourcentage de grévistes. En cas de problème (intimidation, incident), prévenir immédiatement la section départementale.

- APRÈS LA GRÈVE

Pour les retenues de salaires, il appartient à l’administration de faire la preuve de la participation à la grève. Ainsi les grévistes, quelle que soit leur fonction, ne répondent à aucune enquête, ne s’inscrivent sur aucune liste.... Les directeurs et directrices n’ont à accomplir aucune tâche particulière à ce sujet, sinon transmettre les documents de l’Administration aux non grévistes qui les gèrent eux-mêmes, ils ne certifient rien.

JPG - 17.7 ko
je_me_syndique

 

12 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.