www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions nationales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 septembre 2019

Des évaluations pour formater les pratiques

Les évaluations CP et CE1 ont été généralisées l’année scolaire dernière pour soi-disant aider les enseignants et les enseignantes dans leur diagnostic des difficultés que peuvent rencontrer leurs élèves (lire ICI). Les nombreux témoignages de collègues au moment de la passation, de la saisie des résultats et du retour vers les parents étaient particulièrement critiques sur l’utilité de ce dispositif : épreuves inadaptées, mise en situation d’échec ou d’anxiété des élèves, conditions de passation biaisant les résultats, difficultés de saisie des résultats, intimidation des PE qui entendent utiliser leurs propres outils… et des résultats qui n’apportent rien de plus que ce qui était déjà connu pour deux tiers d’entre eux et elles.

Mais ce sont les trois notes de la DEPP d’avril 2019 qui dévoilent le véritable objectif poursuivi par le ministère : l’encadrement des pratiques enseignantes et l’imposition de protocoles articulant une méthode d’apprentissage de la lecture (syllabique) et des modalités de remédiation basées sur la répétition et l’entrainement par petits groupes.

L’exemple de la fluence, qu’on appelait lecture courante dans les années 60, est éclairant. Dans la circulaire de rentrée 2019, chaque année scolaire, du CP au CM2, a des objectifs précis et quantifiés d’apprentissage comme cette étrange norme de « 50 mots lus à la minute en fin de CP ». Pourtant, dans son analyse des évaluations nationales du 10 mai 2019, Roland Goigoux prévenait : « Exiger 30 mots à la minute à l’entrée au CE1 impliquera d’intervenir auprès de 30 % des élèves hors EP et 45 % en EP+.

Heureusement, la DEPP n’a pas suivi le guide orange de la DGESCO qui fixait ce seuil à 50 mots par minute : si elle l’avait fait, ce serait 75 % des élèves (tous publics confondus) qui auraient été jugés comme étant en difficulté. » Une norme est donc maintenant fixée, dont on sait qu’elle mettra artificiellement les ¾ des élèves en difficulté, pour obliger les enseignant-es à développer des ateliers de fluence, obsession de ce ministère. Les défenseurs de cette fluence peinent pourtant à convaincre que celle-ci serait la voie royale pour construire la compréhension en lecture…

La prochaine phase d’évaluation devra se dérouler du lundi 16 septembre au vendredi 27 septembre 2019. Même si le ministère dit avoir modifié les éléments les plus problématiques de la précédente phase, il serait très étonnant que les enseignant-es s’en satisfassent. Au-delà des évaluations, les enseignant-es sont mis devant un constat : il leur revient de défendre leur métier, qui consiste à faire des choix pédagogiques et à construire des situations d’apprentissage. Le SNUipp-FSU est totalement engagé à leurs côtés !

JPG - 27.5 ko
Evaluez-moi, oui mais ps tout de suite, pas trop vite...

Et, dès à présent et afin de ne pas oublier, une chose importante, capitale, primordiale à retrouver ICI ou LA !

 

16 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.