www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / Compte-rendu d’audiences (IA, rectorat, mairies,...) ou du conseil de formation 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 octobre 2019

Compte rendu audience DASEN du 15/10/2019

Présents : Mme ORLAY, IA DASEN, Mme GRIZON, SG DSDEN, Mr GAUTHIER IENA, Marie-Mélanie DUMAS, Fabrice PRÉMAUD, Emilie VENNAT-LOUVEAU co secrétaires départementaux du SNUipp-FSU 87

1. La communication aux collègues via les notes de service des IEN.

SNUipp-FSU : les notes pouvant être longues et truffées de liens (jusquà 42 recensés sans compter les adresses mails).

Caractère pouvant être très injonctif (remontée de tableaux, de compte rendus, exercices d’évacuation et de sécurité-incendie à effectuer avant le 30 septembre puis avant vacances)

Remontées de plusieurs collègues chargés de la direction très critiques à l’issue des réunions directeurs, singulièrement sur HV4

Alourdissement des tâches qui incombent aux directeurs : il y a peu, des GT menés par M. Rousseau avaient eu pour but de recenser les doublons (voire plus) à effectuer, les tâches inutiles et chronophages. Depuis, force est de constater que les conditions d’exercice se sont dégradées.

Les évaluations CP CE1 : ont été réalisées sans conviction, de manière subie et se sont substituées à celles mises en place avec pour conséquence première de ne pas pouvoir en tirer les mêmes enseignements. Quelques collègues n’ont pas fait passer toutes les évaluations ou n’ont pas saisi les résultats. Nous demandons qu’ils ne soient pas sanctionnés.  

Mme Orlay : il y a 6 nouveaux IEN. Il faut remettre les choses en route.  

SNUipp-FSU : Elles sont inégales en terme de longueur, truffées de lien, rendant très complexes leur utilisation. Redondance avec la lettre hebdo. Pas cohérent avec l’allègement des tâches des directeurs. Des éléments d’injections assez fort : • remontées de tableaux • remontées de CR voir CR de Cm • les 3 exercices PPMS à mettre en place avant fin septembre puis avant vacances, remontées fortes de collègues • Faisceau de remontées sur HV4 avec très fort mécontement avec des directeurs/trices inquiétants, qui sont surmenés pour ne pas dire épuisés. Cet alourdissement des tâches n’est pas en cohérence avec le travail mené par M. Rousseau... contre les tâches chronophage  

L’IA DASEN dit que « c’est à réactiver »  

SNUipp-FSU : Evaluations CP-CE1 : nous avons modifié notre approche. Malgré tout, remontées fortes dans leur grande majorité, les collègues les font en pensant qu’ils préféraient leur propre batterie, trouvent les nationales inutiles. Les résultats issus des saisies peuvent être source d’étonnement car ne correspondant pas forcément à la réalité constatée sur les élèves. D’autres résultats obtenus ne surprennent pas et étaient même connus avant que d’être ! Quant aux contenus en termes de prescriptions, chacun.e peut apprécier le sens de la formule l’école de la confiance... Quelques collègues n’ont pas souhaité la passation mais nous souhaitons que ces collègues ne sont pas poussés dans leur derniers retranchement et ne subissent pas de sanction.  

M. GAUTHIER : quasi 100% ont saisi. 3 enseignants ont reçu un courrier pour non-saisie. Cela fait partie des ORS. Il était normal que l’alerte en amont de la fermeture de la saisie soit faite. Pour l’instant, il n’y a pas pas de problème, mais le jour où des parents demanderont des comptes sur le fait que leur enfant n’a pas passé des élèves, les enseignants concernés seront en difficulté. Les enseignants doivent se conformer aux circulaires. Le pilotage de circonscription est dans une dynamique d’accompagnement. L’inégalité reflète les mises en cohérence avec le pilotage de circonscription.  

SNUipp-FSU : Nous rappelons le fait de demander des remontées de Conseils des Maîtres via des compte rendus. Cela représente une somme de travail importante. Il s’agit d’un travail entre pairs. Où est l’école de la confiance ?Cela a été mal pris. C’est un travail inutile qui évoque plutôt un contrôle (pour ne pas utiliser un autre terme).  

M. Gauthier : La remontée des infos n’est pas du flicage. On veut des remontées pour accompagner les enseignants, tisser des liens, partager des informations pour être au plus près des équipes. Ce paradigme que l’IEN n’est pas à ses côtés doit être rompu. Réflexion sur la mise en place de tableaux synthétiques.  

SNUipp-FSU : Nous rappelons que les enseignants ne prennent pas ça pour de la confiance. Et dans le contenu des échanges de Conseil des Maîtres, il y a aussi beaucoup de choses pratiques, d’organisation, qu’il n’y a aucune utilité à ce que soit porté à la connaissance de l’IEN.

La visite de l’ IEN suite à des stages, aux évaluations est délicate pour les collègues car ils restent dans cette idée de jugement. La route pour normaliser les relations peut être plus ou moins longue, notamment aussi fonction de l’histoire de chacun. Le SNUipp-FSU a toujours demandé que la carrière soit déconnectée de l’évaluation. Donc si visite il y a en dehors des RV de carrière, nous n’y sommes pas opposés. Il est cependant dommage que cela se fasse dans le cadre soit des classes dédoublées en REP et REP+, a fortiori plusieurs années de suite, ou pour le suivi des évaluations CP CE1. Le problème est bien celui du POURQUOI.  

Mme ORLAY : le fond de la question est comment tisser des liens ? Comment ne pas surcharger le travail, comment le fluidifier ? Toutes les circonscriptions ne les demandent pas. Les remontées des infos permettent d’accompagner les équipes, d’anticiper des problèmes.  

Nous avons ensuite un échange au sujet des remontées sur la circonscription HV 4.

Mme Orlay, M. Gauthier et Mme Grizon nous ont écouté avec attention et des réponses vont être apportées afin que les tensions s’apaisent et que chacun puisse travailler dans les meilleures conditions.  

M. Gauthier : Exercices PPMS : un power point va être proposé dans la lettre hebdo pour présentation lors du premier conseil d’école, si les directeurs.rices le souhaitent, s’ils en éprouvent le besoin ou pour les aider si la question est posée par les représentants de parents d’élèves élus.

Mme ORLAY : J’attends que vous dénoncions encore la masse de travail. Les évaluations nationales, les exercices de sécurité ne sont pas négociables. Le but est de rassurer les parents. Il faut établir un calendrier fin juin pour préparer les choses non-négociables. Il faut apprendre à trier l’information pour aller à l’essentiel.

M. GAUTHIER : Les directeurs ne doivent pas minorer ce travail-là. 

2. Les convocations / invitations des collègues en charge de la direction d’école

SNUipp-FSU : Les directeurs ont perdu l’année passée la reconnaissance via la possibilité de retirer du temps sur les animations pédagogiques une partie du temps de réunion des directeurs.

Cette année, une convocation est faite aux directrices-teurs de se rendre à une réunion de présentation des PIAL sur HV3 avec M. Rousseau. Encore un temps qui se rajoute sans compensation. Les directeurs ont juste reçu un « Vous devrez... ». La présentation des PIAL est importante. Tous ces petits moments mis bout-à-bout créent de la surcharge. Nous demandons la prise en compte dans les ORS.  

Mme GRIZON : à discuter avec les IEN. On va essayer d’apporter une réponse 

SNUipp-FSU : une réponse concrète est nécessaire, la surcharge de travail, elle, l’est bien. C’est une demande forte que nous vous faisons. 

3. les PESA (organisation des emplois du temps, charge de travail…)

SNUipp-FSU : 2 mercredis après midi ont été avec cours à l’INSPE et en classe le matin, alors que certain.es avaient classe le matin, ce qui ne correspond pas au synopsis de rentrée de Gratadour.

Nous expliquons qu’au moment de la rédaction de point de réflexion, nous n’avions pas encore eu de réponse de l’INSPE, ce qui est maintenant le cas et cette "anomalie" ne devrait pas se répéter.

1 PESA prolongée en REP. Nous demandons à ce qu’ l’inspection soit vigilante sur la mise en place de berceaux et que REP et REP+ en soient exclus.  

M. Gauthier : la charge de travail est importante. Une attention particulière en leur direction est à avoir.  

4. les AESH

Le SNUipp-FSU avait donné de la décharge syndicale à un AESH, en contrat cui, qui lui a été refusé. Nous avions demandé à ce qu’il vienne au Groupe de Travail su l’école inclusive, les PIALS et les AESH qui s’est tenu ce lundi après-midi, ce qui à nouveau été refusé. Il aurait pu représenter ses pairs...Nous trouvons dommage qu’il n’ait pas été présent hier. Un référent du corps des AESH est précieux. Nous demandons que les 12 personnes encore sous contrat cui soient basculées en contrat AESH dès que possible et que l’AESH qui devait intégrer l’équipe du SNUipp-FSU puisse alors le faire, même en cours d’année.

Mme GRIZON ; La question est vraiment la représentation de ces personnels. Comment les associer aux GT ? Comment actionner cette commission paritaire ? Hier, c’était une version CTSD.  

SNUipp-FSU : Problème évoqué hier lors du GT : les AESH ont une quotité passée devant les élèves revue à la baisse ( 19h35…) alors que la reconnaissance de leur temps de travail prenant compte de 41 semaines aurait pu être améliorée en effectuant le calcul des prises en charge sur 36 semaines et non 41. Les élèves ont des semaines de classe à 24 heures et ont pour plusieurs d’entre eux une notification de 24h. Pourquoi ne pas calibrer les contrats des AESH à 24h ? 

Mme Grizon : cela ferait des recrutements en moins mais c’est un choix que l’on pourrait faire 

SNUipp-FSU : nous sommes favorables à cette option là. Les salaires des AESH son très faibles, ils ont des contrats à temps partiel contraint, et ne peuvent la plupart du temps pas vivre avec ce seul revenu, d’où la recherche d’un autre emploi en complément (à moins que le conjoint gagne correctement sa vie, ce qui pose d’autres questions, notamment de dépendance...). Aussi, que leur salaire soit revu à la hausse via l’augmentation de leur quotité de travail ne nous choque pas ! 

5. Inscription aux animations pédagogiques

SNUipp-FSU : l’inscription, c’est : 1er arrivé, 1er servi puis même pas de possibilité de s’inscrire au cas où il y ait des désistements. Plusieurs collègues n’ont pas pu s’inscrire de façon à avoir leur volume (pour rappel, chaque collègue a droit à 6h de RIS prises sur les animations pédagogiques) 

M. Gauthier : d’accord avec nous. Il faudrait diminuer le catalogue et dédoubler certaines AP.  

SNUipp-FSU : il faudrait effectivement que les AP qui ont du succès puissent être dédoublées (ou plus) en fonction des demandes. 

6. Retour sur le GT mouvement : rappel des iniquités de traitement

→ traitement des collègues victimes de mesure de carte en juin → cas des 5 TRS qui auraient dû être à TD et sont à TP.

Mme GRIZON : Volonté de passer un maximum de TRS à TD l’an prochain et de stabiliser les TRS sur les écoles (décharge complète). Une solution est recherchée, qui soit techniquement réalisable. Les 5 TRS pourront être priorisés pour obtenir leur poste à TD. 

SNUipp-FSU : nous sommes contents de cette réponse.

Nos demandes : tenir compte des erreurs recensées cette année pour ne pas les reproduire et garder la mémoire des iniquités de traitement (priorité pour les 5 TRS sur le poste de TRS mvt 2020, priorité sur poste initialement choisi par la collègue arrivé à TP à JF mat Limoges si elle le souhaite...)  

7. Gestion des astreintes des brigades les mercredis matins

SNUipp-FSU : Les astreintes n’existent pas nous concernant.

Cependant, nous souhaitons que les collègues absents soient remplacé.es partout, y compris le mercredi matin. Rattacher des brigades sur des écoles à 4 jours et à 4,5 jours pourraient être une piste mais seraient synonyme de rigidité. Aussi, n’y aurait-il pas possibilité de mettre en place un calendrier où chaque brigade saurait qu’il pourrait être appelé ? Ce temps doit nécessairement être décompté car nécessite de la part de la brigade de s’organiser au cas où (garde d’enfants…)

Les avertir le mardi, cela fait trop court. Et il peut y avoir des problèmes pour se connecter, l’information peut échapper... La brigade ne peut pas être tenue pour responsable. 

M. Gauthier/Mme GRIZON : Les jours de récupération doivent être donnés au plus tôt. Une réflexion à ce sujet va être menée. 

SNUipp-FSU : nous insistons sur le fait que ces rattrapages doivent être fait au plus tôt, de façon à ce qu’ils soient effectués. Nous rappelons que ça n’a pas toujours été le cas et que ces situations ne doivent pas se reproduire. 

Pour rappel, nous sommes intervenus lors du GT bilan du mouvement pour que la circulaire encadrant la récupération du temps de travail hebdomadaire dépassé soit correctement appliquée.

Cela devrait être le cas : les semaines en dessous de 24h ne peuvent être utilisées pour compenser celle en dessus de 24h. Que l’on soit brigade ou TRS, il n’est pas possible d’additionner les temps en dessous de 24h par semaine pour créer un volume de temps ou la ou le collègue devra rattraper.

Marie-Mélanie DUMAS, Fabrice PRÉMAUD, Emilie VENNAT-LOUVEAU co secrétaires départementaux du SNUipp-FSU 87

N’hésitez plus à nous rejoindre, à nous renforcer, allez ICI ou LA !

 

22 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.