www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / CTSD, CTA et CDEN (carte scolaire, rythmes,...) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 novembre 2019

Compte rendu du CDEN du 18/11

Présents : J Decours (SG préfecture), J Orlay (IA), JM Gauthier (IEnA- Dasen), Mme Grizon (sg DSDEN) Annick Morizio (CD), Fabrice Escure (CD), Mme Tlemsani (CD) M Robert (DDEN), Pierre Paillet (FOL), FCPE (5) Mme Meuleman, Mr Czekala (administratifs DSDEN) 4 unsa, 1 Sgen-cfdt, 5 FSU (MM Dumas, C Dupuis, J Reversat, F Premaud, P Lavigerie)

Nous avons tout d’abord lu cette déclaration liminaire.

ODJ (Ordre du Jour) :

- Approbation du PV du CDEN du 20 juin 2019

- Point sur la rentrée 2019

- Organisation du temps scolaire : modifications d’horaires

- DDEN : nouvelles désignations

- Questions diverses

Réponse de Mme Orlay aux déclarations liminaires :
-  Elle propose de passer directement aux point rentrée 2019 , car les points abordés par les OS sont trop nationaux

Mme Grizon présente les constats de rentrée :

- 422 élèves / l’an dernier : (ASH +6) pré-élementaire (-316) élémentaire (-112)

3 123 élèves entrent en Ps contre 3 686 qui partent en sixièmes Nombre de classes 1270 (+10) : 416 en pré-élem, 854 élem E/C : 22.8 (23.3 en 2018)

Dispositifs : ulis 19 (stable) moins de 3 ans 8, PDMQDC : 8,5 (stable)

Les 10 classes supplémentaires sont à pondérer par les ouvertures de classes dédoublées en REP/REP+. Il y a à ce jour 75 classes dédoublées en Haute Vienne. Cela fait baisser mécaniquement le E/C et masque le nombre très élevé d’élèves par classe dans de trop nombreuses écoles.

Nous constatons encore que nous n’avons pas eu les documents de travail préalablement à ce CDEN.

Mme Orlay : "vous avez parlé de l’alourdissement des tâches des directeurs, il faut penser aussi aux agents administratifs".

Cela nous conforte dans l’idée que les agents chargés des tâches administratives (à la dsden ou dans les écoles) ont donc le droit de faire des choix sur l’urgence de certains documents à transmettre (ouf !).

Les éléments démographiques sont l’un des points pris en compte pour l’allocation des moyens. Mais ceci est un débat sans fin pour l’Ia-Dasen sur la situation en termes de taux d’encadrement pour la Haute-Vienne.

Les syndicats relèvent une inégalité de traitement de nos élèves par rapport à ceux d’autres départements.

Mme Morizio confirme que le CDEN est bien le lieu où l’on dénonce, face au représentant de l’état, cette situation.

Mme Grizon : présente l’évolution du nombre d’élèves en fonction de la géographie du département.

La nouveauté est que Limoges perd des élèves depuis trois ans, mais les chiffres sont constants en rep.

Enseignent privé sous contrat : 8 écoles soit 1842 élèves (+ 10), nombre élève/ lasse (67cl + 4 ulis) 26,95.

Scolarisation hors contrat : 3 écoles (53 élèves (+ 33))

Scolarisation à domicile : 136 dans le premier degré (+46) La tranche 3- 6 ans est particulièrement impactée.

La FSU explique que des parents pourraient faire le choix d’une scolarisation à domicile pour les enfants de 3 ans plutôt qu’une scolarisation dans une classe de 30 élèves et qu’il faut donc regarder ces chiffres avec ce paramètre en tête. Les conditions d’accueil des PS sont-elles favorables ?

Quant à la progression du nombre des élèves scolarisés dans le privé, cela devrait nécessiter de se poser des questions, d’analyser cette situation afin de mieux la comprendre. Et prendre les mesures pour que plus d’élèves retrouvent le chemin de l’école publique.

Les départs de populations (qui pourraient expliquer la baisse d’effectifs) vers d’autres départements ne sont pas étayés par des chiffres fiables.

La baisse du nombre d’élèves en Haute-Vienne est infinitésimale. En effet, si l’on rapporte le nombre d’élèves en moins au nombre de classes, cela représente de 1 à 2 élèves de moins par classe. Pas de quoi attendre des gisements de postes pour mettre en musique les annonces ministérielles ! Aucune annonce n’a été faite permettant de mettre en place les mesures annoncées par le gouvernement (24 par classes. A moyens constants, les conditions de travail pour la plupart des collègues vont encore se durcir.

Nous demandons comment l’administration va gérer les 24 élèves maximum en grande section, cp et ce1 ?

M. Gauthier : les démarches d’anticipation sont commencées (prévision d’effectifs) et on demande en plus une prévision d’organisation pédagogique pour pouvoir à terme déployer ces mesures.

Nous faisons remarquer que cela revient à demander aux collègues en charge de la direction de mettre en place une réforme ministérielle sans moyens dédiés. Cela est une source de rps (risque psycho-sociaux) pour eux car ils doivent mettre en place des classes à 24 en surchargeant les autres niveaux. Ceci n’est pas leur rôle. Nous les invitons donc à faire remonter des organisations pédagogiques mettant en évidence des besoins d’ouvertures de classes.

La modification de la carte scolaire après la rentrée est source de risques psycho-sociaux pour les collègues. (ex : fermeture à la rentrée qui bouleverse l’organisation pédagogique de toute l’école)

Mme Grizon : suite de la présentation : fin du débat !

Plusieurs diapositives sont présentées, avec de beaux tableaux et d’appétissants fromages.

Carte montrant l’organisation du temps scolaire : 61 communes 4.5 j, 79 en 4j.(67% des élèves)

3 écoles valident de nouveaux horaires lors de ce CDEN.

Nous dénonçons le choix forcé pour certaines écoles contraintes par les transports scolaires. Nous nous questionnons sur la primauté de l’intérêt de l’enfant.

Calendrier de la préparation de 2020 (une belle route sinueuse !).

Attention : avec les élections municipales, le calendrier risque de bouger ce qui aura des répercussions sur le calendrier du mouvement.

Les CAPD devant disparaître en janvier 2020, aurons-nous les documents nécessaires pour le mouvement ?

Mme Morizio remarque que plus on limite l’accès aux informations plus la suspicion existe ! (en effet !)

Mme Grizon présente le SDEI (service départemental de l’école inclusice) :

-  58 100 élèves scolarisés dans le public et le privé dont 31 000 dans le premier degré.
-  2 065 élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire
-  1 056 élèves accompagnés
-  324 etp AESH pour couvrir les accompagnements i/m/co (550 pers)
-  Circulaire de rentrée spécifique

A propos des contrats AESH (cdd ou cdi) : nous ne pouvons nous satisfaire d’une pérennisation d’emplois à salaires si modiques (à peine plus de six cents euros) qui maintiennent dans la précarité des personnels pourtant devenus indispensables. La question des quotités de travail doit être posée. La semaine de classe dure 24h pour les élèves, des notifications d’accompagnement individuelles de 24h sont faites, les contrats devraient donc cohérents et être calculés pour 24h devant élèves par semaine. A minima...

Mme Grizon répond que les quotités n’ont pas été modifiées, que le calcul se fait désormais sur 41 semaines et non plus 36.

Nous répondons que c’était l’occasion de reconnaître le temps de travail invisible et de permettre d’améliorer la rémunérations des AESH, rémunération qui resterait insuffisante. Beaucoup d’AESH sont obligé.es d’avoir un autre emploi en complément, simplement pour avoir des revenus tout juste décents...

M. Decours passe au point suivant de l’ordre du jour : la nomination des dden.

Mme Robert (DDEN) propose 1 nomination et 3 démissions.

M. Decours demande si le remplacement des démissionnaires est prévu. Elle répond que le conseil d’administration des DDEN a lieu sous peu et que ce point sera abordé. Mme Robert souligne le sentiment d’impuissance qu’éprouvent parfois les DDEN, pourtant rouage historique et important dans les relations entre les acteurs de l’école.

Pas de questions diverses.

La séance levée après 2 heures de débats.

Vos collègues de la FSU : Fabrice Prémaud, Pascal Lavigerie, Marie-Mélanie, Julie Reversat (SNUipp-FSU) et Cécile Dupuis (SNES-FSU)

Pour être plus fort encore, pour pouvoir peser encore plus et empêcher que le gouvernement confirme son choix de porter atteinte au paritarisme, nous avons besoin d’être renforcés. Pour ce faire, il suffit d’aller ICI ou LA !

 

21 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.