www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
4 février 2020

Enquête Libération, ici comme ailleurs : alerte à l’amiante !

La majorité des établissement construits avant 1997 contiennent des fibres toxiques.
La une du Libération d’aujourd’hui et le dossier de 3 pages sur les "écoles rongées par l’amiante" ont eu l’effet d’une bombe et ont été largement repris dans l’actualité.

Le journal s’étant procuré un fichier du ministère recensant plus de 20 000 établissements scolaires, on y apprend que la plupart des établissements construits avant 1997 contiennent toujours de l’amiante. "Soit 80 % des lycées professionnels, 77 % des lycées généraux et technologiques, 73 % des collèges et 38 % des écoles. On en trouve encore dans les faux plafonds, le long des tuyauteries, sur des poutres porteuses en fer, ou bien dans la colle des dalles de sol" et enfants et personnels sont potentiellement en danger "si les mesures de précaution ne sont pas prises"...

... et elles sont loin de l’être ! Ainsi depuis 2001, les collectivités publiques sont dans l’obligation d’établir un diagnostique amiante de chaque établissement (le Dossier Technique Amiante), ce dossier doit être mis à jour tous les 3 ans, il doit pouvoir être consulté rapidement sur place (il permet de savoir où se trouve l’amiante et donc de savoir, par exemple, si on peut ou non percer un mur, décaper avant de peindre, punaiser même...). Mais, près de 20 ans après, le constat du journal est alarmant : 65% des écoles et bahuts ne l’ont pas et dans 70% des cas il n’est pas à jour. Pire : il n’a même pas été réalisé dans nombre d’écoles, et des établissements attendent depuis plus de 10 ans des "travaux urgents" selon le DTA. Le risque peut être contenu quand les matériaux sont surveillés régulièrement, entretenus par des travaux de confinement mais cela coûte cher et du retard a été pris dans nos écoles vétustes.

Que font les collectivités ? rien ou pas grand chose ! Et l’État ? Blanquer fait tout pour nous protéger... de la vérité ! Le danger est pourtant connu, même si l’incubation est longue puisqu’en cas d’ingestion de poussière d’amiante les cancers mettent souvent trente ans à se déclarer. Mais tous les spécialistes indépendants s’accordent à penser que nous sommes là devant le futur grand scandale sanitaire. Chaque année déjà 20 personnels de L’Éducation Nationale déclarent un cancer de l’amiante. Qu’en sera-t-il dans 30 ans alors qu’on expose chaque jour des enfants, dont le système respiratoire est en pleine construction, au risque d’absorber des particules amiantées ?

Dans ce contexte, comme ceux qui l’ont précédé, plutôt que de prendre ses responsabilités, notre ministre reste très silencieux. Ne nous lançons pas dans des grands travaux de désamiantages surtout ! Cela coûterait cher ! On sait combien Macron et ses sbires sont forts en économies sur notre dos et dépensiers avec les plus aisés... Mais pire que ses prédécesseurs, Blanquer fait en sorte de museler l’ONS, observatoire indépendant du risque amiante dans les écoles, en le remplaçant par une cellule placée sous son autorité.

Et dans le 87 ?

Chez nous la situation n’est pas plus reluisante qu’ailleurs. Pour le constater nous vous invitons à consulter le lien suivant https://www.liberation.fr/apps/2020/02/amiante-ecoles/ : une carte interactive proposée par Libération permettant de connaître les infos qu’ils ont recueilli sur chacun des 20 000 établissements de leur enquête. Les points rouges très majoritaires sont ceux ayant de l’amiante. On constate aussi que bien des écoles n’ont pas fait connaître leur situation au ministère ou l’ignorent même et que dans bien des écoles les DTA ne sont pas à jour. Une dizaine d’écoles n’auraient même pas été diagnostiquées, elles figurent en gris.

À Limoges nous avons même connu une situation éclairante à ce sujet. Dans notre journal de rentrée comme sur votre boîte mail, le Snuipp-FSU 87 vous avait tenu informé de ses préoccupations au sujet de l’amiante dans nos écoles. Nous vous demandions notamment, faute de source fiable (l’État et les collectivités n’étant bizarrement pas pressés d’en fournir !), de nous faire remonter les informations que vous aviez à votre disposition afin de voir quelle action collective nous pouvions engager. Nos articles et courriels partaient de la situation de l’école Joliot-Curie (Limoges, Zup de l’Aurence) où la présence d’amiante dans la colle du revêtement du sol avait empêché des travaux urgents, ce qui avait entraîné un départ en grandes vacances précipité et en avance début juillet dernier pour les enfants de l’école. La presse (Popu en juillet, puis France 3 en décembre) avait relayé l’inquiétude des collègues qui ne pouvaient comprendre le contraste entre le ton rassurant de la mairie et la réalité qu’ils constataient chaque jour. De nombreuses dalles étant endommagées dans des salles ou des couloirs, la colle amiantée était apparente et au contact direct des enfants et personnels. La salle de musique qui aurait dû être fermée en raison d’un revêtement plus que dégradé, selon le DTA que nous avions fini par nous procurer, était toujours utilisée... Pendant des mois, répondant dans la presse et sans se déplacer, la mairie s’est moquée des collègues : ils auraient mal compris, mal lu le DTA (pas à jour... et où figurait pourtant des obligations de travaux largement en retard !).

Et puis un beau jour tout a changé !!! Les esprits mesquins noterons que cela s’est fait au moment où France 3 a annoncé venir faire un reportage à l’école... D’un coup, le conseil d’école a reçu une réponse, longtemps attendue, au courrier recommandé qui devait prendre la poussière sur le bureau du maire. D’un coup des travaux d’urgence, programmés de longue date selon la mairie mais jamais étrangement annoncés aux collègues, ont été réalisés...

Libération le montre, dans le 87 comme à Joliot, nous devons nous emparer collectivement de ce problème. État et collectivités ne feront rien autrement... à part mettre la poussière d’amiante sous le tapis !

Antoine Guillaumie

Retrouvez ci-contre le dossier de Libération, Ces école rongées par l’amiante

 

8 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.