www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires, Groupe de travail & audiences  / CAPD (mouvement, formation, permutations informatisées, INEAT EXEAT, temps partiel, promotion,...), CAPN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 février 2020

Compte rendu CAPD du 10 février

Présents : Mme Orlay IA DASEN, M. Gauthier IEN adjoint, Mme Grizon secrétaire générale, M. Scherpereel & M. Vaubourdolle secrétaires de la DIPER, M Musson IEN HV1, 4 collègues du SE UNSA & Laurianne Léon, Virginie Dupuy-Renaud, Pascal Lavigerie et Fabrice Prémaud, vos collègues du SNUipp-FSU 87

Nous avons lu notre déclaration liminaire.

Le SE-UNSA a lui aussi lu une déclaration liminaire.

Réponse de Mme Orlay :

Le souci de la DSDEN est de garder le dialogue dans le cadre réglementaire. Notre travail sera de voir comment garder la qualité du travail en ayant un souci de transparence.

A propos du dialogue musclé : c’est vrai, cela s’appelle la démocratie… Les niveaux de gouvernances : chacun à son champ de compétence. Nous souhaitons un dialogue de qualité et travailler en confiance pour gommer les erreurs que nous faisons (de bonne foi). Il faut prendre en compte les évolutions et pouvoir en discuter.

Nous faisons remarquer que le dialogue social va être mis à mal par les LDG (Lignes Directrices de Gestion), règles qui se substituent aux anciennes règles, notamment en matière de promotion et de mouvement. En clair, encore une fois, il y aura des changements dans le calcul du barème. De plus maintenant, il n’y aura plus de communication des tableaux de résultats du mouvement aux représentants des personnels, donc plus de vérification possible ni de communication sur les barèmes. Nous ne serons plus en mesure de faire la transparence sur ces opérations. L’objectif de casser le collectif est clair. Individualiser, partout. A chacun de compter SES points pour SA retraite, de préparer SON RV de carrière, de calculer SON barème mais sans savoir s’il sera bien le juge de paix...

Mme Grizon nous parle de dialogue social à propos des LDG qui seront votées en CTA mercredi prochain (CTA convoqué à nouveau le 12 suite au vote en contre unanime des organisations syndicales représentatives au premier rang desquelles se trouve la FSU avec le SNUipp-FSU). Nous faisons remarquer que ce n’est pas du dialogue social car tous les amendements que le SNUipp-FSU avait formulés ont été refusés !

Mme Orlay : quand vous êtes conscients des textes, vous pouvez travailler, nous allons nous donner les outils, dans le cadre réglementaire, pour travailler dans le dialogue.

Premier point à l’ordre du jour :

- 1. Avancement :

N’hésitez pas à nous contacter si vous n’avez toujours pas l’info. Nous avons contacté tou.te.s les collègues syndiqué.es au SNUipp-FSU 87 et celles et ceux nous ayant laissé leurs coordonnées.

Pour échelon 7 : 9 collègues sont promues avec une accélération de 1an.

Les données techniques et éléments d’analyse :

7ème : 31 promouvables, 30 % de promus soit 9,30 promus

27 F + 4 H, 9 F promues, 0 H, 87 % de F, 13% d’H mais 100 % de F promues et 0 % d’H

Décimale : 0,3 en 2020 et 0,1 en 2019, donc 0,4 à garder. Il n’y aura donc pas de promu supplémentaire cette année.

Le 1er H a une AGS (Ancienneté Générale des Services) de 4 (ans), et la promue à la plus faible AGS a 6 (ans).

Les promues ont une AGS entre 6 et 8 et les non promus ont une AGS de 3 à 8.

CONCLUSION : le système d’accélération de carrière aggrave dans cette période transitoire les écarts entre collègues puisque des collègues ayant une AGS à 8 n’en bénéficient pas tandis que des collègues ayant une AGS à 6 en bénéficient. Le décalage est donc porté à 3 ans. Lorsque le mode d’accélération de carrière ne concernera que les collègues n’ayant connu que ce système, l’écart entre collègues d’AGS à ce moment-là de la carrière ne sera plus que d’un an (ce qui est déjà trop, nous en sommes bien d’accord !).

Le SNUipp-FSU 87 a proposé que les avis Excellents ne soient pas utilisés comme première variable d’attribution de l’accélération mais que ce soit l’AGS qui prime.

9ème : 72 promouvables, 30 % de promus soit 21,60 promus

57 F (79%) + 15 H (21%) , 21 promus, 16 F promues (il devrait y en avoir 17 car 30 % de 57 donne 17,10) et 5 H promus (il devrait y en avoir 4 ou 5 car 30 % de 15 donne 4,5)

Les promus ont entre 12 et 18 d’AGS.

Les non promus ont entre 13 et 15,978 ;

L’écart est de 4 ans d’AGS entre le promu avec la plus faible AGS et le non promu avec AGS la plus forte. Après l’accélération d’un an, cela porte l’écart à 5 ans.

Décimale : 0,60 et 0,50 en 2019. Théoriquement, une promotion supplémentaire aurait dû être faite mais l’année passée, la décimale avait déjà été utilisée pour prononcer une promotion supplémentaire. Cette année, la décimale de 0,60 est donc gardée en mémoire pour l’année prochaine et une possible promotion supplémentaire (que nous ne pourrons alors pas vérifier puisqu’il n’y aura plus de CAPD...)

Le SNUipp-FSU 87 explique à nouveau qu’avec cette accélération, les écarts d’AGS s’accroissent entre les collègues. On arrive aujourd’hui à un écart de 5 ans dans le déroulé de carrière ! On regrette que l’étiquetage "Excellent" n’ait pas tenu compte de l’AGS. Nous rappelons qu’aujourd’hui, durer dans la carrière est un mérite. Nous souhaiterions que soit minoré le poids de l’avis « excellent », ce qui permettrait de majorer le poids de l’AGS. Dans la période transitoire, cela à un effet pervers en augmentant l’écart d’AGS entre les promus. A l’issue du 8ème échelon, l’écart d’AGS entre les collègues n’excédera pas 2 ans, lorsque tous les promus seront issus du même système.

- 2. Arrêté de validation des regroupements de conseils d’écoles : pas de remarques

- 3. Questions diverses :

Nous avions fait parvenir des questions diverses (cf ICI)

Mouvement : calendrier, outils de travail et communications

Cadre contraint par la loi et rapport au LDG (votés mercredi prochain) Les LDG sont définies au niveau académique donc définies par le rectorat et seront communiquées aux collègues (via la lettre hebdo) puis le site de la DSDEN sera mis à jour. Cf compte rendu du dernier CTA, reconvoqué ce mercredi 12 février

Remarques SNUipp-FSU 87 : Il n’y a plus aucune marge départementale !

Mme Grizon répond que l’administration est contrainte par les LDG. Nous constatons que des changements sont faits à répétition ces dernières années et encore une fois cette année avec, en plus, un mélange entre 1er et 2nd degré, et que les différences entre les réalités départementales sont niées.

Les erreurs doivent pouvoir être relevées, donc nous demandons si les documents de travail nous seront fournis et si nous pourrons modifier ces erreurs.

Mme Grizon : nous ne pouvons plus communiquer sur des données personnelles, nous serions passibles de recours si…

Question sur les postes à profil et le risque de non transparence :

Mme Orlay : on y travaille depuis 2018, on progresse.

SNUipp-FSU 87 : on redonne notre position : Les postulants doivent être jugés aptes ou pas puis c’est le barème qui doit trancher ! C’est un système plus facilement compréhensible pour les collègues et qui correspond aux préconisations du CHSCT en ce domaine. Cela fait plusieurs années que ce vœu voté reste lettre morte. Chaque année, l’Elu.e est choisi.e, sans aucun recours à la notion de barème.

TRS : il devrait y avoir plus de postes de titulaires.

Nous avons demandé s’il y aurait un groupe de travail, réponse négative...

Remplacement : 967 journées de classes non remplacées aujourd’hui, soit entre 20 et trente classes non remplacées quotidiennement. Cette situation est similaire à 2017/2018.

Pas de création de postes sur la carte scolaire :

9 contractuels actuellement et 4 en cours de recrutement ! Remarque du SNUipp : dans un contexte d’annulation des mesures à 24 et d’une carte scolaire nulle, on trouve les moyens pour recruter des contractuels !?

Situation du remplacement ! Outre les classes non remplacées, nous parlons de la situation des collègues remplaçants qui sont retirés de leurs remplacements long pour aller faire les pompiers dans des petites écoles. Nous ajoutons que l’on ne peut raisonner à partir de la baisse du nombre d’élèves en général sur le département pour attribuer le nombre de postes au regard des besoins au plus près du terrain.

Problème des remplacements le mercredi matin : trop de personnels sont mobilisés sur du remplacement long donc peu de personnes sont mobilisables les mercredis matins ; leur tour revient plus vite ! Les heures sup des remplaçants sont gérées au fil de l’eau, il faut inviter les collègues à transmettre leurs horaires à l’administration.

Les PESA : nombre de démission : 1. Il reste 1 collègue en renouvellement en attente de sa titularisation et 4 ont été titularisés. M. Gauthier explique qu’il n’y a pas encore le contingent pour la rentrée prochaine. Il faudra prévoir en amont les berceaux. Pour l’année prochaine la formation va encore changer donc les stages aussi. La nouvelle "réforme" va se mettre en place en 2021.

SNUipp-FSU 87 : ah, une nouvelle réforme, ça nous manquait !

Les temps partiels : 1/3 des temps partiels le sont sur autorisation. L’administration va regarder les motifs de la demande et potentiellement convoquer à des entretiens pour les valider (fin de carrière, enfants jeunes, …) Il y aura moins de temps partiels accordés !

La formation : Il y a eu des stages annulés à cause de la journée de décharge accordées aux directeurs en décembre.

Au-delà de cela, pas de stages annulés. Nous soulevons le problème de communication aux collègues sur le thème : vous êtes retenus à ce stage mais il est annulé ! Monsieur Gauthier répond qu’il ne voyait d’autre moyen de faire !

Le plan Mathématiques (ex Villani) : concernera à terme toutes les écoles.

Deux formes : une allégée et l’autre plus approfondie : la forme approfondie voit l’arrivée de référents mathématiques dans les classes. Ils interviennent en numération et certains collègues vont en stage (ou devraient y aller : stages annulés en décembre !)

Pas d’échéance pour le déploiement dans l’ensemble des écoles.

Le matériel qui devait accompagner ce plan n’a pas été complètement déployé. Mais pour partie si, dit M. Gauthier.

Les animations pédagogiques : encore 9h en français et 9 heures en maths ! Donc aucune proposition sur les autres domaines. C’est un appauvrissement de l’offre qui ne répond pas aux besoins des élèves, des enseignants et des territoires. Il existe un décalage entre les animations pédagogiques proposées et la réalité du métier. Ne proposer uniquement que des maths et du français revient à nier les besoins des équipes et les difficultés des enseignants.

SNUipp-FSU 87 : on assiste à une évolution lourde : plus de CAP, la liberté pédagogique "out" (imposer les enseignements de Français et de maths !)

SNUipp-FSU 87 : Dans les écoles, on gère plus l’urgence des situations que les aspects purement pédagogiques et cela ne se retrouve pas dans les animations pédagogiques variées, traitant des problématiques des écoles…

M Musson (IEN) : Il existe aussi des stages de proximité pour répondre aux besoins des enseignants. Les conseils des maîtres permettent également aux IEN et aux conseillers pédagogiques d’accompagner les collègues. Les IEN sont proches des équipes et du terrain. M Musson évoque une hausse importante des problématiques liées aux élèves compliqués.

Madame la DASEN : les équipes de la DSDEN passent leur temps à mobiliser leur énergie pour les élèves et les enseignants en difficulté, les parents...

SNUipp-FSU 87 : questions surles pôles ressources EBEP (élève à besoin éducatif particulier) : à quoi servent-ils ? qui ? comment ? Il existe un pôle ressource par circonscription (RASED + équipe de circonscription). Le pôle ressource peut-être étayé par des conseillers pédagogiques ou des directeurs d’école. C’est un travail d’équipe avec la circonscription qui peut également accompagner les parents à la parentalité.

SNUipp-FSU87 : nous proposons à la DSDEN d’organiser une info sur la lettre hebdo sur la nature et les missions de ce pôle.

INEAT/EXEAT : les représentants des personnels n’auront plus la liste des noms des personnels concernés par les INEAT/EXEAT. Il faut dorénavant entrer en contact avec l’administration pour avoir des informations à ce sujet. Encore une aberration liée à la transformation en profondeur du service public.

La CAPD s’est achevée dans une drôle d’ambiance, crépusculaire malgré cette fin de matinée. Comme si cette instance s’était incarnée et sentait son heure venir...

Laurianne Léon, Virginie Dupuy-Renaud, Pascal Lavigerie et Fabrice Prémaud, vos collègues du SNUipp-FSU 87

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter :

par téléphone au 05 55 43 27 30 (ou 06 71 64 13 33)

par mail à snu87@snuipp.fr

Pour être plus fort encore, pour pouvoir peser encore plus et pour dire NON à la fin du paritarisme, nous avons besoin d’être renforcés. Pour ce faire, il suffit d’aller ICI ou LA !

 

24 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.