www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • communique-fermeture-snuipp87
    PDF - 58.5 ko
    Télécharger

  • Courrier du SNUipp-FSU 87 à l-IA DASEN
    PDF - 65.3 ko
    Télécharger

  • demande d’autorisation d’absence
    PDF - 63.3 ko
    Télécharger

  • FICHE COVID Garde d’enfants
    PDF - 314.4 ko
    Télécharger

  • CNED - Créer une classe virtuelle
    PDF - 1 Mo
    Télécharger

  • Lettre aux OS 15 mars 2020
    PDF - 513.9 ko
    Télécharger

  • Lettre IA DASEN aux directeurs 15 mars
    PDF - 31.3 ko
    Télécharger

  • Communiqué de presse FSU du 16 mars
    PDF - 145.8 ko
    Télécharger

  • Accueil des enfants des personnels soignants et protection des personnels
    PDF - 145.1 ko
    Télécharger

  • Courrier de l’Intersyndicale sur le jour de carence 17 mars
    PDF - 167.5 ko
    Télécharger

  • Lettre ministre 18 mars
    PDF - 2.5 Mo
    Télécharger

  • Communiqué coronavirus intersyndical 19 mars
    PDF - 105.6 ko
    Télécharger

  • Déclaration unitaire sur la suspension du jour de carence
    PDF - 294.4 ko
    Télécharger

  • Courrier au Premier Ministre 22 mars
    PDF - 109.1 ko
    Télécharger

  • Propos inacceptables de la porte-parole du Gvt
    PDF - 106.8 ko
    Télécharger

  • Accueil des élèves document medecins CT des DSDEN 24 mars 2020
    PDF - 423.1 ko
    Télécharger

  • Courrier à M. Blanquer sur l’accueil des enfants des soignants
    PDF - 178 ko
    Télécharger

  • En matière de travail et d’emploi, où est la sécurité sanitaire ?
    PDF - 132.6 ko
    Télécharger
27 mars 2020

CORONAVIRUS : Toutes les infos ICI !! MÀJ 2-04

Nous actualisons régulièrement cet article au fur et à mesure des informations qui nous seront communiquées.

Durant la période de confinement, chaque collègue peut continuer à nous contacter, par téléphone (05 55 43 27 30 ou 06 71 64 13 33) ou par mail (snu87@snuipp.fr). Pour des raisons évidentes, notre présence physique au local n’est pas assurée sur les journées ouvrées comme à l’accoutumé.

Le SNUIpp-FSU a mis en place une foire aux questions (FAQ) rendue nécessaire par les nombreuses incohérences constatées.

Nous n’oublions pas les problématiques de Carte Scolaire et vous invitons si ce n’est pas encore fait de remplir votre fiche de suivi.

POINT au 2 avril

L’administration a informé les directrices et directeurs qu’une livraison de masques allait avoir lieu à partir de demain et ce jusqu’à mardi sur les sites qui accueillent des enfants. Cette livraison sera effectuée directement sur l’école lorsque celle-ci est ouverte ou en mairie si l’école n’est pas ouverte mais peut être amenée à réouvrir dans les jours à venir.

M. Gauthier a envoyé un courrier aux directrices et directeurs concernant la mise en place d’une plateforme numérique d’envoi et de consultation des devoirs des élèves en situation de déconnexion numérique.

C’est une première information sur les modalités de mise en place de cette réponse aux élèves qui n’ont pas de connexion pour des raisons diverses.

Le courrier explique :

Ce dispositif appelé « Flux Devoirs » poursuit trois objectifs :
- assurer une communication hebdomadaire du travail préparé par les enseignants aux parents d’élèves qui n’ont pas accès aux outils numériques ;
- proposer la gratuité de l’envoi postal des travaux réalisés par les élèves ;
- faciliter la gestion et l’archivage des travaux des élèves afin de permettre leur diffusion aux enseignants concernés.

N’hésitez pas à nous faire part de toute difficulté à ce sujet.

Et gardons bien à l’esprit que le situation que nous vivons n’est pas normale, que l’école ne se déroule donc pas normalement. Des mesures sont prises, mais la dite "continuité pédagogique" ne peut se faire. Elles permettent de tout mettre en place pour garder un lien avec les familles, lien plus ou moins solide, c’est selon...

POINT au 1er avril

Nous avons eu un nouvel échange téléphonique avec M. Gauthier ce mercredi. L’objet de son appel était la carte scolaire et les conséquences des annonces de M. Blanquer sur le sujet : plus d’infos ICI.

Lors de cet échange, nous sommes aussi revenus sur notre discussion de la veille concernant les mesures nouvelles en liaison avec le confinement :

M. Gauthier nous a confirmé qu’un courrier va être envoyé aux directeurs et directrices pour proposer les services de La Poste pour acheminer sous forme papier les travaux donnés aux élèves et qui n’ont pas de connexion.

Nous lui avons dit que les problèmes n’étaient pas exclusivement dus qu’à des problèmes de connexion.

M. Gauthier a répondu que les directrices et directeurs auraient toute latitude pour décider des familles qui seraient concernées par ce dispositif.

Nous lui avons demandé quelle était la traduction, en nombre d’élèves à accueillir, de l’élargissement des familles éligibles à la garde de leur enfant à l’école.

M. Gauthier nous a répondu que pour le moment, 2 familles s’étaient inscrites via monenfant.fr

Nous lui avons une nouvelle fois fait part de notre inquiétude quant aux conséquences de cet élargissement.

Comme les demandes peuvent aussi directement faites auprès des directrices et directeurs des écoles des enfants concernés, n’hésitez pas à nous tenir au courant de toute augmentation du nombre des élèves à accueillir.

POINT au 31 - 03

Alors que la situation demande que le confinement soit strict, voilà ce que les directrices et directeurs ont reçu ce jour émanant de M. Gauthier :

Objet : élargissement du dispositif d’accueil aux enfants des personnels participants aux forces de sécurité intérieures

Le gouvernement a décidé d’étendre le dispositif d’accueil mis en place pour répondre aux besoins de garde des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire aux enfants personnels participant aux forces de sécurité intérieure : gendarmes, personnels de la police nationale, sapeurs-pompiers professionnels, personnels des préfectures indispensables à la gestion de la crise.

Cet accueil est organisé dans la mesure du possible dès le mardi 31 mars dans des conditions similaires à celui des enfants de soignants.

Nous avons immédiatement joint M. Gauthier. Cela ne concernerait au maximum que 25 familles selon la préfecture, nous a-t-il dit. Les conditions restent les mêmes, la déclaration sur l’honneur de ne pas pouvoir faire autrement pour la garde de l’enfant demeure.

L’employeur tient informées les familles de cette possibilité de garde qui s’offre désormais à elles. Ensuite, chaque famille souhaitant utiliser ce mode de garde doit le faire savoir via la plateforme monenfant.fr ou en prenant contact avec le directeur ou la directrice de l’école. Pas question une nouvelle fois que l’école diffuse ce courrier.

Nous avons dit qu’au moment où le confinement devait s’appliquer le plus strictement possible, ces élargissements allaient à l’encontre de l’intérêt de TOUTES et TOUS. Les conditions de la garde ont déjà été définies, sont très strictes. Plus d’élèves à garder, c’est rendre plus difficile, et ce de manière exponentielle, la surveillance, dans le respect des règles sanitaires. Et ce souvent, sans avoir de masques, de matériel adéquat.

Ce lundi 140 élèves ont été accueillis, ce qui en fait une valeur haute. Le premier élargissement ne serait, selon M. Gauthier, pas forcément la raison de ce chiffre plus élevé. Il a aussi constaté que le vendredi était un jour où le fréquentation de l’école était plus faible.

Reste maintenant à voir quel sera l’impact de ce nouvel élargissement de l’accueil. Nous observerons avec la plus grande attention l’évolution du nombre des enfants accueillis. Mais comment ce chiffre pourrait-il être stable avec cet élargissement. S’il est fait, c’est bien pour permettre d’accueillir de nouveaux enfants, sinon, pourquoi le faire ?

M. Gauthier nous a aussi dit qu’un dispositif en lien avec La Poste va être mis en place pour les familles sans connexion internet. Un courrier en ce sens est sur le point d’être envoyé aux écoles, précisant les choses. Nous serons là aussi très attentifs et soucieux que des services marchands ne viennent pas s’insinuer dans l’école...

Nous avons rappelé que la période que nous traversons ne pouvaient apparaître comme normale scolairement parlant, que de continuité pédagogique il ne pouvait être question. Tout au plus, on peut parler du maintien du lien avec l’école, avec nos élèves, malheureusement la plupart du temps pas tous nos élèves !

Après la "sortie" de la porte parole du gouvernement, le ministre de l’agriculture impulse un mouvement dont l’objectif affiché est l’aide aux agriculteurs en manque de main d’oeuvre saisonnière. Mais les garanties en matière de sécurité sanitaire manquent. La FSU a donc publié le communiqué de presse suivant :

En matière de travail et d’emploi, où est la sécurité sanitaire ?

POINT au 30 - 03

Le confinement a été officiellement prolongé jusqu’au 15 avril.

M. Blanquer a fait des annonces concernant la carte scolaire (lire ICI) qui vont immanquablement avoir de grosses conséquences sur le projet de carte scolaire préparé par la DSDEN 87. Nous avons mis le sujet à l’ordre du jour de la CAPD du 2 avril par le biais d’une question diverse.

Suite à la médiatisation des commandes de masques faites par le gouvernement (pont aérien avec la Chine), nous sommes en attente de voir si les écoles, pour les personnel assurant l’accueil des enfants des personnes éligibles à celui-ci, en seront fournies.

Pour rappel, Les collègues ne sont pas en vacances. Beaucoup se sont porté.e.s volontaires pour assurer la garde des enfants des personnels éligibles à celle-ci. Cependant, l’absence de matériel de protection, de masques notamment, inquiète beaucoup. L’engagement, la bonne volonté, le courage ne doivent pas être transformés en témérité. Faut-il rappeler que c’est à l’employeur d’assurer la protection de ses personnels ?

Le SNUipp-FSU a envoyé ce courrier au ministre en ce sens.

POINT au 28 - 03

M. Gauthier à fait parvenir aux directrices et directeurs d’école un courrier ayant comme objet : mesures d’hygiène relatives à l’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire.

Ce courrier est accompagné d’un document des médecins CT des DSDEN.

On peut lire dans ce courrier :

Je porte également à votre connaissance les préconisations suivantes transmises par l’Agence Régionale de Santé (ARS).

« … En l’état actuel des recommandations, en phase épidémique, il n’y a plus de tests systématiques pour les patients présentant des signes de Covid 19 hors cas particuliers (patients hospitalisés, premiers patients d’un EHPAD, professionnels de santé …). La personne « suspecte » après consultation médicale doit être placée en isolement (durée à l’appréciation du médecin).

Il n’y a aucune recommandation disponible mentionnant le cas spécifique d’un établissement scolaire. Les mesures générales doivent s’appliquer, à savoir une surveillance épidémiologique, un repérage des signes évocateurs au sein de la population qui a été en contact avec la personne suspecte. La DSDEN via l’IEN de circonscription ou moi-même serons informés le cas échéant de cette situation afin qu’elle soit signalée à l’ARS.

Par ailleurs, il peut être recommandé une vigilance particulière sur le nettoyage des locaux, des sols et des surfaces.

Les collègues qui accueillent les élèves ne disposent donc que d’instructions et de recommandations, faisant souvent appel au bon sens de chacun. Ils sont souvent bien seuls, parfois avec des élèves très jeunes (dès 3 ans) et donc à qui il est très difficile de faire respecter toutes les recommandations. Un enfant reste en enfant, même dans cette situation de crise sanitaire majeure.

Il y a urgence à ne pas augmenter le nombre des enfants accueillis.

Le problème persistant est de NE PAS POUVOIR DÉPISTER toute personne ayant une suspicion d’avoir contracté le virus.

Bon courage encore une fois à toutes et tous. Les vacances ont un drôle de parfum..., n’est-ce pas Mme la Porte-Parole du Gouvernement ?

Continuez à nous faire part de vos remarques et réactions !

POINT au 27 - 03 à 12h

Un CHSCT-D (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail - Départemental) est convoqué ce vendredi 3 avril prochain à 9h30 sous forme de visio conférence.

N’hésitez pas à nous faire remonter tous les problèmes en lien avec le CHSCT afin que nous puissions les porter lors de cette réunion :

- au secrétaire du CHSCT-D, Nicolas Villacampa à chsctd-sec-87@ac-limoges.fr

- à Pascal Lavigerie, membre du CHSCT-D à snu87@snuipp.fr

Suite à notre intervention, M. Gauthier, IEN adjoint à la DASEN, a envoyé un mail aux directeurs clarifiant la situation : Extrait :

Vous avez été destinataires, hier, d’un courrier relatif à l’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire. Certains d’entre vous ont compris qu’il était nécessaire de transmettre ce courrier aux familles.

Je reviens vers vous pour vous préciser que ce courrier, comme tous les courriers qui vous sont adressés, sont à la seule intention des écoles. Celui-ci est fait pour vous aider à répondre aux éventuelles demandes des familles.

POINT au 26 - 03 à 16h

M. Gauthier a transmis un courrier aux directrices et directeurs des écoles concernant l’accueil des enfants dans les écoles durant la période de confinement. Nous l’avons joint par téléphone afin de clarifier l’objectif de ce courrier. Celui-ci n’a pas d’autre vocation que l’usage interne et l’information aux directrices et directeurs des éléments nouveaux concernant éligibilité des parents pour la garde de leurs enfants.

Extraits de la lettre :

A partir d’aujourd’hui, la CAF, en lien avec la préfecture de la Haute-Vienne, ouvre une application en ligne, Monenfant.fr à destination des professionnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire afin qu’ils puissent signaler un besoin de garde pour leur enfant (crèche, accueil de loisirs), la semaine, mais également les mercredi, samedi et dimanche. Cette application est accessible à l’adresse suivante : www.monenfant.fr

Je vous remercie de bien vouloir relayer cette information auprès des familles dont vous accueillez les enfants.

Cette information peut être relayée si cela n’a pas encore été fait.

Les parents concernés par ce dispositif doivent également attester sur l’honneur qu’ils ne disposent d’aucune solution de garde. Néanmoins, il n’y a pas lieu d’exiger que les deux parents soient soignants, ni de traiter de manière distincte les enfants selon que leurs parents travaillent dans un établissement public ou privé.

Ne pas exiger que les 2 parents soient soignants peut avoir des conséquences sur le nombre d’élèves à accueillir. Il ne s’agit pas pour nous de "mettre des bâtons dans les roues des personnels soignants" mais bien de les aider en permettant le confinement le plus large possible, meilleur outil contre la propagation du virus.

Nous avons à nouveau alerté M. Gauthier sur le possible appel d’air que cela pourrait produire si ce courrier était diffusé à l’ensemble des parents, ces derniers pouvant y voir une nouvelle possibilité de faire garder leur enfant.

M. Gauthier nous a répondu qu’il s’agissait juste d’harmoniser les choses entre les circonscriptions, qu’il n’y avait pas lieu à faire de communication nouvelle sur le sujet.

L’important réside dans la déclaration SUR l’HONNEUR de ne pas disposer d’autre moyen de garde

Pour rappel, les enseignant.e.s assurant la garde des enfants de soignants ne disposent pas, pour beaucoup d’entre eux-elles, de matériel de protection. Augmenter le nombre d’enfants accueillis, c’est aussi augmenter les risques de contracter le virus.

La suite de la lettre permet un élargissement de l’accueil à d’autres enfants :

Ce dispositif d’accueil est désormais étendu aux enfants des personnels affectés aux missions d’aide sociale à l’enfance relevant des conseils départementaux ainsi que des associations et établissements publics concourant à cette politique. Les services en charge de la protection de l’enfance concernés sont les services aide sociale à l’enfance (ASE) et protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et les services de prévention spécialisée.

Les professionnels relevant de ces structures éligibles au dispositif sont les suivants :

- assistants de service social, techniciens d’intervention sociale et familiale (TISF),
- médecins, infirmières puéricultrices, sages-femmes et psychologues.

Je vous précise que cet accueil ne concerne pas les enfants relevant de l’aide sociale à l’enfance eux-mêmes mais exclusivement les enfants des professionnels qui interviennent auprès d’eux.

N’hésitez pas à nous contacter si vous constatez que cet extension de l’accueil et la restriction à un seul parent d’enfant de soignant a des conséquences en termes de nombre des enfants à accueillir.

Au risque de se répéter, la mesure de confinement est le meilleur moyen pour lutter contre la propagation du virus.

Dans un autre registre, la porte parole du gouvernement a encore fait une déclaration dont elle a le secret, emprunt d’une grande maîtrise et d’une remarquable pertinence. Mme Ndiaye a eu des propos choquants vis-à-vis des enseignant.e.s que nous sommes. Je vous laisse constater le niveau des propos : à voir et écouter ICI.

Même si M. Blanquer a recadré, de tels propos ne sauraient avoir été prononcés sans avoir au préalable été soigneusement pesés.

La FSU a réagi à ces propos : lire ICI.

POINT au 24 - 03

Nous avons aussi joint Mme Orlay et eu des précisions supplémentaires :

Aujourd’hui 24 mars, 121 élèves accueillis dans les écoles élémentaires et maternelles du département ; cela concerne 52 écoles (13 mat et 39 élem).

30 élèves accueillis sur Limoges sur 5 sites, donc 10 écoles car à chaque fois il y a élém et mat (Montalat, Blum, Berland, J Ferry, Landouge)

La majorité est donc accueillie hors Limoges, en tous petits effectifs, d’où la nécessité d’opérer des regroupements.

Continuité pédagogique : la DASEN fait confiance aux équipes qui prennent plein d’initiatives ...

Remarque : concernant l’annulation des voyages scolaires et le remboursement des familles : si les arrhes ne sont pas remboursées aux écoles, il va y avoir des coopératives en faillite !

Nous avons eu un nouvel échange téléphonique avec M. Gauthier ce matin.

Sur l’ensemble du département, ce sont jusqu’à 150 enfants qui sont concernés par le service d’accueil. Ce chiffre fluctue de jour en jour. Il n’y a pas de problème côté enseignant pour assurer les gardes mais...

Les moyens de protections ne sont pas fournis dans beaucoup d’endroits. Si Limoges a pu proposer des masques à des collègues pris sur son stock constitué pour l’organisation des élections, d’autres communes n’en ont pas.

M. Gauthier m’a assuré qu’il était conscient aussi de toutes les questions posées par le fait de ne pas disposer du matériel de protection. Et rappelé l’importance des gestes barrière. Il m’a dit qu’il avait demandé à plusieurs communes de fournir du matériel de protection mais que celles ci n’en avaient pas.

Faites-nous remonter tous les manques constatés (snu87@snuipp.fr) afin que nous puissions intervenir et demander qu’une réponse soit apportée.

Nous avons également eu un échange téléphonique avec Mme Grizon, secrétaire générale de la DSDEN 87 à propos des différentes instances qui auraient du se tenir.

Le groupe de travail sur la carte scolaire est prévu sous forme de visio-conférence la semaine prochaine avec maintien du CTSD initialement prévu le lundi 6 avril. La CAPD devrait elle aussi se tenir sous forme de visio-conférence dans quelques jours. Dates et horaires restent à préciser.

Concernant la carte scolaire, nous avons demandé à ce que celle-ci soit effectuée de manière plus consensuelle, c’est-à-dire que nous demandons à ce que toute proposition de fermeture qui n’apparaîtrait pas comme "évidente" ou "inéluctable" ne soit pas prononcée.

Chacun.e a du entendre les propos de M. Blanquer sur une potentielle reprise de l’école le lundi 4 mai, date de rentrée des vacances de printemps nous concernant (dernière zone à partir en vacances). L’absence de classe serait donc de 5 semaines. M. Blanquer a aussi indiqué (mais ce n’est pas écrit), que les grandes vacances ne seraient pas remises en cause mais que des stages de remise à niveau gratuits pourraient être proposés. La notion d’école non obligatoire est à nouveau utilisée et doit tou.te.s nous interroger fortement. On ne peut pas, sur la base du volontariat s’agissant des élèves et de leurs parents, compenser de cette manière les manquent engendrés par la suspension de l’école. C’est aussi dans sa réponse, un aveu clair : l’école à la maison ne peut se substituer à l’école (à l’école !).

POINT au 22 - 03

Le SNUipp-FSU a organisé une visio-conférence jeudi dernier. A l’issue de celle-ci, la FSU a publié un communiqué de presse demandant au ministre de ne pas jeter de l’huile sur le feu.

Le SNUipp-FSU a saisi les associations de maires pour leur demander d’appuyer sa demande de report des opérations de carte scolaire.

Vous trouverez ICI la lettre que la FSU a adressée au premier ministre pour dénoncer les injonctions paradoxales du ministre de l’éducation nationale et le manque de protection des agent.es assurant l’accueil des enfants de personnels soignants.

D’autres interventions ont été faites et rendues publiques sur la suppression de la journée de carence (dont nous obtenu la suspension), la protection des agents, le maintien de l’ensemble des droits existants notamment pour les chômeurs et les précaires…

POINT au 21 - 03

Rappel : Concernant la mise en place du service d’accueil des enfants des personnels soignants : si vous rencontrez des difficultés, avez des questions, vous pouvez nous contacter afin que nous puissions partager et vous aider.

SUSPENSION DU JOUR DE CARENCE : UNE PREMIÈRE AVANCÉE

Ce matin, après de longues et inadmissibles tergiversations, le gouvernement vient d’annoncer la suspension du jour de carence, tant pour les salarié.e.s du privé que de la Fonction publique.

Lire la Déclaration unitaire sur la suspension du jour de carence

POINT au 20 - 03 à 13h

Nouvelle attaque inadmissible du gouvernement, ne répondant à aucune nécessité impérieuse liée à la gestion de la crise contre le statut et les agent-es de la fonction publique :

Il est ainsi prévu que le gouvernement puisse modifier par ordonnances … « les conditions d’acquisition de congés payés et permettre à tout employeur d’imposer ou de modifier unilatéralement les dates de prise d’une partie des congés payés, des jours de réduction du temps de travail et des jours de repos affectés sur le compte épargne-temps du salarié, en dérogeant aux délais de prévenance et aux modalités d’utilisation définis par le livre 1er de la troisième partie du Code du travail, les conventions et accords collectifs ainsi que par le statut général de la fonction publique. »

Lire le communiqué de presse de l’Intersyndicale (CGT - FO - FSU - Solidaires)

POINT au 19 - 03 à 12h

Nous avons été joins ce matin par M. Gauthier, IENA.

Les collègues qui se sont porté.e.s volontaires pour accueillir les enfants des personnels soignants permettent une organisation sans faille. Plusieurs écoles sont choisies pour servir de lieu d’accueil, l’école de scolarisation n’étant plus forcément celle d’accueil.

M. Gauthier nous a indiqué que la Préfecture avait demandé qu’un message soit diffusé sur les boîtes professionnelles afin de mettre en place d’éventuels services de garde pendant les weekends, des écoles pouvant éventuellement être utilisées à cet effet avec l’accord des maires concernés. Il ne s’agit pas de mobiliser des enseignants.

Concernant la situation des collègues qui étaient en arrêt maladie au moment de la décision de confinement, notamment celles et ceux en CLD ou CLM, l’administration les contactera afin de les informer de la façon dont sera traitée leur situation.

Nous lui avions envoyé, mardi 17, le mail suivant :

Dans la lettre hebdo n°23 est parue a circulaire " Poursuite de la scolarité dans le 1er degré, commission départementale d’appel et affectation en 6° dans les collèges publics".

Des collègues nous ont demandé, ainsi d’ailleurs parfois aussi à leur IEN, comment ils ou elles devaient gérer et respecter le calendrier, à commencer par le protocole Affelnet 6è.

Une communication est-elle prévue à cet effet ?

M. Gauthier a répondu que pour les élèves jusqu’au CM1, il n’y avait aucune urgence. Concernant les CM2, une communication est en préparation, avec un protocole forcément modifié.

Nous avons d’autre part joint M. Vaubourdolle :

Plusieurs collègues nous interrogent à propos des ASA. Doivent-ils continuer à les demander ou étaient-elles nécessaires juste lundi, avant les mesures de confinement ?

D’autre part, le GT carte scolaire a officiellement été annulé. Qu’en est-il de la CAPD elle aussi initialement prévue lundi 23 ?

Celui-ci nous a indiqué que la CAPD était reportée.

Du fait du confinement , les ASA n’ont plus lieu d’être. Des autorisations de déplacement temporaires sont délivrées par le cabinet aux enseignants quand il peuvent se déplacer pour les missions en dehors de leur domicile. nous a aussi répondu M. Vaubourdolle.

Le SNUipp, avec les autres autres organisations rassemblées, a écrit à notre ministre :

LETTRE ADRESSÉE AU MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE SUR LA SITUATION DES FAMILLES LES PLUS EN DIFFICULTÉS

COMMENT PEUVENT-ELLES ASSURER LA CONTINUITÉ PÉDAGOGIQUE ?

POINT au 18 - 03 à 16h

Concernant l’accueil des enfants de personnels soignants, de nombreux collègues se sont portés volontaires, ce dont nous nous félicitons et pouvons tous être, collectivement, particulièrement fiers. Cet accueil doit être fait sur la base du VOLONTARIAT et dans des conditions compatibles avec la sécurité de chacun.e.

LireICI.

Si localement vous vous trouvez confronter à un problème, n’hésitez pas à nous contacter (05 55 43 27 30 ou 06 71 64 13 33, mail snu87@snuipp.fr)

D’autre part,l’Intersyndicale (CGT-FSU-FO-Solidaires-FA) a adressé un courrier au 1er Ministre à propos du jour de carence.

POINT au 17 - 03 à 17h

Le Président Macron a fait mention, parmi les annonces liées à la lutte contre la propagation du Covid-19, de la suspension de la Réforme des retraites..

Les actions de manifestations et de grèves prévues les 24 et 31 mars prochains sont elles-aussi suspendues.

La FSU a fait le communiqué de presse suivant : Face à l’épidémie, la mobilisation de tous les personnels de la Fonction publique doit être reconnue, rien ne doit les mettre en danger

M. Gauthier, IENA, a envoyé ce mardi après-midi sur les boîtes professionnelles des enseignants le mail suivant :

L’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de crise se met en place. La journée d’hier a permis de répondre à cette priorité nationale.

Aujourd’hui, à la suite des nouvelles annonces du Président de la République, nous avons à répondre à deux cas de figure :

- il n’y a aucun enfant à accueillir dans l’école : les personnels de l’école restent chez eux pour répondre à la mesure de confinement.
- des élèves doivent être accueillis (enfants des professionnels qui n’ont pas d’autre solution de garde / cf document déjà transmis) et une organisation interne à l’école a déjà été mise en place. Elle s’ajuste au fil de l’eau avec l’IEN de la circonscription et la collectivité locale de rattachement (commune).

Tous les déplacements induits par ce dispositif feront l’objet d’un justificatif pour déplacement professionnel à solliciter en amont auprès de l’IEN.

Point spécifique aux écoles de la ville de Limoges :

A la suite du nombre d’élèves présents hier, la ville de Limoges a resserré son dispositif d’accueil sur 5 sites qui comptent chacun une école maternelle, une école élémentaire ainsi qu’un service de restauration.

Ces 5 sites sont susceptibles d’accueillir des enfants habituellement scolarisés sur l’ensemble des écoles de la ville. Afin de ne pas faire reposer cet accueil uniquement sur les enseignants des écoles concernées, je remercie les enseignants volontaires pour y contribuer, de se faire connaître auprès de leur IEN de circonscription.

J’assurerai, ensuite avec eux, l’organisation de ce dispositif de soutien.

Les IEN, avec leurs équipes de circonscription ainsi que les services de la DSDEN, restent à vos côtés pour la mise en œuvre des missions d’accueil et de continuité pédagogique.

D’autre part, nous restons en attente d’une réponse au mail que nous lui avons envoyé ce matin ayant pour objet : Poursuite de la scolarité dans le 1er degré, commission départementale d’appel et affectation en 6° dans les collèges publics

Dans le contexte particulier dans lequel nous nous trouvons émergent des questions liées au fonctionnement habituel de notre métier. J’ai pu à plusieurs reprises renseigner les collègues.

Dans la lettre hebdo n°23 est parue a circulaire " Poursuite de la scolarité dans le 1er degré, commission départementale d’appel et affectation en 6° dans les collèges publics".

Des collègues nous ont demandé, ainsi d’ailleurs parfois aussi à leur IEN, comment ils ou elles devaient gérer et respecter le calendrier, à commencer par le protocole Affelnet 6è.

Une communication est-elle prévue à cet effet ?

POINT au 16 - 03 à 15h

Nous avons eu M. Gauthier IA-adjoint au téléphone qui a apporté des réponses :
- les AESH ne sont présents à l’école que si un élève MDPH est présent
- les équipes s’organisent pour mettre en place une permanence mais elles ne doivent pas être au complet réunies
- le télétravail doit être privilégié
- la mobilisation des enseignants est remarquable
- l’allocution du président ce soir à 20h pourrait modifier les consignes à venir. Nous avons demandé que l’administration communique avec l’ensemble des personnels de manière aussi claire que l’échange téléphonique que nous avons eu ; ils vont essayer...

regardez régulièrement cet article qui sera modifié au fur et à mesure des infos !

Hier soir nous avons envoyé un courrier à l’IA-DASEN suite aux informations contradictoires émises par la rectrice puis par la DASEN (cf plus bas). Nous demandons à ce que les différentes communications des administrations nous concernant soient cohérentes les unes avec les autres. courrier envoyé à 23h dimanche soir :

Madame l’Inspectrice d’Académie,

Nous avons reçu un courrier de Mme Laude qui stipule explicitement que les AESH doivent rester chez eux. Nous découvrons que vous dites le contraire concernant la journée de ce lundi 16 mars. La lettre de Mme Laude a été portée à leur connaissance. Difficile pour ces personnels de s’y retrouver. Il est impérieux, dans cette situation de crise, d’avoir des messages concordants et qui ne se contredisent pas. D’autre part, concernant les enfants des professions indispensables à la gestion de cette crise, il n’est pas précisé que si l’un des parents a un tout autre métier (ou ne travaille pas), l’école n’a pas à les accepter. Mme Laude fait référence à la fiche Covid garde d’enfants. Qu’en est-il des enfants de gendarmes, pompiers et autres policiers ? La garde des enfants des personnels soignants sans autre solution de garde dans les écoles doit être exceptionnelle. Ce dispositif est dit exceptionnel. Si des collègues se trouvent mis en difficulté par des parents qui ne seront pas "coopérants" et voudront laisser leur.s enfant.s à l’école, comment vont-ils faire ? Nous restons disponibles pour tout échange. Veuillez agréer, madame l’Inspectrice, l’expression de notre profond respect,

Fabrice Prémaud, Emilie Vennat-Louveau et Marie-Mélanie Dumas, co secrétaires du SNUipp-FSU 87

15/03 : Nous avons joins à nouveau M. Gauthier cet après midi (15/03) afin de lui faire part de plusieurs problèmes. Il était en présence de Mme Orlay, IA DASEN et Mme Grizon, SG de la DSDEN. Ils étaient en train de préparer un message nous concernant.

L’accueil des enfants de soignants (les 2 parents devant être éligibles, donc figurer dans la liste covid-19) doit se faire sur la base du volontariat a dit M. Blanquer hier après midi lors de sa conférence de presse. Les directives sont évolutives quasi heure par heure.

Nous avons alerté sur le fait que des directives émanant de la préfecture avaient été portées à notre connaissance, à savoir une communication pour permettre d’intégrer dans la liste des parents éligibles à la garde dans l’école les pompiers, policiers et gendarmes, en contradiction totale avec les propos tenus par M. Blanquer hier après midi. D’autre part, des parents n’étant pas tous deux éligibles tentaient de forcer la garde de leur enfant à l’école. Celle-ci doit rester exceptionnelle afin d’avoir une cohérence avec la mesure de fermeture des établissements scolaires du pays.

Nous avons aussi alerté sur une communication qui aurait été faite par le CHU à ses agents et stipulant qu’un seul parent travaillant dans le médical suffisait à permettre la garde dans les écoles, en contradiction une fois de plus avec les propos du ministre.

M. Gauthier a dit partager notre point de vue et a dit qu’il contacterait ces différents services pour mettre les choses au point.

Mme Orlay a communiqué aux directrices et directeurs ce courriel ce dimanche soir.

La rectrice Mme Laude nous a communiqué aujourd’hui cette lettre

Les infos :

- Les AESH restent à la maison.

- Les Conseils d’Ecole, de Maîtres... sont reportés.

- Le télé travail doit être massivement utilisé partout où cela est possible.

- La continuité administrative : ne doivent être présents que les personnels strictement et absolument nécessaires.

- Dispositif exceptionnel d’accueil : l’accueil des enfants des proffessions indispensables à la gestion de la crise sanitaire est une priorité et doiêtre mise en oeuvre par des enseignants volontaires et dans le respect des gestes barrières et des conditions sanitaires en vigueur (cf FICHE COVID). Les personnels fragiles face au virus ne peuvent participer à cet accueil.

- La continuité pédagogique reste une priorité à mettre en oeuvre et est assurée uniquement à distance.

- Les instances seront organisées de manière dématérialisée.

Un nouvel article est visible sur le site du SNUipp-FSU National

POINT au 14 - 03

Vous trouverez ICI un compte rendu de la réunion qui s’est tenue ce vendredi 13 au Ministère.

Vous trouverez ci-dessous le courrier envoyé ce matin à l’administration suite à vos messages mentionnant des consignes en contradiction émanant des services de la DSDEN.

PDF - 65.3 ko
Courrier du SNUipp-FSU 87 à l-IA DASEN

Nous avons été contacté par M. Gauthier afin de faire un point sur la situation, en lien avec le courrier que nous avons adressé à l’IA DASEN.

Compte rendu de l’échange :

Tout d’abord, nous avons demandé à ce que les messages émanant des différents niveaux de l’Education Nationale soient cohérents et ne puissent pas être lus de manière contradictoires les uns par rapport aux autres. Laisser des marges d’adaptation en fonction des DSDEN ne doit pas se traduire par des dispositions inverses d’un endroit à un autre.

- la présence des enseignant.e.s à l’école n’est demandée que pour les journées de lundi et mardi, les équipes devant effectuer les mises en place pour assurer "la continuité pédagogique". Ensuite, chaque enseignant.e pourra travailler de chez lui.

1 - la gestion des appels téléphoniques, la mise en place d’un transfert d’appels peut être fait.

2 - la communication avec les parents : par mail, via nos boîtes professionnelles ou d’école

Nous avons précisé que tous les parents n’avaient pas le même accès à internet ni les mêmes compétences.

3 - la "continuité pédagogique" : nous avons rappelé qu’elle ne pouvait à aucun moment remplacer l’enseignant et la nécessité d’avoir TOUS ses élèves en présentiel.

M. Gauthier a rappelé le caractère de situation exceptionnelle. Il a alerté sur le risque que nous ne pouvons prendre de laisser le champ libre au secteur privé en matière de d’éducation. Il est donc nécessaire d’apporter des réponses concrètes aux élèves en termes de contenus.

Nous avons dit partager cette inquiétude là. Nous avons aussi dit que cet enseignement à distance était porteur de grande inégalité, comme on peut le constater par ailleurs par le biais des devoirs à faire à la maison donnés à nos élèves.

- les ASA (Autorisation Spéciale d’Absence) pour les collègues devant garder leur.s enfant.s seront données sans difficulté et n’engendreront pas de retrait sur salaire. Utiliser ce formulaire de demande.

Remarque : nous avons demandé si un formulaire spécial de demande d’ASA dans ce cas précis serait fait, M. Gauthier nous a répondu d’utiliser le formulaire classique.

- les brigades :

s’ils ou elles sont en cours de remplacement, notamment long, ils ou elles fonctionnent comme si étant adjoint.e dans l’école de remplacement.

s’ils ou elles étaient affecté.e.s sur une très courte durée ou sans affectation (hic !), ils ou elles voient avec leurs collègues d’école de rattachement.

- l’accueil des élèves des parents d’élèves pouvant prétendre à ce que leur enfant soit gardé.

Le lieu d’accueil de ces enfants varie encore d’une communication à l’autre : au plus près d’un hôpital ou dans l’école habituelle ?

Nous avons soulevé plusieurs problèmes :

dans de nombreuses (petites) écoles risque de se constater le fait de n’avoir qu’UN élève/enfant à garder...

Accueillir dans son école un ou quelques enfants sans tous les autres peut aussi être difficile pour lui, elle ou eux...

des parents peuvent être tentés de mettre leur.s enfant.s à l’école alors qu’ils n’y sont pas éligibles...

Une communication de l’IA DASEN a été faite pendant notre échange téléphonique : Lire la FICHE COVID GARDE D’ENFANTS

je vous prie de trouver ci joint la fiche relative à l’accueil des enfants de professions prioritaires pour la gestion de la crise sanitaire actuelle. Vous noterez que le périmètre ne se limite pas aux personnels soignants en établissement de soin en particulier.

Je sais encore une fois que l’organisation est complexe et que nous allons la corriger au fur et à mesure. Je vous en remercie par avance.

Concernant la ville de Limoges, l’organisation sera en partie liée à la capacité de restauration des élèves. Si toutes les écoles sont ouvertes, les éleves n’auront pas du péri scolaire, de la restauration. Aussi, je sollicite votre compréhension et tolérance afin de voir comment prendre en compte vos contraintes et aussi celles de la mairie, des familles et celle de la DSDEN.

Dans tous les cas, votre inspecteur de circonscription est votre premier interlocuteur disponible dès à présent pour répondre à toutes vos questions et aussi les recueillir.

Le numéro de portable de chaque IEN a été communiqué via ce mail. Si vous avez besoin de le-la joindre, n’hésitez pas à le faire.

Pour tout problème, n’hésitez pas non plus à nous solliciter : 05 55 43 27 30 ou au 06 71 64 13 33. 

Nous avons aussi été destinataire d’une fiche du CNED pou créer une classe virtuelle.

CONSIGNES 13 - 03

A partir d’aujourd’hui, se met en place progressivement le plan de continuité pédagogique.

Dans cette perspective, les inspecteurs de circonscription vous demandent de veiller à ce que les élèves quittent leur école ce soir avec l’ensemble de leurs outils et référents individuels (cahiers, classeurs, fichiers, manuels, cahier de vie et toute ressource que vous jugerez utile pour assurer cette continuité pédagogique).

La fermeture des écoles concerne uniquement les élèves. Dans les prochains jours, sauf autorisation spéciale d’absence ou arrêt de travail, les personnels de l’école (enseignants, AESH...), les membres de l’équipe pédagogique et éducative seront présents sur site, aux horaires habituels d’exercice, pour organiser les modalités de mise en œuvre de la continuité pédagogique.

L’équipe TICE et les équipes de circonscription sont en train de travailler sur ce sujet afin de pouvoir répondre au mieux à vos demandes et aux différents besoins des élèves, des familles et des personnels.

ANNONCE DE LA FERMETURE DES ECOLES "jusqu’à nouvel ordre"

Vous trouverez ci-joint le communiqué de presse du SNUipp-FSU 87 suite à l’annonce de la fermeture des écoles et ICI le communiqué de presse du SNUipp-FSU national.

Ce vendredi 13 mars matin sur France Inter, M. Blanquer a annoncé que les écoles seraient fermées "jusqu’aux vacances de Pâques". (Ecouter ICI)

Vous trouverez également ICI le compte-rendu du CHSCT Académique du mardi 10 mars au cours duquel a été traité le sujet du coronavirus.

Une tribune libre ICI écrite par notre collègue Antoine Guillaumie qui offre une analyse de la situation en France.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.