www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Archives 2007 - 2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
29 mars 2010

Revalorisation : de qui se moque-ton ?

Voici le détail des mesures annoncées par notre ministre ; ces mesures ont de quoi faire hurler : diviser encore et toujours, cela devient inacceptable ! Rien pour les enseignants qui ont plus de 7 ans d’ancienneté , quelles justifications peut-on apporter à ça ? Font-ils moins de travail que les autres ? Ont-ils moins d’enfants par classe ? La lecture des l’interview de Luc Châtel nous laisse plus que songeurs !

« Dès la prochaine rentrée, près du quart des enseignants verront leur situation financière s’améliorer », déclare à AEF Luc Chatel, dimanche 28 mars 2010. Le ministre de l’Éducation nationale annonce aujourd’hui les mesures prises en matière de revalorisation des enseignants, que ce soit en termes de rémunération pour les débuts de carrière ou de gestion des ressources humaines. Les néotitulaires de niveau certifié verront leur rémunération augmentée de 157 euros nets par mois, les agrégés de 259 euros. La revalorisation sera étendue dès la rentrée prochaine à tous les enseignants ayant moins de sept ans d’ancienneté dans le cadre d’un plan qui coûtera au total 198 millions d’euros. Ces mesures seront présentées aux syndicats enseignants mardi 30 mars 2010, à 9h30, à l’occasion d’une réunion multilatérale présidée par le directeur de cabinet du ministre. (après l’annonce aux médias donc ...)

AEF : Vous aviez promis une « revalorisation significative » des débuts de carrière des enseignants pour compenser l’augmentation au niveau master de leur recrutement (AEF n°119056). De combien sera-t-elle ?

Luc Chatel : Dès la rentrée prochaine, les quelque 20 000 futurs professeurs des écoles et professeurs certifiés qui rejoindront l’Éducation nationale pour leur année de stage verront leur traitement augmenté de 157 euros nets par mois, soit 1884 euros supplémentaires pour l’année, l’équivalent d’un 13e mois de salaire. Cela correspond à une revalorisation de plus de 10 %.

Le traitement d’un professeur des écoles stagiaire variera donc, en fonction de l’indemnité de résidence, de 1 577 euros à 1 628 euros nets par mois. Celui d’un professeur certifié stagiaire pourra s’élever à 1 811 euros s’il est affecté en zone d’éducation prioritaire (ZEP).

AEF : Cette revalorisation bénéficiera-t-elle également aux agrégés ?

Luc Chatel : Oui, les professeurs agrégés stagiaires seront également revalorisés à hauteur de 259 euros nets de plus par mois.

AEF : Qu’en sera-t-il du rattrapage pour les enseignants récemment recrutés ?

Luc Chatel : Tous les enseignants ayant jusqu’à sept ans d’ancienneté - soit environ 170 000 personnels - seront concernés par une revalorisation, et ce dès la rentrée prochaine également. Le gain annuel moyen sera de 660 euros, pendant sept ans.

AEF : Donc au final, ce sont près de 190 000 enseignants qui devraient être concernés par ces mesures à la rentrée prochaine ?

Luc Chatel : Précisément ! Dès la prochaine rentrée, près du quart des enseignants verront leur situation financière s’améliorer. En cumulé sur sept ans, nous avons compté que les enseignants toucheront en moyenne 5 800 euros de plus.

AEF : À combien s’élève l’enveloppe globale pour ce plan ?

Luc Chatel : Environ 198 millions d’euros, ce qui correspond à la moitié des économies réalisées du fait du non-remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite.

Et oui il ose le dire : la revalorisation de certains est faite grace aux suppressions de postes, donc de plus mauvaises conditions de travail pour tous permettront à certains d’être mieux payés . Attention il ne s’agit pas de mettre à l’index les jeunes qui constituent la majorité de ceux qui vont être revalorisés mais d’exiger une revalorisation pour tous en même temps !

D’autres sujets sont abordés par Luc Chatel dans cet interview , les prochains jours nous apporteront également des précisions supplémentaires mais d’ores et déjà une nouvelle fois les mesures prises par le gouvernement sont inacceptables.

 

13 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.