www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Publications et Revue de presse 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 mars 2010

Bulletin N° 182 de Mars 2010

« Plus de 10 000 grévistes manifestaient mercredi [24 février] en fin de matinée à Athènes et environ 7 000 à Salonique, la grande ville du nord de la Grèce, selon les chiffres de la police. Ils protestent contre les mesures de rigueur décidées par le gouvernement socialiste pour faire face à la crise, telles que repousser l’âge moyen du départ en retraite de deux ans, à 63 ans et demi. « Taxer les spéculateurs » et « les hommes et leurs besoins sont au-dessus des marchés et des profits », indiquaient des pancartes placées le long du parcours de la manifestation. »

« Début février, des « grèves sauvages » (Wildcat strikes) ont éclaté dans les raffineries Total et dans des centrales électriques à travers le pays. Les travailleurs britanniques protestaient contre le recours à une main-d’œuvre italienne et portugaise (employée à des salaires inférieurs aux normes locales), qui entraînait leur mise au chômage, puisque les emplois étaient réservés aux travailleurs étrangers. » « Et si l’insubordination de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion (de la Guyane naguère) s’étendait à la métropole ? Apparemment une majorité de Français y croient, et une bonne part d’entre eux le souhaite. Et si l’exigence de 200 euros d’augmentation pour les bas salaires était étendu à tout le pays ? Apparemment, le gouvernement le craint. Une vraie pression sur les salaires venant s’ajouter à ce qui ressemble de plus en plus à la naissance d’une onde française pourrait donner de beaux moments de dissidence généralisée. »

In « rue 89 »

Il n’est pas besoin d’être grand politologue pour constater les désastres créés par un capitalisme arrogant, rouleau compresseur qui écrase systématiquement tous les acquis sociaux. La colère monte dans les classes sociales les plus défavorisées et chez les jeunes, un malaise certain s’installe même au sein des classes moyennes, voire supérieures. Dans notre pays, force est de constater la mise à mal des Services Publics, nous le répétons assez ; et donc entre autre la détérioration de nos conditions de travail et de celles de nos élèves.

Au SNUIPP, nous sommes conscients de la difficulté momentanée à mettre autre chose que « un jour de grève » dans le paysage : Il faut chercher l’unité ; certaines revendications sont écartées par les uns, indispensables pour les autres ; certains syndicats disent être prêts à tout pour tout, d’autres négocieraient volontiers.

A quoi sont prêts les collègues et la population, tous concernés ? L’idée est peut-être de considérer cette grève du 23 mars comme étant le début d’un mouvement qui pourrait aller s’amplifiant. Car en fait, il ne pourra pas en être autrement.

Christine Villacampa-Calbrix, Serge Vacher

 

32 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.