www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Publications et Revue de presse 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
21 septembre 2010

Bulletin N° 187 septembre 2010

Une rentrée placée sous le signe de la contestation
Alors que l’espérance de vie EN BONNE SANTE est de 63 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes, les projets régressifs du gouvernement concernant les retraites heurtent la plupart de nos collègues. Chacun aspire à pouvoir profiter de sa retraite, bien méritée, dans de bonnes conditions économiques et physiques !

Les conditions de travail dans les écoles se dégradent d’année en année et chacun peut en faire l’amer constat. Toujours plus d’élèves par classe et des moyens pour lutter contre la difficulté scolaire qui diminuent jusqu’à disparaître. L’externalisation du traitement de la difficulté scolaire ne se fait que si les familles sont d’accord et alourdit de fait la journée scolaire, d’où une légitime inquiétude des enseignants. Le seul point positif de la mise en place de l’aide personnalisée est le constat par tous que le travail en petit groupe est très intéressant. D’où la grande modernité de notre vieux mandat d’ « un maître de plus que de classe par école » qui permettrait, sans alourdir la journée de l’écolier, d’organiser le travail en petits groupes.

Les directrices (-eurs) d’école sont toujours plus sollicitées (-és) pour renseigner des enquêtes administratives sans fin, des brigades sont déplacés au milieu d’un remplacement, des projets ne peuvent plus être menés faute de crédits…

A force de remplir le vase, l’Elysée et Matignon vont finir par le faire déborder : jusqu’où peuvent-ils aller ? Si l’on avait le cœur à sourire, on pourrait croire qu’ils sont en train de jouer au fameux « pas cap’ ». Mais c’est à un véritable jeu de massacre auquel on assiste : massacre de l’école et de la fonction publique. Avec comme ultime objectif le désengagement total de l’Etat au profit du Privé. Et faire croire que le politique ne peut agir sur l’économique.

Mais d’autres choix sont possibles, pour les retraites comme pour combattre l’échec scolaire. C’est ce que nous défendons et défendrons encore dans la rue. Sans jamais renoncer. Parce que moins de suppressions de postes, c’est plus de gens qui travaillent, donc qui cotisent pour… payer les retraites ! Et d’autres sources de moyens existent, il suffit d’avoir le courage politique d’aller y puiser.

Fabrice PREMAUD

 

24 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.