www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
30 septembre 2010

Budget 2011 : la saignée continue

8967 suppressions de postes prévues
Alors qu’un rapport de l’Inspection Générale censé rester confidentiel dresse un portrait alarmant de notre système éducatif, le ministère continue sa politique de suppression de postes au mépris de l’intérêt des élèves et du respect des personnels. 8.967 postes seraient supprimés pour la rentrée prochaine dans le premier degré. C’est ce que prévoit le projet de budget de l’éducation nationale. 4.800 postes seraient supprimés dans le second degré, 600 au sein des personnels administratifs et 1.633 dans l’enseignement privé sous contrat. Au total 16.000 postes seraient concernés par ces coupes sombres.

On se souvient qu’en mai dernier, dans un document interne adressé aux recteurs d’académie en vue de la préparation des 3 prochaines rentrées, le ministre demandait l’examen et le chiffrage d’hypothèses permettant de « récupérer » 48.000 postes en trois ans. Ces hypothèses écrites noir sur blanc avec un cynisme incroyable sont inacceptables et insupportables pour les écoles et les établissements et vont conduire à dégrader encore plus les conditions d’apprentissages des élèves et les conditions de travail des enseignants.

Augmentation du nombre d’élèves par classe

Le ministre préconise d’augmenter le nombre d’élèves par classe, par un relèvement des seuils d’ouverture et de fermeture de classe (dans le 1er et le 2nd degré) ; « l’augmentation de la taille des classes peut donc être globalement envisagée sans dégradation des résultats des élèves ».

Fin de la scolarisation des élèves de moins de trois ans

Le ministère veut notamment supprimer le droit à la scolarisation des élèves de moins de trois ans : Il demande également une nouvelle baisse du nombre de places en maternelle en proposant de ne plus tenir compte du nombre d’enfants de moins de trois ans y compris en Zone d’Education Prioritaire !

Réduction du nombre de remplaçants

Le ministre envisage une réduction et la précarisation de la qualification des postes de remplaçants. Pour pallier les besoins de remplacement, le ministre prévoit de faire appel à des non-titulaires embauchés à la vacation (avec un « rendement de 100% »), principalement les étudiants en master ! Le document est précis : les vacataires seraient utilisés « à hauteur de 80% pour les absences de moins de deux jours, 50% de trois à cinq jours et 25 % entre 6 et 10 jours. » Les brigades de remplacement connaissent des suppressions drastiques d’effectifs depuis des années et ne permettent plus d’assurer la formation continue des enseignants titulaires. Elle est de plus en plus souvent organisée en dehors du temps de travail ou pendant les vacances scolaires !

Suppression des Rased

Le ministère prône de nouveau la suppression des RASED (Réseaux d’Aides aux Elèves en Difficultés), qu’il rattache officiellement à l’introduction des deux heures hebdomadaires d’aide personnalisée : « ... deux heures d’aide personnalisée en très petits groupes pour les élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages (...) représentent l’équivalent de 16.000 postes d’enseignants entièrement dédiés à aider les élèves qui en ont le plus besoin. Dans ce nouveau contexte, la contribution des enseignants spécialisés des RASED qui s’ajoute à cet effort, doit évoluer. » En conséquence il envisage la suppression des maîtres G et des maîtres E, et y ajoute « la mise en extinction des psychologues scolaires. » Cette fois-ci, au lieu de s’en prendre frontalement aux Rased et d’annoncer publiquement leur disparition, le ministère continue la politique entreprise par X. Darcos en renvoyant au niveau des académies le soin de définir combien de postes supprimer.

Réduction du nombre d’intervenants extérieurs

Le ministère propose la suppression d’un millier de postes d’assistants étrangers pour l’enseignement des langues vivantes.

Sédentarisation des enseignants « hors la classe »

D’autres enseignants sont visés par ces recommandations du ministère. Les conseillers pédagogiques doivent voir leur activité et leur « productivité » examinées. Il en va de même pour les enseignants assurant des missions de coordination ou d’animation.

C’est en décembre que le ministère annoncera la répartition de la dotation budgétaire entre les académies. Nous connaîtrons alors le nombre de postes que le ministère entend vouloir retirer , il faudra dépasser le caractère individuel de la défense de tel poste ou de telle école pour organiser collectivement la sauvegarde des moyens de l’École .

 

23 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.