www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
14 mars 2011

Action du 19 mars : lettre aux parents

Rendez-vous samedi 19 mars à 10h30

place de la République à Limoges

pour défendre le service public d’éducation.

RV pour les militants et bonnes volontés : 9H45 au bas des marches de la place de la République

Enseignants, parents, élus, tous concernés !

Voici une proposition de lettre à distribuer aux parents hors de l’enceinte de l’école ou cachetée ( pliée et agrafée ) dans le sac des enfants. Il est important d’expliquer aux parents en quoi l’avenir de l’école est menacée par la politique gouvernementale et de leur montrer que nous restons mobilisés pour défendre l’école publique par tous les moyens d’action dont nous disposons.

Madame, monsieur,

Le samedi 19 mars sera une journée nationale d’action déclinée dans chaque académie ; à Limoges, les organisations se sont données rendez-vous à 10h30 place de la République.

Nous sommes tous concernés !

L’éducation n’est pas une priorité pour ce gouvernement : il aura supprimé 50 000 postes dans le service public d’éducation en cinq années ! Dans notre académie (Haute-Vienne, Creuse, Corrèze), il y aura cette année 53 suppressions de postes dans le 1er degré (écoles primaires) pour … 151 élèves de plus. Malgré une augmentation régulière du nombre d’enfants scolarisés ces dernières années, nous sommes en baisse continuelle du nombre de postes par rapport au nombre d’élèves. Concrètement ça se traduit dans les écoles par : - une augmentation du nombre d’élèves avec des conséquences inévitables sur la qualité de l’encadrement - une diminution du nombre d’enseignants spécialisés dans les réseaux d’aides et donc l’abandon de l’aide par des professionnels formés aux enfants qui en ont le plus besoin - l’impossibilité dans certaines écoles d’accueillir les enfants de 2 ans même quand on sait que cela serait profitable aux enfants (et bientôt qu’en sera-t-il des enfants de 3 ans ?) - les remplacements de moins en moins assurés - l’arrivée dans les classes d’enseignants non formés - une réduction confinant à la suppression pure et simple de la formation continue des enseignants …

La liste est longue et on peut décliner les mêmes problèmes dans les collèges et les lycées avec cette année 95 postes en moins. Cela entraînera des suppressions inévitables de filières, une dégradation sans précédent des conditions d’accueil de nos enfants . Comment leur garantir un avenir dans ces conditions ?

De plus aux suppressions d’enseignants il faut aussi rajouter la suppression de 62 postes d’assistants d’éducation, personnels précaires et non formés qui ont pourtant en charge notamment l’encadrement des enfants handicapés !

La mobilisation citoyenne de tous doit permettre d’inverser les choix du gouvernement.

Les organisations, rassemblées dans le collectif « L’Education est notre avenir », appellent tous ceux et toutes celles qui soutiennent le service public d’éducation et son engagement permanent pour la réussite des jeunes, sans distinction de fortune ni d’origine, à une journée nationale d’action déclinée dans chaque académie le samedi 19 mars.

19 mars : 40 manifestations pour l’école

Samedi 19 mars partout en France enseignants, parents, lycéens et étudiants manifesteront à l’appel du collectif « Notre école est notre avenir ». Ce sont 40 manifestations qui sont d’ores et déjà prévues, de Nice à Lille, de Bordeaux à Lyon, de Nantes à Strasbourg, de Paris à Toulon : partout sera réaffirmée la volonté d’un autre budget pour l’éducation, pour une autre politique éducative !

A la rentrée 2011, 16 000 postes supplémentaires sont appelés à être supprimés, malgré l’augmentation des effectifs d’élèves. Pour les écoles primaires, alors que 8 300 élèves supplémentaires sont attendus, en septembre, ce sont près de 9 000 suppressions de postes d’enseignants qui sont programmées. Plus personne ne croit que l’école fera mieux avec moins. Dans les départements, les mesures de carte scolaire seront connues dans les jours à venir. Parents et enseignants vont découvrir les projets concrets de suppressions de postes. Ils auront pour conséquences une remontée globale des effectifs, mais aussi une nouvelle diminution de la scolarisation des enfants de moins de trois ans, une réduction supplémentaire des postes RASED, des remplaçants, parfois des conseillers pédagogiques et des maîtres formateurs...

La France est bonne dernière dans les classements internationaux en ce qui concerne l’encadrement des élèves à l’école primaire, avec cinq enseignants pour 100 élèves contre 6 à 10 dans les autres pays de l’OCDE. La Cour des comptes a affiché l’an dernier un déficit de 15 % dans les financements du primaire par rapport à la moyenne de ces mêmes pays. Le ministre pense-t-il pouvoir convaincre qu’il faille encore aggraver cette situation ?

La réussite des élèves passe par de tout autres choix. Le SNUipp-FSU demande la suspension des mesures de suppressions de postes dans l’Éducation. Il appelle à la réussite des manifestations du 19 mars.

Rendez-vous samedi 19 mars à 10h30 place de la République à Limoges pour défendre le service public d’éducation.

 

19 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.