www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Réunions d’informations syndicales / stages syndicaux/Universités d’automne 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 mars 2011

RIS du 23 mars sur les rythmes scolaires : 70 collègues se sont déplacés !

Les équipes pédagogiques doivent être les seules maîtresses de leur organisation !
Ce mercredi a eu lieu la 4ème RIS organisée par le SNUipp-FSU 87 portant sur les rythmes scolaires. C’est à l’amphi Blanqui que se sont retrouvés pas moins de 70 collègues qui ont pu apprécier la qualité de l’intervention de Claire Leconte et se remonter le moral mis à l’épreuve par l’acharnement de notre gouvernement à vouloir détruire les services publics et notamment celui de l’éducation.
JPG - 21 ko
Vue de la tribune avec Claire Leconte

Fabrice Prémaud, co-secrétaire du SNUipp-FSU 87, a rappelé sur quel temps était pris celui des RIS, à savoir celui des conférences pédagogiques, obligatoires ou pas. Il a ensuite évoqué les précédentes mobilisations qui ont eu lieu pour combattre la politique du gouvernement et les fermetures scolaires : manif le 22 janvier, grève le 10 février, manif le 19 mars... Il a fait une présentation sur l’actualité, les actions en cours. Le CTPA qui devait initialement se tenir lundi avait été boycotté par les syndicats tant les suppressions de postes, au menu de cette réunion, sont inadmissibles. A nouveau convoqué, cette fois à 10h ce mercredi matin, un rassemblement a été organisé par les syndicats. A midi devait avoir lieu le pique-nique revendicatif, comme tous les mercredis depuis que les collèges et lycées touchés par les mesures de fermeture sont connus. Enfin, à 14h, à l’initiative du SNUipp-FSU 23, un rassemblement était organisé, toujours devant le rectorat, pour dénoncer la non-mobilité des collègues creusois. En effet, seulement 3 personnes ont pu obtenir leur mutation dans un autre département !

Ensuite, Annette Claverie, membre du bureau du SNUipp-FSU 87 et siégeant au CTPD a fait une présentation de la matinée. Elle a également présenté Claire Leconte qui est intervenue ensuite.

Claire Leconte, professeure en psychologie de l’éducation à Lille III, a commencé son intervention en signifiant qu’elle serait hors-sujet tant parler rythmes scolaires était inapproprié. Elle a donc fait un exposé sur les rythmes fondamentaux biologiques en se penchant sur le sommeil, ses phases et ses cycles. Elle a insisté sur la nécessité que chaque enfant respecte ces rythmes fondamentaux biologiques, pour pouvoir être en capacité de bien apprendre. Elle a également tenu à tordre le cou à une idée reçu, celle de la courbe classique de vigilance. Elle estime qu’elle est basée sur des exercices très discutables. La baisse de la vigilance est bien réelle entre 13h et 15h car l’on se situe à ce moment-là au milieu du rythme circadien. A ce moment là, il ne faut pas solliciter l’enfant en activité coûteuse sur le plan cognitif. La matinée est beaucoup plus indiquée pour les activités cognitives que l’après-midi.

En 1969, on est passé d’une semaine de 30h de travail à une semaine de 27h, avec la libération du samedi après-midi. En 1972, afin de rééquilibrer la semaine, le jeudi qui était jusqu’alors jour de congé a été remplacé par le mercredi. Jusqu’en 2008, plusieurs fonctionnements étaient mis en place (semaine de 4 jours avec réduction des vacances, semaine de 4 jours et demie avec classe le mercredi matin ou le samedi matin...). Claire Leconte nous fait part d’un choix d’équipe pédagogique particulier dans une école de quartier classée ZEP à Lille. En 1996, les enseignants décident de proposer une nouvelle organisation de la journée et de la semaine scolaire. Les matinées de classe sont privilégiées et les 26h de classes sont distribuées sur 6 jours. Cette expérience a fonctionné jusqu’en 2008 où la loi les a alors contraints à supprimer le samedi. Aucun des enseignants de l’équipe n’a demandé à changer d’école depuis 1996 et chacun s’accorde à dire que leur vie tant professionnelle que privée s’en est trouvée améliorée. Depuis 2008, les 24h d’enseignement obligatoire sont répartis sur 5 journées.

Claire Leconte insiste sur la nécessité que le choix de l’organisation de la journée et de la semaine de classe soit celui de l’équipe pédagogique. Aucun travail ne peut se faire correctement sous la contrainte.

Suite à son exposé, de nombreuses questions ont été posées par les collègues dans la salle et un échange extrêmement riche a eu lieu.

Cette matinée est passée très vite (trop !) et les applaudissements qui sont venus ponctuer l’intervention de Claire Leconte ont pu en témoigner. Toutes les mercredis matins ne se ressemblent pas...

JPG - 23.6 ko
Vue de la salle
JPG - 17.8 ko
Autre vue de la salle

 

21 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.