www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : AESH - AVS ... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
11 janvier 2012

EVS : traitement inadmissible des personnels : le SNUipp agit !

Le SNUipp-FSU n’a pas signé le protocole sur la direction et qui a permis l’entrée d’une plus grande précarité dans les écoles (sous la forme de contrats mêlant précarité en termes de ressources financières mais aussi de durée). Mais il apporte aide et soutien à tous, y compris à ces personnels qui mériteraient une toute autre reconnaissance et une toute autre considération !

Lettre témoignage d’une EVS défendue par le SNUipp-FSU 87

A la veille des vacances de Noël, les EVS, dont les contrats arrivaient à échéance au 31 Décembre et devaient être renouvelés, n’avaient toujours pas reçu leur nouveau contrat . Même si les services du rectorat avaient fait les demandes de renouvellement, on peut sans peine imaginer l’inquiètude de ces personnels dont la précarité devient purement intolérable.

A la rentrée des vacances .... ? Les EVS, dont les contrats arrivaient à échéance au 31 Décembre et devaient être renouvelés, n’ont toujours pas reçu leur nouveau contrat !!!!

Nous avons contacté le rectorat où après plusieurs coups de fil infructueux, nous avons fini par nous adresser au secrétaire général ; il nous a affirmé que les démarches avaient été faites au niveau du rectorat mais que les conventions n’étaient pas revenues de Pôle emploi. Donc nous nous adressons à pôle emploi :
- 1er coup de fil : 1ère plate-forme, après les "étoiles" et messages multiples habituels on finit par avoir une vraie personne qui nous donne un n° de tél
- 2ème coup de fil : 2ème plate-forme ! après les "étoiles" et messages... on finit par avoir une vraie personne qui rappelle une demie-heure plus tard pour nous donner un autre n° de tél !
- 3ème coup de fil : après les ... on prend nos coordonnées pour que la personne en charge du dossier puisse nous rappeler
- 4ème coup de fil : la "personne en charge du dossier"nous rappelle et nous affirme que les conventions ont été renvoyées à l’inspection académique le 9 Décembre !

Le rectorat à nouveau contacté ( !) réaffirme avoir commencé à envoyer les conventions dés mi-Octobre et n’avoir pas reçu le retour de pôle emploi à la veille des vacances ... mais c’est chose faite ce matin et les contrats de travail démarrant le 1er janvier seront proposés à la signature des personnels le 3 Janvier si tout va bien !

Alors la faute à qui ?

La faute à un gouvernement qui fait de son mieux pour démolir l’idée même du service public. Le parcours évoqué plus haut est une illustration de l’absurde auquel chacun est confronté un jour ou l’autre. On a regroupé l’ANPE et les ASSEDIC au sein de Pôle emploi ; on a regroupé les sercices de l’inspection académique et ceux du rectorat au sein du seul rectorat dans un but "d’efficacité", pour "améliorer le service rendu", qui pourrait le croire ? Tous ces regroupements s’opérent au prix de suppressions d’emploi que nous ne cessons pas de dénoncer, de valse des personnels sur des postes où ils ne sont pas formés ... Au delà des économies réalisées par le gouvernement, on cherche à faire la preuve d’une inefficacité des services publics dont il vaudra bien mieux déléguer les missions à des officines privées ( appartenant à ...) qui seront c’est sûr bien plus efficaces.

L’ironie de ces propos cachent mal la colère que nous inspire la façon dont sont traitées des personnes pour la plupart en situation difficile. Comment tolérer qu’on laisse des personnes, on le rappelle employées sur des contrats de 20 heures donc payés une misère, dans une telle incertitude !

Rappelons que le SNUipp( contrairement à d’autres...) n’avait pas signé le protocole d’accord de mai 2006 qui, pour résoudre le problème de la direction, avait proposé l’affectation d’EVS dans les écoles et donc institué la précarité dans le 1er degré . Nous continuons à réclamer des emplois statutaires pour exercer les différents missions qui sont désormais confiées aux EVS et nous sommes aux côtés de ces personnels pour défendre leurs droits et dénoncer leurs conditions de travail. Les recours aux prud’hommes engagés dans notre département pour non respect de la convention seront jugés en Février en sont une des preuves, souhaitons tous que l’issue en soit positive pour que preuve soit faite qu’on ne peut pas continuer impunément à traiter les gens de la sorte !

 

12 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.