www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Actualités et actions locales 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er mars 2012

Carte scolaire : les arrêtés ont été publiés par la DASEN.

Compte - rendu CDEN

Arrêté carte scolaire du 27 février

PDF - 327.4 ko
arrêté carte scolaire

Cette carte scolaire s’est déroulé dans notre département comme partout en France, dans un contexte particulier. Partout, les nouvelles annonces de fermeture de postes liées à la suppression des 14 000 postes dans l’ Education, 5 700 dans le premier degré, sont perçues comme une énième provocation et génèrent une colère grandissante. Alors que la politique éducative de ce gouvernement se résume à supprimer les moyens de l’Ecole, encore et toujours, les personnels, les parents, les élus ne supportent plus cette destruction systématique du système scolaire.

Suppressions dans les RPI, les écoles rurales en ZRR et en Zone de Montagne : on menace d’une suppression et on demande aux enseignants, élus ….de trouver une solution pour éviter la suppression ! On culpabilise alors les acteurs des territoires ruraux si la fermeture a bien lieu sans proposer de solutions pérennes et concertées.La défense de la ruralité n’est plus du tout à l’ordre du jour, ces territoires ont pourtant besoin de soutien particulier, ceci afin de ne pas les fragiliser encore plus.

Suppressions dans des écoles sur Limoges où les effectifs sont élevés après fermeture ou bien en ZUS ( Zone Urbaine Sensible) RRS ZEP ECLAIR .…Suppressions aussi envisagées dans des écoles possédant une CLIS ,une structure d’accueil pour les deux ans dont les effectifs et l’investissement des équipes ne sont pas pris en compte pour les mesures de carte scolaire..

Suppressions des Rased. Avec ces suppressions, les Rased déjà incomplets le seraient encore plus ,la situation est catastrophique les enveloppes seront toujours insuffisantes, les écoles encore plus nombreuses et beaucoup seront trop éloignées pour espérer bénéficier de l’aide des maîtres spécialisés. Les RASED sont encore sévèrement touchés. Les collègues, investis dans leur travail et ayant reçu une formation spécifiques, vivent mal cette situation.

Outre le fait que leur poste est supprimé, leur savoir et leur savoir faire sont niés et leur rémunération va aussi être revue à la baisse. Comment ne pas se sentir alors sanctionné ?

La problématique est la même concernant les maîtres formateurs et les conseillers pédagogiques victimes de fermetures. Concernant les écoles d’application déclassées, nous avons fait remarquer que se priver d’une école avec des caractéristiques rurales et d’une autre avec des caractéristiques ZEP urbaines n’était pas une bonne chose. Quant à l’investissement des équipes dans ces deux écoles, comme pour les maîtres E entre autres, il est nié.

Le projet de suppression de la brigade formation continue nous surprend aussi beaucoup. La situation du remplacement dans notre département est depuis plusieurs années déjà critique. La formation continue se délite toujours plus. D’ailleurs, la suppression de 3 postes de conseillers pédagogiques confirment le désengagement de l’état dans la formation, continue comme initiale. De plus 2 brigades remplacement sont supprimés ( annonce du dernier Cden)

Que dire également du projet de fermetures de 2 brigades CLIN sur les 5 existant. Les élèves non francophones, primo arrivants, ne pourront plus avoir l’aide adaptée.

Le poste de coordonnateur du réseau nord est lui aussi proposé à la suppression, comme s’il avait fait la démonstration de son inutilité. Là encore il y a un collègue, investi dans sa mission et dans son travail.

L’équipe TICE est elle aussi amputée d’un de ses membres, passant ainsi de 5 postes à 4. Comment pourra-t-elle mieux fonctionner ou au moins aussi bien ?

Quant aux fermetures conditionnelles, elles n’ont jamais été une solution ; Il s’agit d’abord de fermetures véritables. Les collègues concernés par les fermetures doivent faire le mouvement, les écoles doivent se réorganiser tout en espérant d’hypothétiques réouvertures de classes.

La carte scolaire présentée aujourd’hui compromet gravement l’avenir des élèves de ce département.

C’est un tournant historique qui va aboutir à une véritable asphyxie de l’école !

Enfin le discours officiel est toujours le même : optimiser, améliorer, redéployer, pilotage, gestion des ressources humaines, performance, indicateurs…et au final les collègues et les équipes se retrouvent à gérer au quotidien la pénurie de moyens et les injonctions administratives toujours plus nombreuses.

Nous avons fait part à l’administration du ras le bol de la profession et de la colère des personnels sur le terrain.

Emmanuel Garcia, Nicolas Villacampa, Annette Claverie, représentants SNUipp-FSU au CDEN

 

12 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.