www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne

Vous êtes actuellement : Néo : Débuts de carrière 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 avril 2007

Mandats du SNUipp en 2004 sur la formation initiale

Extraits des textes adoptés au congrès national du SNUipp de juin 2004 sur la formation initiale

Le SNUipp réaffirme sa volonté de voir se réaliser deux années de formation initiale, entières, rémunérées à caractère professionnel et prises en compte pour la retraite. Une réelle amélioration de la formation initiale des enseignants passe par une meilleure prise en compte des savoirs et exigences scolaires par l’Université et par le développement de la recherche en histoire, épistémologie et didactique des disciplines scolaires dans les IUFM et les Universités. Dans le même souci d’articuler les savoirs universitaires et scolaires, il importe que les concours de recrutement tiennent compte de cette double dimension et ne soient définis ni en référence aux seuls savoirs universitaires ni en référence exclusive aux programmes scolaires. Il n’est pas souhaitable de renvoyer la préparation aux concours exclusivement aux Universités, et la formation professionnelle à une augmentation de la durée du stage en responsabilité. L’année de préparation aux concours doit être une année pleine et entière.

Le SNUipp rappelle son attachement à la PE1 et à la dimension professionnelle du concours de recrutement. L’IUFM ne doit donc pas renoncer à sa mission de préparation aux concours d’enseignement. Quel autre organisme public est-il en mesure de proposer des cursus permettant de préparer un concours professionnel et dont l’une des caractéristiques est la polyvalence ? Les IUFM ne peuvent être limités au rang de simples " écoles professionnelles ". Ils ne peuvent devenir non plus des coquilles vides, simples centres de gestion des enseignants stagiaires.

Pour le SNUipp, il faut créer pour tous les bacheliers les conditions de la poursuite des études supérieures. La mise en place de soutiens financiers aux étudiants (bourses, allocations, aide au logement...) est nécessaire pour parvenir à cet objectif. Le SNUipp rappelle ainsi sa volonté de voir se démocratiser l’accès aux métiers de l’enseignement. C’est aussi dans cette optique, qu’il s’est prononcé pour le développement de modules de pré-professionnalisation tout au long du cursus universitaire. Ces modules ne doivent pas constituer un critère prioritaire d’accès à l’IUFM en PE1. Le SNUipp se prononce donc pour un élargissement des capacités d’accueil en PE1 et d’encadrement des IUFM.

Il faut mener une politique plus volontariste de recrutements et de formation de formateurs, toutes catégories confondues (maîtres de conférences, maîtres formateurs, professeurs d’IUFM, conseillers pédagogiques) permettant d’intervenir dans la formation en nombre suffisant, et d’assurer le suivi lors des stages en responsabilité dans des conditions qui ne les transforment pas uniquement en évaluateur.

Le SNUipp rappelle son attachement aux stages de pratique accompagnée dont la durée a été diminuée ces dernières années. Par ailleurs, dans le cadre de formation théorique de la PE2, toute forme de lien avec le terrain doit être explorée.

Il rappelle aussi qu’il revendique une première année d’exercice en alternance, à mi-temps sur le poste et à mi-temps en formation.

Le caractère universitaire des IUFM doit être confirmé. Nous rappelons que pour l’ensemble des syndicats de la FSU les relations avec les universités doivent permettre d’envisager la validation de la formation dispensée sous forme de crédits entrant dans le cursus Master. Dans le cadre de cette reconnaissance universitaire des années IUFM, la première année pourrait donner lieu à des équivalences et/ou permettre la validation des acquis d’expériences. Il faut être très vigilants sur la notion de " master d’enseignement " : la reconnaissance nécessaire de la formation des enseignants doit se faire dans la double exigence de diplôme et du concours de recrutement ouvrant droit au statut de fonctionnaire. En tout état de cause, la mise en place de ce dispositif doit faire l’objet d’un cadrage national pour éviter la mise en place d’accords locaux n’offrant pas suffisamment de garanties. Le SNUipp s’engage à poursuivre la réflexion sur la question des masters avec les autres syndicats de la FSU concernés par la formation des maîtres et à en rendre compte.

 

10 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU87 - 24 bis, route de Nexon 87000 Limoges - 05 55 43 27 30 - portable 06 71 64 13 33 - snu87@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.