SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne
http://87.snuipp.fr/spip.php?article3050
Compte-rendu groupe de travail formation continue 5 /10/18
samedi, 6 octobre 2018
/ liliane

Le groupe de travail s’est tenu en présence de Mme Grizon, Secrétaire générale, Mr Gauthier, IEN adjoint, Mr Reymbaut , chargé de mission formation continue , un représentant UNSA, Liliane Raynaud pour le SNUipp-FSU.

Mr Reymbaut nous a présenté de façon très complète l’ensemble des actions de formation continue qui se décompose en 3 "blocs" :

- les animations pédagogiques :

les inscriptions sont ouvertes. Beaucoup d’animations sont non "jaugées" : il suffit de candidater pour être inscrit mais pour celles où le nombre de places est limitées , c’est la règle du 1er inscrit qui prévaut donc faites-vite votre "marché".

Le programme des animations pédagogiques c’est ICI.

Pour rappel, vous avez droit à deux réunions d’information syndicale sur ces temps d’animation pédagogiques.

Certains d’entre vous ont participé à la RIS avec Paul Devin dont le CR est LA (donc vous pouvez déjà décompter 3 heures).

Actuellement et jusqu’au mois de novembre , nous organisons des RIS de secteur (dates et infos ICI) et le 21 Novembre, nous aurons le plaisir d’accueillir Edith Maruéjouls, maîtresse de conférence, pour une RIS sur la mixité (tous les renseignements bientôt en ligne).

- L’accompagnement :

Cet accompagnement peut prendre la forme de stage de proximité.

Le volume correspond à 2 jours par école pour cette année , volume qui a été "bloqué" pour que ces stages puissent réellement se tenir.

Mr Gauthier nous explique la philosophie des stages de proximité : il s’agit d’accompagner les équipes sur un projet de formation pour renforcer les compétences professionnelles. Bon ...

Pour cet accompagnement , tout est possible : temps libéré pour travailler en équipe, interventions diverses ...

Certains-es directeurs-trices d’écoles rurales ont bénéficié dés ce début d’année d’un jour de décharge supplémentaire.

Si vous rencontrez des difficultés particulières, si vous avez un projet spécifique ... vous pouvez vous signaler auprès de votre IEN et vous pourrez bénéficier d’un accompagnement co-construit ; Mr Gauthier insiste sur ce point, la volonté est de répondre au plus près des besoins des collègues et donc de travailler avec eux.

A titre individuel, un collègue peut également demander à bénéficier d’un jour remplacé pour aller dans la classe d’un autre collègue ( par ex , nouvellement nommé en maternelle, aller voir un collègue plus expérimenté ...) . Là aussi ne pas hésiter à se faire connaître et faire connaître ses besoins auprès de son IEN.

- Stages :

Les 4200 jours de stages dont peut disposer le département se déclinent ainsi

* stages statutaires (1900 jours) : stages REP/REP+ , directeurs, néo-titulaires, contractuels, CAPPEI

A ce propos , nous demandons de quelle formation vont bénéficier les contractuels. Mr Gauthier répond que cela dépendra de la formation des contractuels recrutés, de leur proximité avec le métier d’enseignant mais qu’une semaine minimum de stages leur sera proposée.

Un accompagnement se mettra ensuite en place ; nous soulignons que cet accompagnement, évidemment souhaitable, n’a guère été de mise l’an passé. Nous invitons donc tous les contractuel-les recruté-es à faire remonter leur besoin de formation auprès de leur IEN. Ne pas hésiter à nous contacter sur ce point.

* stages de proximité (cf plus haut)

* ingiénèrie (600 jours dont 200 remplacés) : formation de formateurs.

Et oui , pour former, il faut être formés, c’est une évidence ! Il faut également des jours pour les collègues en classe qui participent à la recherche.

Mr Gauthier dit qu’ils travaillent à rendre les résultats des travaux de la recherche menée dans le département plus visibles.

* départementaux (1050 jours) dont 630 jours pour les stages à public désigné ( nouveaux remplaçants, THéâ, créacity, fantacirque, psychologue, débutants en CP .....)

et seulement 420 jours pour les stages à candidature individuelle.

17 stages étaient proposés cette année. 290 enseignants ont candidaté(280 en 2017) , ça reste peu ! et 199 ont au moins un stage .

Certains collègues obtiennent plusieurs stages mais le maximum de stages obtenus (7) ne dépassent pas 11 jours de formation. Là aussi, c’est bien peu ! Les stages sont courts, souvent trop courts !

Nous redemandons le barème d’attribution. C’est un rapport entre le nombre de jours de stage déjà effectués , le nombre de jours auxquels on a droit dans une carrière et l’ancienneté. C’est un peu complexe mais le même barème est appliqué à tous nous dit MrReymbaut et c’est ce barème qui a déterminé 85 % des attributions de stages.

Les 15 % résultent pour la plupart de l’"élimination " de collègues ayant candidaté mais n’ayant pas le profil retenu pour le stage.

Nous insistons sur les temps de pause nécessaires dans notre métier ; pour pouvoir construire, se ressourcer, il faut suffisamment de temps pour se décentrer de la classe, prendre le temps de la réflexion .... J’ai connu en début de carrière des stages de 3 semaines, Mr Gauthier nous dit avoir connu des stages de 2 mois , et les moins de 20 ans, que vont-ils connaître ? Ni formation initiale, ni formation continue ?

Certes, c’est vrai, ces durées de stage correspondaient aux stages des "apprentis" enseignants et donc on établissait les stages de formation continue en fonction des besoins pour la formation initiale ; ce n’était pas simplement parce qu’on considérait que ce temps de formation était bénéfique aux collègues.... et pourtant !

Mr Reymbaut nous communique le projet d’attribution des stages. N’hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement.

- Dernier sujet évoqué : que faire en cas de non remplacement si on doit aller en stage ?

Mr Gauthier dit que les collègues ont une convocation , qu’ils doivent donc se rendre en stage. C’est à l’administration de prendre la décision de ne pas envoyer un collègue en stage, la responsabilité lui incombe, ce en quoi nous sommes tout à fait d’accord.

Mais nous devons exiger que les remplacements soient bien assurés ; il est difficile de partir en stage sereinement quand on sait que les collègues vont se trouver en difficulté avec nos élèves à accueillir. Contactez-nous quand ce n’est pas le cas .

En résumé, on sent de la part de l’administration une réelle volonté d’améliorer la formation , mais sans vouloir mettre personne en cause, on nous permettra de douter que la formation, cette année comme par le passé, soit à la hauteur de cette volonté, et que les moyens, même s’ils sont "optimisés", soient suffisants, quand on sait que dans certains secteurs, il y a déjà pénurie de remplaçants.

Et le non remplacement des stages ne doit surtout pas devenir la règle !

Liliane Raynaud

Pour pouvoir renforcer notre action, n’oublie pas de te syndiquer au SNUipp-FSU (comme CECI ou comme CELA). Il y a plus que jamais nécessité à disposer d’un outil collectif efficace. Le SNUipp-FSU est le premier syndicat du premier degré. Il est un des leviers principaux pour s’opposer, se battre tout en étant force de propositions.

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 87 Haute-Vienne, tous droits réservés.